autonomie

Hélas pour Heuliez

Est-ce trop tard?

   En suivant l'actualité, j'ai vu dernièrement que Tesla Motors avait sorti un modèle 4 roues motrices, avec donc un train avant d'environ 200 ch.

D'autre part, son patron E. Musk, avait déclaré que ses sytèmes étaient Open Source, que n'importe qui pouvait faire des Tesla d'une certaine manière.

Je me suis dit ceci:

Heuliez n'avait pas la technologie pour réaliser des v.e. avec une autonomie suffisante, et encore moins de moyens financiers pour développer une R & D efficace.

Dès lors, je songeai que de conjuguer l'avancée technologique de Tesla Motors avec la compétence d'Heuliez en tant que carrossier aurait pu être une belle idée.

Nul besoin de prendre la base du modèle S, 400 ch, trop puissant. En plus, en propulsion, cela ne concient pas à nos habitudes de conduite. 

Mais, vu que désormais il existe une possibilité d'avoir un train avant motorisé, avec une puissance suffisante, que le pack de batteries offre déjà jusqu'à 500 km en mode 400 ch, que pourrions nous attendre d'un modèle 200 ch, traction avant, avec ce même pack d'accumulateurs?

A priori encore plus d'autonomie.

Le réseau de bornes de recharges se développe de plus en plus.

Donc, si quelqu'un me lit et désire approfondir le sujet, je suis joignable aux coordonnées figurant en page d'accueil...

Je lance une perche, comme ça, tout ça, tout ça...

Bon w.e. à tous!

Et encore merci de votre fidélité, la barre des 105 000 pages vues a été dépassée cette semaine!

J'aime Facebook

FB un accélérateur de particules?

  Si certains disent dans des pubs "j'aime ma banque", je joue le même jeu avec mon titre. Second degré.

En cette période où il est de bon ton de critiquer pour se justifier, se donner une pseudo-importance, je joue le "judo mental" et je positive ce qui peut l'être.

Ce qui n'influe en rien un sens critique nécessaire pour autant. Mais en cette période, progressent les constructifs.

Donc, que justifie mon affect actuel sur Facebook?

Dans la méthodologie de la conception, croiser les opinions, les savoirs, faire du brainstorming à toute heure, en tout lieu, avec des partenaires proches ou très éloignés, Internet le permet. Donc Fb.

Cerveau activite homme

Quand vous développez de la communication avec vos "amis Fb", vos concepts passent très rapidement d'une arborescence en 2D à une pensée 3D, aux liens multiples et denses, plus proches du système physique du cerveau. Mises en perspectives, analyses croisées, réponses originales ET pertinentes, c'est une vision des choses à la fois forte et cruelle du projet de base, qui devient vivant, actif, implacable de justesse.

J'aime.

Remise en cause des savoirs, besoin immédiat d'améliorer ses compétences pour une respectabilité intellectuelle personnelle.

L'enjeu est énorme et primordial.
je recommande fortement à chacun de se tenir ce discours pour être satisfait pleinement de son propre travail, car, ainsi, les problèmatiques deviennent des challenges, les épreuves deviennent jeux, l'effort devient plaisir.

Bonne journée à tous!

A fond les manettes!

Débordé! Et c'est tant mieux!

   Je reviens!

Ces dernières semaines sont de pures périodes de folie. Mon travail salarié est assez prenant mais ce n'est pas la raison principale de mon absence.

Non, en réalité, c'est mes projets de novembre prochain qui m'ont éloigné de ce blog.

En trois jours, je dois assurer à la fois une session de formation sur les tablettes et smartphone sur toute une journée, sur la base de rencontres d'environ 20/30 minutes ciblée grand-public et, aussi, une conférence de quatre heures sur les ENR cette fois-ci à un public d'élèves ingénieurs de l'Université de Tours.

Comme je veux en profiter pour rendre ce dernier support de communication dynamique, il me faut faire un travail de fond. Réunir les dernières informations disponibles, réaliser une analyse détaillée sur cet univers si diffus (quelle énergie finale, quelle source d'origine, quelle acceptation de la part des diverses populations, cycles économiques etc...) pour faire que les ENR soient « intelligibles ».

Le but final étant de présenter mes propres propositions et voir si elles peuvent trouver un accueil favorable en vue d'une expertise/développement à très court terme.

Donc, la partie finale est conséquence du travail en amont, crédibilité oblige.

D'où mon absence sur ce blog.

