jean-marc doniat

Localisation :
Saint Genouph

Billets de inventions-pour-demain-plus-vert-et-moins-cher

Appel

Appel aux capacités individuelles et à la force du collectif.

Personne ignore les enjeux de demain :
Raréfaction des disponibilités en carburants fossiles et même des ressources pour le nucléaire.
Impact de ses filières pour l'environnement.
Ces tensions sont sources de conflits contemplés quotidiennement sur nos écrans.
Le dérèglement climatique génère des productions agricoles instables, des famines, des instabilités politiques.
Les deux besoins de base d'une population sont l'eau et l'énergie.
Sans eux, pas de stabilité, de paix.
Pourtant, dès 1960 une solution, que dis-je LA solution avait été trouvée dans les laboratoires de Philips.
Seulement elle avait été développée à une époque où le besoin ne se faisait pas encore sentir.
Seulement elle n'avait pas les supports technologiques tels que les ENR pour pouvoir jouer son rôle de manière optimale.
Seulement l'outil numérique n'était pas là pour diffuser l'information et optimiser l'outil industriel.
Et personne n'avait défini une stratégie pour une nouvelle industrie, levier d'une croissance vertueuse aux bénéfice de tous.
Je suis sorti de ma « zone de confort » pour conceptualiser cette stratégie, cumuler les informations nécessaires, structurer le projet à tous niveaux.
J'ai quitté mon emploi, épuisé mes réserves matérielles, frappé à des portes, eu des accueils polis mais aucune action déterminante pour lancer ce projet.
J'arrive au point où je risque l'échec, me poussant à abandonner cette idée pourtant validée physiquement, économiquement, scientifiquement.
Je ne puis m'y résoudre.
D'où cet appel.
La technologie en question s'appelle Azergy.
Le principe est simple.
On peut faire tourner un moteur simple, déjà existant avec un gaz sous forme liquéfiée, disponible partout dans l'atmosphère, l'azote. 
Sous forme liquide il est extrêmement froid.
En l'employant il se dilate 700 fois, permettant de mouvoir un piston ou une turbine, sans émission de polluants ou de calories. Moins de pollution, de facteur de réchauffement de l'air. On peut donc produire de l'électricité verte 24/24.
Pour le produire, il faut pomper de l'air et, avec des filtres existants, capturer les polluants qui nous entourent. Cela peut se faire avec le même type de machine, c'est du deux en un. Économies.
Bref, comme une batterie, c'est du stockage d'énergie, sans la chimie.
On ne peut pas envisager de dépasser, sans principe de stockage efficace, rentable, 30 % d'énergies renouvelables dans notre système de production d'électricité. Azergy peut casser ce plafond de verre technologique. Partout dans le monde.
L'énergie solaire et l'éolien ont atteint un niveau de prix comparables aux coût des énergies fossiles.
Production localisée, si on pose une interface énergétique à côté, nous sécurisons la fourniture d'énergie au plus près des consommateurs, particuliers et professionnels, une protection capitale.
Mais ce n'est pas tout.
Cette machine est aussi une fabuleuse pompe à chaleur, pouvant varier dans une fourchette allant de – 200 ° C à + 700 °, en mode tout électrique.
Que d'avantages en termes de génie climatique ou d'usages agricoles...
Ce système est compact, pouvant avantageusement remplacer des groupes électrogènes à carburants fossiles !
Last but not least, ce système de fonctionnement, partant d'un produit de base plus froid que l'air ambiant, ce procédé peut être la source d'une condensation artificielle, de la génération d'eau en tout lieux, même aride.
Alors qu'attend-on ?
Je ne peux pas aller plus loin, ce projet demande des moyens matériels, logistiques et surtout humains qui me dépassent.
Des milliards sont en sommeil dans des coffres, des entreprises sont à la recherche de nouvelles opportunités, des milliers, des millions d'êtres à travers le monde cherchent à travailler, si possible sur un projet porteur, motivant, noble, éthique.
Nos sociétés sont en danger climatique, nous avons une parade.
Alors cet appel s'adresse à chacun d'entre vous.
Médias, je suis à votre disposition pour développer, expliquer.
Entrepreneurs, j'ai déterminé plusieurs marchés directs ou indirects de ce process.
Acteurs politiques, j'apporte les clés de redressements économiques et écologiques.
Particuliers, mon idée sécurise techniquement et financièrement votre alimentation en eau et en énergie, et peut-être même un emploi pour ceux laissés sur le bord du chemin.
Faisons un effet colibri. Que chacun, à son niveau même le plus modeste partage ce message d'espoir et fasse que je sois entendu, soutenu, intégré dans la chaîne sociétale.
Fi des messages anxiogènes. Allons de l'avant. Espoir.
Merci.

