Crowdfunding ou partage de moyens et compétences J+3

Analyse stratégique de mon projet, conjointement à l'analyse d'une micro-conférence.

   Sur le site Ted.com j'ai pu voir cette vidéo: http://www.ted.com/talks/lang/fr/erik_brynjolfsson_the_key_to_growth_race_em_with_em_the_machines.html

C'est en anglais, mais sous-titré en français. Je tiens, par là même, a remercier les bénévoles qui se chargent de la traduction exemplaire de ces vidéos.

Quel rapport avec mon programme de création d'entreprise et de crowdfounding?

Tout simplement que l'intervenant, Erik Brynjolfsson, dit que la machine n'est pas un ennemi, mais reste un outil, à nous de se l'approprier, notemment par un réel travail d'équipe, ce qui sous-tend une vision complètement différente du management, de la hiérarchie.

Dans mon projet, axé principalement sur l'usage de l'imprimante 3D (I3D) pour créer rapidement, efficacement, des solutions pour le développement durable (DD), répondant à de nombreuses, innombrables demandes, personnalisables quasiment à l'infini, je rentre parfaitement dans le cadre de l'exposé que, j'espère, vous regarderez et méditerez...

Ma structure permet plusieurs choses:

La déstructuration géographique de l'entreprise.

Créer, lorsque le besoin ne se fait pas sentir, un lieu de regroupement du personnel est un gaspillage.

Le temps perdu en déplacement multiplié par le nombre de personnes impactées est dans ce cas une perte de moyens incroyables. Argent, temps, fatigue, agacement...

Un peu comme dans un rendez-vous amoureux, la rencontre entre collègues doit être la réponse à un besoin, pas une contrainte.

Deux, avec Internet, l'échange d'information, qui peut être sécurisé, est le moyen le plus rapide de communiquer dès lors que nous sommes éloignés de plus de... 30 mètres. A une distance plus courte, une forte voix ou un avion en papier avec les infos dessus pourrait battre le temps de la saisie clavier.

Donc, en tant que prestataire, je peux installer chez mon client une I3D, la faire fonctionner à distance, et lui fournir un produit définitif en un clic. Plus de logistique.

Internet en panne, un envoi de support mémoire dont le rapport taille/prix est désormais misérable, comblera le vide.

Des collaborateurs de qualité, je commence à en trouver. Différents de mes capacités propres mais avec des ambitions comparables, chacun s'agrège à l'autre par sa différence, le talent, l'angle d'étude du sujet, son vécu...

Echange de correspondances et de fichiers, coups de fils, voire, si je rebranche ma webcam, dialogue vidéo avec toute la richesse des expressions du visage et du corps sans relations hiérarchiques infantiles mais, suivant les besoins, prise de position d'animateur de l'échange lorsque le sujet l'impose.

Et, quand on le désire, contact réel en terrain neutre pour un debrief, un échange « loisirs » que sais-je?

A chaque fois, la technologie sera une aide.

Et, aussi une source d'économie, donc un gain de pouvoir d'achat...

On parle beaucoup, actualité oblige, des examens qui se préparent et, en corollaire, des jeunes en situation d'échec scolaire. On cite aussi des solutions dites de la « seconde chance ». Ce n'est, ni plus ni moins, qu'une simple reformulation des mêmes savoirs, mais qui seront, là parfaitement assimilés par le jeune.

Dans ma future équipe se trouvera certainement quelques uns de ces jeunes ou moins jeunes qui sont actuellement rejetés et qui ont au fond d'eux des capacités qu'ils ignorent certainement.

Ennui en classe ne signifie pas incapacité. Les professeurs ne peuvent pas toujours accorder l'attention au cas particulier alors qu'ils sont formatés pour le cas général.

Dans une cellule de vie telle que la micro-entreprise, cet échange peut se faire. Trouver le levier, la motivation est LA solution. Les plus grands génies étaient bien souvent des êtres à la sociabilité hors norme, mais lorsqu'ils eurent les bons éléments structurants pour agir, ils ont su, en peu de temps, développer leur activité de manière impressionnante.

Et, là, la machine sera encore un outil, pas un concurrent.

Beaucoup de décideurs qui me lisent partageront mon point de vue:

Nous ne comptons pas nos heures, la fatigue est là, mais, quand « les choses avancent », on ne ressent plus cette lassitude, c'est la période de stagnation qui nous pèse le plus.

Donc, regardez cette vidéo. Objectivement, le troll moyen n'est pas de mise, la critique doit être constructive.

Voyez le champ des possibles. Avancez. Confiants.

Bon week-end à tous, je reste en ligne... au cas où!

économies autonomie détournement d'idée original efficacité entreprise 2.0 gestion management participatif pourquoi pas? opportunité d'investissement succès Imprimante 3D Ted.com

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×