Ce qui n'a pas interdit une consultation régulière si je dois me fier aux statistiques de fréquentation toujours élevées.

Le fait de rassembler, structurer de manière optimale ma pensée a eu d'autres avantages.

J'ai mieux structuré ma stratégie, et, de là, défini plus précisément mon calendrier des actions futures.

Telles des pièces détachées d'un kit industriel, j'ai conforté l'idée que je dois trouver de multiples acteurs économiques pour autant d'innovations différentes mais, pour autant, imbriquées les unes aux autres pour une stratégie globale qui touche au niveau macro-économique à des domaines extrêmement variés.

Je me trouve à impacter l'industrie de l'énergie (thermique, électrique...), l'industrie nautique, minière, la dépollution des mers, la conversion d'outils industriels, l'agriculture etc...

Ce qui est un peu dur à gérer pour une seule personne, vous l'admettrez!

Il est vrai que lorsque notre économie tournait, globalement, autour du pétrole, les choses étaient plus simples. La pollution était « secondaire », la chimie et les transport étaient satisfaites d'un approvisionnement simpliste.

Aujourd'hui la partie est plus complexe. On passe de la belotte aux tarots.

J'entends par là que les cartes sont plus nombreuses, les combinaisons augmentent de manière exponentielles.

Donc, être à la fois capable d'analyser et aussi de proposer des actions directes n'est pas aisé. Mais c'est mon ambition. Se limiter à donner des leçons n'apporte pas grand-chose. Proposer des idées qui ne reposent pas sur une vision réaliste de la situation actuelle et future est suicidaire.

La synthèse que je fais, et je simplifie à outrance, est celle-ci:

Nous sommes au sein d'un milieu fini, la Terre.

Durant des siècles, nous avons « tapé » dans les réserves avec gourmandise.

Foré, gratté, creusé, transporté, transformé...

Aujourd'hui, les réserves sont ou très réduites ou très coûteuses à exploiter.

Nos décharges, elles, regorgent du fruit de notre travail antérieur.

Lavoisier va nous être utile pour illustrer mon propos.

Rien ne se crée etc...

Donc, pour les matériaux, forcément, il faudra absolument fouiller dans nos poubelles pour récupérer les métaux, minéraux etc... avec l'avantage que ces gisements sont locaux, donc pour le plus grand bénéfice de nos balances commerciales.

Deux, le soleil, sous forme de photons, chaleur, flux des vents etc... est la solution à un milieu fini puisqu'il s'agit d'un apport extérieur!

L'hydrogène, sous forme simple ou combinée est une molécule capitale de notre avenir, de par sa disponibilité incroyable et ses capacités multiples.

Donc, l'avenir est radieux, et pour le faire émerger, il y a du travail pour énormément de personnes qualifiées ou non.

Une conclusion optimiste et non béate sera la brève chute de ce billet, le développement global étant réservé à ma conférence du 10/11 prochain.

Je ne sais pas si elle sera filmée et diffusée, si elle plaira, mais je travaille dessus comme un forcené et je suis hyper motivé, déterminé.

Voilà, c'est dit.

A+!

Réflexions sur le système HHO

L'eau de mer, source de la transition énergétique?
 
   Vous le savez, parmi les différents axes de travail que j'exploite, il y a le système HHO ou électrolyse basse consommation.
Pour les petits nouveaux qui nous rejoignent, la particularité de ce concept est que l'on ne cherche pas à séparer l'oxygène de l'hydrogène à travers deux espaces séparés, ce qui oblige à éloigner les électrodes, source d'une grande consommation d'énergie.
Non, on veut juste casser les molécules d'eau, produire un gaz et le consommer immédiatement, avant que ces deux parties ne se recombinent.
L'hydrogène est un excellent carburant (3x plus énergétique que les hydrocarburants) et l'oxygène est un comburant, qui permet donc une combustion du carburant (essayez donc de faire brûler une bougie dans un espace sans oxygène!).
Adapté à mon automobile, j'ai pu constater que, sur de longs trajets, même à grande vitesse, ma consommation d'essence descendait 
alors que je n'ai pas modifié l'électronique de gestion.
Mais, et c'est en échangeant avec un ami hier soir (merci Alexis Greff), que m'est venu à l'esprit un détail que j'avais négligé:
En franchissant le Massif Central, je n'ai pas perdu en puissance, alors que mon moteur n'est qu'un petit 1.1l.
En effet, produisant de l'oxygène, j'apporte à mon moteur le comburant qui peut me manquer en altitude.
Ainsi, on peut considérer que cette filière HHO peut aider les populations en altitude pour leurs besoins en énergie, électricité, chauffage, via un système thermique à haute performance (combustion optimale), à priori sans émission de co² (il faudrait analyser ce qui sort de la combustion de cette "eau").
En plus, son stockage, sa logistique est plus sécurisante que nos carburants classiques.
Hors tension électrique, ce "carburant" n'est que de l'eau!
Si une citerne se renverse, déversant son contenu, pas de pollution, une grosse flaque sera le seul désagrément....
Je pourrais développer plus, mais cela deviendrait vite barbant!
Par contre, les commentaires et objections, que vous pourriez apporter pour nourrir le débat sont les bienvenus et j'y répondrai avec plaisir...
Give3