Frontpicture

Je passe en vitesse pour donner des nouvelles....

Bonjour à tous!

 

Je suis (beaucoup) moins présent sur ce blog, navigant plus sur FB et autres (LinkedIn, YouTube et consors).
(Vous savez donc où me retrouver si vous le désirez)

Les travaux sur le solaire ont été un peu décevant, par erreur d'organisation de ma part, je le concède.

Ma priorité de ces derniers jours a été à nouveau sur l'usage de l'azote liquide à des fins de transition énergétique au sens large.
Je vous fournis les liens texte et vidéo, pour vous sensibiliser :

https://www.linkedin.com/pulse/apr%C3%A8s-l%C3%A9conomie-carbone-azote-jean-marc-doniat?trk=mp-author-card

 

Amusez-vous bien et à bientôt !

Un cap est franchi!

Franchissement d'obstacle

 

    Je me lance dans l'aventure entrepreneuriale!

Et pour cela, avec deux anciens élèves ingénieurs de Polytech, nous faisons tout pour nous faire connaître, apprécier.

Concours d'étudiants entrepreneurs, Pépite Créa Campus, nous aurons une première réponse le 24 mai prochain.

Et, depuis aujourd'hui, opération financement participatif via l'opération Make in Loire Valley :

http://www.makeinloirevalley.com/#/project/infinity-synergy

Pour nous suivre, une page facebook dédiée :

https://www.facebook.com/InfinitySynergy2016/

Et plusieurs vidéos sur YouTube :

https://www.youtube.com/channel/UCaJ-DN0KJ-79dhlv3ayiDKQ

En espérant que cette aventure, que vous suivez depuis des années, devienne réalité, un grand succès!

#Yapuka!

Bientôt la fin?

  Ne vous inquiétez  pas du titre!

Une profonde transition professionnelle va peut-être faire que ce blog n'aura plus lieu d'être.

Pages consacrées à un rêve, créer ma structure officielle, constituer une équipe, des partenariats sur des concepts réfléchis depuis belle lurette, ces pages doivent se conclure un jour, et, chance, sur une réalité.

Au fil du temps, des liens solides se sont tissés avec des institutions, des personnes, une ébauche de coordination est née, BCDGK Synergies.

Maintenant, ce bébé va marcher de manière autonome.

Le nom définitif n'est pas encore choisi, mais les projets et objectifs sont là.

Ce billet est rédigé pour remercier tous ceux qui m'ont lu, suivi, malgré de longues absences dans mes publications.

Il y aura une suite, je vous en parlerai avant de conclure définitivement ce blog.

Ce n'est pas une disparition, c'est une mutation, la fin de la chenille, le papillon apparaît....

Merci!

Cop21, l'after...

La Cop21, un bilan mitigé...

(Les fans absolus d'Alexandre Astier apprécieront...)

 

   Je compose ce texte alors que l'on attend d'un instant à l'autre un potentiel accord.

Pour autant, je me donne l'orgueil de donner dès à présent un point de vue sur le sujet.

Car, cette actualité nous parle à plusieurs niveaux, nous interpelle sur notre moi profond.

Attendons-nous réellement quelque chose des gouvernants, sachant que par le jeu politique, ceux qui s'expriment aujourd'hui pour des objectifs à moyen terme (80 ans!), ne seront sans doute plus là pour répondre de leurs actes?

 

Le progrès (positif ou négatif peu importe) vient-il du politique ou de l'acteur de terrain, citoyen, entreprise, bref toute « cellule vivante de nos sociétés »?