Retour de vacances...

Congés originaux, positifs et technologiques

   Malgré mes belles promesses, je n'ai pas donné beaucoup de mes nouvelles ces derniers temps, je l'avoue.

Mais, avec ce billet, je vais me rattraper. En effet, j'ai profité de mes congés d'été pour ne pas voyager idiot, cumulant plaisirs du coeur et de l'esprit.

Convié par un ami de fraîche date, rencontré lors d'un mooc via Facebook, cet homme Bernard Lamailloux, formateur de qualité, généreux, ouvert, auteur d'un livre "Construire et animer une session de formation" Ed. Dunod, (qui est aussi un excellent support pour toute communication), qui a, en plus l'avantage de résider dans l'un des rares coins de France où le soleil est présent cet été (!), bref, cette invitation m'a permis d'accomplir plein de choses en très peu de temps.

Vous avez repris votre souffle, on reprend la narration.

Donc, pendant quelques jours, j'étais en Provence.

Soleil, températures agréables, paysages superbes, villes colorées et à l'architecture plaisante.

Mais, aussi, possibilités de faire des tests, des expériences!

Pour ce qui concerne les tests, j'ai pu valider l'efficacité de mon bocal d'électrolyse embarquée sur ma consommation d'essence sur de longues distances.

Bilan, à condition de bien refaire les niveaux d'eau tous les 100, à la limite 200 Kms, je ne consomme plus, même sur autoroute, que 5l/100.

Par contre, ayant négligé au retour le remplissage du bocal, j'ai eu tôt fait de transformer mon installation en gaspillage de calories, fort gourmand en électricité, et de voir la consommation monter au-dela de 7l/100!

J'ai aussi testé mes projets sur le solaire à concentration, avec une belle réussite. Mais, pour une analyse pleinement objective, il m'a manqué un microscope, ce qui sera vite réparé, dès que les commerces seront ouverts!

J'ai ramené un échantillon (5 litres) d'eau de mer, ce qui me permettra les jours prochains de faire un peu de chimie...

Je vous en dirai plus dès que les valeurs seront là.

Donc, qui dit voyage en Provence, dit spectacles merveilleux des paysages et vieilles pierres. Mais pas seulement.

C'est aussi là que l'on crée la nouvelle centrale Iter. Ayant longé le site, j'ai pu en mesurer l'ambition technologique, à défaut de pouvoir y entrer!

Mais, plus accessible, vous avez également l'une des premières agences Tesla, la voiture électrique américaine qui fait grand bruit dans le Landernau du véhicule vert.

Il faut savoir que Tesla s'implante commercialement avec une politique de service qui "fait la différence".

Aux propriétaires de leurs véhicules, cette société offre la recharge rapide, oui, offre!

Donc, sur des axes stratégiques, les stations/bornes de recharges sont mises en place pour correspondre à l'autonomie des véhicules certes, mais aussi, au confort de conduite:

Deux heures de route? Un repos est conseillé. Chance (!) une borne vous attend, vous permet de faire, le temps de prendre une boisson, de se dégourdir les jambes, de faire ses besoins, le "plein" de votre véhicule!

Donc, en sortie d'autoroute, en banlieue d'Aix en Provence, une agence Tesla s'est ouverte au printemps, juste à temps pour la saison touristique et recevoir à la fois les clients (et ils sont là), et les visiteurs de passage. J'ai vu un touriste néerlandais venir se recharger les batteries, le visage frais et dispos après un long trajet certes, mais dans des conditions de confort incroyables.

Je le sais, puisque je suis monté à bord d'un véhicule de démonstration!

Ayant déjà été à bord de v.e., je sais que le couple intégral est disponible immédiatement.

Mais, car je suis ddifficile, je n'aimais pas trop entendre cette forme de sifflement du moteur élecrique.

Là, vous avez 400 chevaux, pas de boite de vitesse, un équipement luxueux, rien au rabais.

Ce qui donne ceci: une poussée constante à des vitesses éllevées, voire illégales (!), pas de "choc" à chaque passage de vitesse, ça pousse tout le temps, avec une stabilité qui surprend (agréablement), le dos collé au siège, avec le seul bruit des pneus sur le goudron, et léger encore.

Si vous recherchez des vidéos, vous verrez que cette voiture "enrhume" ses équivalentes thermiques.

Cela signifie que toute manoeuvre de dépassement se fera sans apréhension. Tout en sachant que ce véhicule, pour autant, avec 500 Kms d'autonomie, ne vous fera pas le coup de la panne!

L'atelier est aussi une source de surprises.

Habitué à des concessions "classiques", je fus (stupidement) surpris du vide apparent de la partie maintenance.

Forcément, avec un moteur électrique, plus d'entretien ordinaire, plus de fosse à vidange, de bidons d'huile de cartons de filtres etc...

Moins, beaucoup moins de stocks de pièces détachées, d'outils (pourquoi avoir des clés à bougies par exemple), juste l'équilibrage des pneux et des ponts pour les plaquettes de freins, même si la récupération de l'énergie au freinage réduit même cette consommation de pièces dites d'usure.

Cette matinée passée dans cette concession est source de tellement de découvertes que cela "vaut" une visite de musée pour la masse d'informations à y puiser!

Comme la gamme va s'étendre dans les mois à venir, tôt ou tard, vous pourrez accéder à cet univers sans le souci du pouvoir d'achat correspondant, vous voici prévenus!

Donc, comme vous le voyez, en quatre jours, j'ai accumulé tant d'expériences de vie et scientifiques, ramené de quoi prolonger ce parcours par de nouveaux tests, que vous aurez bientôt de mes nouvelles, en prolongement de cette belle aventure.

Heureux de vous retrouver pour partager ces instants.

D'ailleurs, les personnes que j'ai revu depuis mon retour en Touraine ont été plus émerveillés du récit technique que de la narration de la partie touristique, donc, j'espère vous avoir aussi "régalés" par ce billet.

A très bientôt!

HHO? à l'eau quoi!

HHO?

   Ce billet s'adresse aux lecteurs qui suivent mes différentes publications, à la fois sur ce blog, mais aussi sur ma page FB techno/design.

Mes travaux étant, suivant le temps libre disponible, orienté sur tel ou tel sujet, précisons que, actuellement, je suis très impliqué sur l'étude pratique du système HHO.

Et, par retour d'expérience, voici, de manière détaillée, ce que j'en retire, en détermine comme objectif pour l'avenir.

Le système HHO a pour principe une électrolyse particulière.

En décidant de rapprocher le plus possible les électrodes, on casse les molécules d'eau en hydrogène et oxygène sans les séparer véritablement, on ne les « récupère » pas via deux circuits séparés.

Ce qui implique que ce comburant produit doit se reformer en eau très rapidement.

Donc, il faut le consommer immédiatement!

Par contre, force est de constater que ce gaz « instable » peut avoir des usages multiples.

« Dopant » l'admission, il permet, à certaines phases de conduite, de belles économies de carburant « classique », surtout sur route à régime constant.

Via les buses existantes, il peut alimenter un chalumeau ou un réchaud.

Mais, il a des limitations physiques.

Peu de variabilité de production en temps réel.

D'où le fait qu'en circulation urbaine, il répond moins bien aux sollicitations du moteur, réduit moins les consommations.

D'un autre coté, l'histoire des sciences nous a fait découvrir différents types de moteurs, de la machine à vapeur aux dernières générations de moteurs électriques en passant au moteur à combustion interne, le moteur à essence ou diesel qui nous sont familiers.

Parmi les moteurs qui furent imaginés, il existe un type particulier, le moteur à combustion externe.

C'est le moteur à vapeur, une chauffe d'un volume d'air ou d'eau crée une dilatation du volume chauffer, entraînant une turbine.

Le propre de ces machines est de ne pas offrir une variabilité de régimes de rotation.

Par contre, les rendements sont optimisés.

Et, là, je crois que vous commencez à percevoir ma vision...