 

Donc, nos aspirations sont-elles réalistes?

A la fois, cette conférence est un peu l'image du père, du sage qui prend de belles décisions, par un biais hiérarchique piramidal, et d'un autre côté, une dictature que l'on rejette (c'est eux qui décident, et nous? ).

 

Cette ambivalence de nos réflexions nous pousse à un peu de modestie.

Si nous ne savons pas être stable dans nos désirs, comment peut-on prétendre demander quoi que ce soit à ceux qui nous représentent, vous le sentez bien le hiatus?

 

Donc, quelle que soient les décisions prises, elles seront imparfaites, incomplètes, contraignantes d'une manière ou d'une autre, bref, susciteront beaucoup d'agacement suivant notre vision des choses, nos oeillères....

 

Que je sache, G. Bell, Pasteur, Archimède, j'en passe et des meilleurs n'étaient pas dirigeants politiques.

 

De Gaulle a voulu une grande nation, il a dit que nous devions avoir ceci et cela, puis, basta, est retourné à ses affaires persos.

(Je vous refile la patate chaude...)

Ce sont les ingénieurs, les entrepreneurs, les ouvriers etc... qui se « sont tapé le boulot » pour que cette orientation devienne réalité.

 

Donc, la Cop21, c'est ça.

 

Des négociateurs qui montrent leurs ambitions, suivant leurs positions respectives de départ, des présentations de la société civile sur l'art et la manière de faire mieux, quitte à se limiter à du « greenwashing » et, l'on se doute, des centaines de labos, d'ateliers, de groupements citoyens qui, dans l'ombre, obstinément, s'activent à pondre les solutions de demain, au sens littéral du terme.

 

Autour de cela, de beaux parleurs se feront le plaisir d'ergoter sur l'actualité, ce qui alimentera de belle pages imprimées ou virtuelles, sans apporter d'eau au moulin.

 

Prenons par provocation plusieurs scenarii:

 

1) On ne décide de rien, « démerdez vous »!

Réaction, « bande de nuls, vous allez voir ce que l'on sait faire »!

 

2) On se limite à de belles intentions, allez, on vous donne un os, objectif 2°!

Réaction, « petits bras », on va vous montrer que l'on peut avoir de plus grandes ambitions!

 

3) On décide que la science et la techno ont les capacités de le faire, on se prend une grande claque, « on nettoie tout » dans les meilleurs délais, on décide que d'ici 10 ans, on peu réduire à zéro l'influence de l'homme sur le dérèglement climatique.

Réaction, woaw, le P..... de challenge! Comme l'homme sur la lune, on ne savait pas que c'était impossible, alors on l'a fait....

 

Comme vous voyez, toutes les interactions sont possibles, mais ce seront les acteurs qui feront ou non l'avenir, pas les parleurs.

 

Alors, hardi petits!

Et n'attendez rien des autres qu'à la proportion de ce que vous aurez vous même porté.

Cop21, économie 3D, El Nino

Prenons le temps de la réflexion...

   Nous sommes en pleine #Cop21 et comme à toute période de forte communication, les avis les plus divers, parfois opposés se diffusent de manière massive voire désordonnée.

Ayant la chance de pouvoir, de par ma position professionnelle en pleine évolution, avoir un certain recul sur ces publication, je désire vous faire bénéficier de mon point de vue synthétique de la situation globale de notre société humaine au sein d'un mileu naturel perturbé.

Le débat à la #Cop21 est à comprendre tant à la fois des enjeux et des acteurs présents.

Cette conférence réunit les décideurs politiques afin de définir une stratégie, un "plan" au niveau politique.

Ce n'est pas un salon des solutions de terrain, même si certaines sont présentées en marges de l'évennement.

Donc, quelle que soient les décisions prises au plus haut niveau des états, ce ne sera qu'un maillon d'un ensemble global d'actions à tous les niveaux de nos sociétés, en allant de l'individu/consommateur/acteur jusqu'aux choix d'entreprise, associations ou tout autre groupe humain.