En effet, si nous avons d'un coté une production de gaz « constante » et un moteur à régime invariant, nous ne pouvons qu'associer les deux pour une combinaison parfaite.

La production de gaz « on demand » a l'avantage de limiter les risques puisque nous n'avons aucun stockage de gaz explosif.

Le moteur étant optimisé à son régime de fonctionnement, nous pouvons passer d'un rendement de 30% pour les moteurs « classiques » à 60% ou plus pour un moteur Stirling ou à cycle de Rankine, ces moteurs à combustion externe.

La source d'approvisionnement en carburant, l'eau, n'est pas un problème puisqu'il ne s'agit pas de « prendre » sur les ressources en eau potable.

Comme je l'ai dit dans mes pages FB, l'eau de mer constituant 70% de la surface du globe, nous avons un gisement à portée de main absolument considérable, sans besoin de forage.

Un travail chimique sur l'eau de mer « brute » pour savoir ce qui doit en être filtré pour la rendre compatible avec le système HHO se justifie.

Le « fruit » de cette filtration sera certainement valorisable, minéraux, particules métalliques etc peuvent être, par la loi des grands nombres, être à l'origine d'exploitations industrielles, engrais naturels, matière première pour l'industrie etc...

Une décantation thermique (solaire), peut participer à ce travail de filtration sans émission polluante, et source de revenus pour les pays les mieux exposés!

Pour les autres, la co-génération thermique est une solution toute trouvée.

En effet, si une centrale électrique du type HHO/moteur à combustion externe a un rendement de 60%, cela signifie pertes par frottement, donc chaleur, donc, valorisation de ces pertes par utilisation de ces calories à l'usage de cycles de décantation thermique de l'eau de mer.

Donc, nous avons un principe de base applicable sous toutes les latitudes.

Revenons à mon besoin originel, la mobilité automobile.

Certains d'entre vous auront déjà pressenti mon analyse et ma réponse:

Puisque ce cycle est invariant, l'hybridation est la solution, tel que GM à travers les modèles Volt ou Ampera l'a démontré.

Un groupe électrogène HHO travaille en combinaison avec le pack de batteries embarqué.

Sa puissance moyenne offre deux cycles possibles:

A petits besoins énergétiques le générateur transfère son excédent d'électricité vers la recharge des batteries.

A grands besoins, l'énergie du générateur se combine aux batteries pour suffire aux besoins globaux.

Sachant qu'à de rares occasions (voyages, transport de fret...) l'essentiel du temps, un véhicule est à l'arrêt, stationnement, le générateur peut travailler à la recharge des accumulateurs via une surveillance électronique.

(Pour le ferroviaire, suivant les pays, certaines motrices diesel pourraient aussi bénéficier de ce principe).

Ce qui limite les besoins de recharge sur le réseau électrique et la sollicitation indirecte de centrales polluantes (thermiques charbon, gaz, fioul), objection courante des « opposants » aux véhicules électriques.

Come je l'ai dit plus haut, ce même gaz s'adaptant à des moteurs existants, il peut s'envisager de convertir des centrales « classiques » à ce « carburant », ce qui limiterait la contestation écologique sur la production d'électricité de telle ou telle filière, un fractionnement des cellules de production de gaz pour une même turbine pourrait être une forme de variable d'ajustement aux besoins de carburant...

Donc, on a vue qu'à recherche des optimums, croisé aux « limitations » techniques des éléments constitutifs de la filière HHO, nous avons pu trouver des solutions adaptables à une large part des besoins en énégie de nos sociétés.

Et avant même toute objection, il n'y aura pas de panacée à ces besoins, le pétrôle bon marché nous a fait croire qu'il l'était, ses conséquences environnementales ont témoigné du contraire.

Donc, l'intelligence (collective, forcément) donnera des solutions via des mix énergétiques et techniques, à la stabilisation de nos économies qui auraient trop à souffrir de ruptures énergétiques.
Merci de votre attention.

Allegreto vivace!

100% récup!

   L'hiver arrive à grands pas et la protection contre le froid est une priorité, partout.

Je viens de protéger mon bocal d'électrolyse de ma voiture avec ce qui me reste de film aluminisé doublé de mousse que j'avais utilisé, il y à des années, pour poser un parquet flottant.

Comme ce bocal est dans le capot avant de la voiture, je le protège du froid et aussi, bénéficie de l'effet miroir pour améliorer le rayonnement thermique de la batterie qui lui est voisine. Ainsi, l'eau est plus vite à la meilleure température. Résultat dans les jours à venir, je vous raconterai.