 

Nous savons tous que les médias publieront, suivant leur orientations, des bilans mitigés sur cette conférence, car, suivant leur (notre?) subjectivité, il y aura toujours à redire.

La faute à notre désir de voir nos élites décider ce qui est le meilleur pour nous, par délégation de pouvoir, une recherche contradictoire entre une certaine forme de recherche de l'image du père et cela en parfaite contradiction avec notre déisr de démocratie, de liberté de choix.

Le débat sur l'inflence ou non de l'homme sur le dérèglement climatique n'est plus d'actualité.

Les conséquences de ce dérèglement sont là et il faut voir comment s'en prémunir.

Le phénomène #ElNino a cette année une ampleur inhabituelle et cela ne sera pas sans conséquences pour les semaines et les mois à venir, les prémices sont déjà visibles, pluies intenses après des sécheresses record en Inde et aux Etats-Unis par ex.

Retenons que pour nos sociétés modernes et mécanisées, les besoins primordiaux sont de plus en plus l'accès à l'eau et à l'énergie de la manière la plus stable qui soit.

Des sécheresses ou des pluies diluviennes sont des dangers.

La production erratique d'énergie sollicite les réseaux de distribution de toutes tailles.

Pourtant les gisements et les stocks infinis à l'échelle humaine sont là; il suffit de les mettre en perspectives grace à l'usage de bon sens.

L'eau suit un cyle qui assure la disponibilité de gisemnts. L'eau potable en est la rsultante. L'eau de mer, 70% de la surface du globe est la mine. Le traitement est le produit fini.

Donc il s'agit de structurer le process de transformation d'un matériau de base en produit fini, adapté au mileu où l'on se trouve.

C'est pour cela que je développe deux procédés, une décantation thermique basse pression et un filière azote liquide qui est à la fois source d'énergie verte 24/24 et de production d'eau par condensation en parallele.

Pour l'énergie décarbonnée, nous le savons de longue date, l'énergie solaire est à même de fournir mille fois nos besoins.

C'est d'ailleurs ce qui me fait dire que nous ne sommes pas dans un lilieu fini, puisque nous bénéficions de cet apport extérieur.

Et l'énergie est la base de toute transformation.

Le challenge est donc dans la conversion optimale de cette source primaire, rayonnements multiples, en leviers de performances.

La production industrielle classique est une gabegie technologique.

Mais de nouveaux outils tels que la production de mode addictif les imprimantes 3D par ex. permettent la réalisation de biens au plus près du consommateur avec l'usage raisonné des matériaux et de l'énergie nécessaire.

Ce n'est que la reformulation de techniques ancestrales.

Autrefois, on construisait avec les matériax disponibles, briques d'argile, pisé etc... Il n'y avait pas de déchets.

Le BTP, avec la production dans des fours géants et énergivores de ciment, est le premier producteur de CO² dans le monde.

Mais comme les gisements de sable se raréfie, nous risquons de ne plus faire de béton dans un proche avenir...

C'est pour cela que j'ai conçu ma dévoreuse de désert.

Ce sable a envahi des surfaces inimaginables de terres cultivable à travers les siècles. Les égyptiens vivaient jadis, les illustrations de la période pharaonique en témoignent, dans un savane.

Le Sahara, en 50 ans seulement a recouvert plus que la surface de la France métropolitaine.

Valoriser le sable pour les besoins locaux et l'exportation vers les pays en besoins (reconstitution de plages et de digues par ex.) finance la lutte contre la désertification, le reverdissement de territoire "miroirs" du réchauffement climatique, la stabilisation de populations locales par la création de leviers économiques positifs.

Et cela peut se faire sans consommation de carburants fossiles.

Les matières premières au niveau miniers s'épuisent. Mais, à force de les exploiter ici et là pour nous apporter des produits finis en nos territoires ne disposant pas de ces ressources à modifié la répartition des gisements. "Rien ne se crée, rien ne se perd", nos poubelles sont les mines de demain.

Extrayons nos résidus, nous sommes sur des mines d'or virtuelles.

Synthétisons les matières transformées en nouvelles matières premières, utilisons les mode additif pour refaire de nouveaux objets pour ne pas avoir de résidus à recycler, ces process fonctionnant aisément sur des sources électriques, sans émission de CO².

Plus ou moins d'outils de coupe, efficacité du cycle industriel, production localisé, donc emplois pour tous.

La nature, rappelons le, est le labo de R&D le plus ancien, 5 milliards d'années!

Les travaux largement diffusés et pourtant pas assez lus, a démontré la puissance fabuleuse de modestes acteurs naturels.

Les bactéries, les micro-algues, certains fungus ont la capacité de produire rapidement, très rapidement, les constituants de base de nos besoins. Dépolluants de tous indésirables, hydrocarbures répandus, molécules complexes (métaux lourds...), bases alimentaires....

Ceratins même nous offrent des possibilités que l'on néglige, leur culture se fait par photosynthèse, donc émission d'oxygène, capture du CO².

Le CO², parlons-en!

Sa capture est un challenge, pas un problème.

Sa valorisation est un tremplin psychologique séduisant.

Production de graphène pour le stockage de l'énergie de manière compate et efficace, création de diamants artificiels pour des usages industriels, nanoparticules pour des constructions antisismiques....

La captation peut se faire par "simple" aspiration, sa transformation peut se faire à faible coût, son impact positif peut être rapide.

Bref, nous pouvons nettoyer les traces de deux siècles de société industrielle anarchique tout en générant une croissance économique idéalement répartie du la terre entière.

Les aléas météos peuvent être limités dans leurs impacts.

Construction:

Les yourtes, les tipis résistent mieux aux contraintes météo que nos constructions classiques, cubiques, pourquoi?

La forme circulaire est une évidence, le vent s'enrouel, contourne l'obstable, les surfaces planes sont des voiles à effets destructifs.

Lors des tempêtes aux USA, les rares constructions qui ont résisté étaient arondies.

De même, lors des incendies en Californies, les maisons rondes n'ont pas brulé, le flux laminaire a crée une "peau" protectrice.

Donc, s'inspirer modestement des héritages ancestraux, du biomimétisme est une solution qui nous pique les yeux par son évidence.

J'ai un grand espoir en l'avenir, j'ai conçu des logiques techniques pour le nourrir.

Soyons au rendez-vous de l'histoire.

Merci.

Une dream team en vue!

Du beau, du neuf, du "chaud bouillant"!

 

   Depuis cet été beaucoup de choses se sont passées, ce qui fait que le temps m'a manqué pour alimenter ce blog....

Etre victime de son succès, beaucoup de gens en rêvent....

Cela commence donc pendant les congés d'été. Un journaliste que je connais de longue date veut me faire un portrait sur le média local, bilan, une pleine page!

Un drole de fou pensant image article droite

Cette édition m'attire l'attention d'une antenne du Lyon's Club local qui me commande ipso facto une conférence.

Le jour même de cette conférence, j'apprends que l'école Polytech, qui forme de élèves ingénieurs retient un de mes projets comme travaux de fin d'année de leurs 5 ème année.

Polytech rvb

Comme le projet leur plait beaucoup et que la structure Créa Campus aide les jeunes à créer leur entreprise, un quartet d'étudiants s'associent pour lancer une start-up.

Bcdgklogo1

A la présentation devant des parrains éventuels, ceux-ci se disputent l'avantage de nous aider dans nos démarches!

Un autre "bébé" lui est validé Cop21 et attire aussi beaucoup de responsables divers.

Azergy

Les vacances arrivent mais ne seront pas calmes!

En effet, d'autres interviews sont commandées pour les jours et semaines à venir sur tous types de médias.

Rendez-vous, brainstormings etc... cela n'arrête pas, et c'est très bien ainsi!

Une brève...

Je ne fais que passer...

 

   Ayant à gérer plusieurs pages différentes, je n'ai plus trop le temps d'alimenter ce blog, et, de plus, tout ce que je pourrais avoir à publier risquant fort d'être sous le coup de secret technologique, je me fais rare!

 

Alors, pour me faire pardonner, cadeau, une vidéo sans façon, une prise, pas de montage....

Lire la suite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×