Contre semelle dans les chaussure pour couper la sensation de froid aux pieds.

Il ne me reste plus qu'à récupérer un grand carton pour y coller, là aussi, du réflecteur afin de dégivrer plus vite le pare-brise avec les premiers rayons de soleil du matin.

Ce soir, réunion au Fun Lab pour voir si les professeurs de physique seront là et sauront me renseigner sur le courant de Foucault suite à mes lectures de fin de semaine.

Hiver actif, je vous le dis!

Je rappelle que, donc, je suis sur Facebook, Tweeter, G+, Viadeo, Linkedin et que mon adresse mail est jean-marc.doniat@laposte.net

A+

100% Recycling !

   Winter is fast approaching and protection against the cold is a priority everywhere.

I have to protect my jar electrolysis in my car with what I have aluminized movie lined with foam that I used there for years to ask a floating floor .

As this jar is in the bonnet of the car, I protect from the cold and also benefits from the mirror to improve the thermal radiation of the battery which is nearby. Thus, water is faster at the best temperature . Results in the days to come, I tell you .

Against sole in the shoe to cut the sensation of cold feet .

It only remains for me to recover a large cardboard box to paste here too, the reflector to accelerate defrosting the windshield with the first rays of the morning sun.

Tonight Fun Lab meeting to see if physics teachers will be there and will inform me about the « Courant de Foucault » after my reading weekend .

Active winter, I tell you!

I notice that, so I 'm on Facebook, Tweeter, G+, Viadeo, Linkedin and my email address is jean-marc.doniat@laposte.net

Have a nice day and see you soon!

Chose promise, chose due

Nouvelle création... encore!

Pour ceux qui m'ont lu sur la page FB, j'avais annoncé qu'une nouvelle création avait surgi dans mon cerveau, presque sans le vouloir.

Comme promis, au fil de l'eau, ce jour, je vais vous en parler, suivant mes disponibilités.

Bon, partons du concept d'origine, pour bien comprendre. Le "projet estival". Le but était d'associer le système de volant d'inertie à l'énergie éolienne pour développer les usages, améliorer les performances des éoliennes (circuit long sur un flux d'air concentré), alimenter le volant d'inertie au-dela de la simple récupération de l'énergie au freinage, gérer les freins aérodynamiques d'un véhicule au lieu de simplement les esquiver.

Je vous pose en illustration un croquis "jeté" au coin de la table de "la bête" vue de coté. Pour des raisons évidentes, peu de détails vous seront offerts, petits gourmands!

projet-estival001.jpgEnsuite, développement. Quel véhicule pour profiter de ce groupe propulseur? La majorité des personnes se déplaçant à bord d'un véhicule sont seuls. Le vélo est de plus en plus utilisé. Il ne fait pas toujours beau et, de plus, le vélo n'offre aucune protection aux chocs. Pour finir, le meilleur vélo, en termes de performances est le vélo "couché".

Donc, mon véhicule est monoplace, comme un vélo. Avec une coque de protection, trois roues, pour la stabilité et... repliable, pour lutter contre l'encombrement.

Et, là surprise! Si le véhicule est repliable, exploitation du concept. Le pliage se fera par le biais d'un ressort de rappel. Ainsi, la partie plancher-siège se relèvera avec le passager pour faciliter la sortie du véhicule en le mattant, par glissement, en position debout "assistée".

Second avantage, lors de la prise du véhicule, un jeu de cables-poulies se mettra en jeu lors de l'assise, à la fois pour accompagner en douceur la descente et récupérer ce mouvement en entraînement du volant d'inertie pour lancer le moteur ou recharger les quelques batteries à bord, ce qui facilitera le premier démarrage.

Si j'ai le temps, je vous fournirai les croquis en cours pour expliquer le concept visuellement.

Le véhicule est, ainsi, une sorte de pompe actionnée par le poids du pilote, autant tout valoriser, non?

La structure du plancher, de la coque etc... sera le plus possible en bio composites. Le lin me semble correspondre à mes besoins, puisqu'à performances mécaniques égales, il est plus léger que la fibre de verre. Que, de plus, vu les différents tissages existants, il saura s'adapter aux besoins de moulage plus ou moins épais suivant les contraintes de résistance.

Bon, après cette "mise en bouche", je retourne à ma planche à dessin.

A+

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×