création d'entreprise

Un cap est franchi!

Franchissement d'obstacle

 

    Je me lance dans l'aventure entrepreneuriale!

Et pour cela, avec deux anciens élèves ingénieurs de Polytech, nous faisons tout pour nous faire connaître, apprécier.

Concours d'étudiants entrepreneurs, Pépite Créa Campus, nous aurons une première réponse le 24 mai prochain.

Et, depuis aujourd'hui, opération financement participatif via l'opération Make in Loire Valley :

http://www.makeinloirevalley.com/#/project/infinity-synergy

Pour nous suivre, une page facebook dédiée :

https://www.facebook.com/InfinitySynergy2016/

Et plusieurs vidéos sur YouTube :

https://www.youtube.com/channel/UCaJ-DN0KJ-79dhlv3ayiDKQ

En espérant que cette aventure, que vous suivez depuis des années, devienne réalité, un grand succès!

#Yapuka!

Bientôt la fin?

  Ne vous inquiétez  pas du titre!

Une profonde transition professionnelle va peut-être faire que ce blog n'aura plus lieu d'être.

Pages consacrées à un rêve, créer ma structure officielle, constituer une équipe, des partenariats sur des concepts réfléchis depuis belle lurette, ces pages doivent se conclure un jour, et, chance, sur une réalité.

Au fil du temps, des liens solides se sont tissés avec des institutions, des personnes, une ébauche de coordination est née, BCDGK Synergies.

Maintenant, ce bébé va marcher de manière autonome.

Le nom définitif n'est pas encore choisi, mais les projets et objectifs sont là.

Ce billet est rédigé pour remercier tous ceux qui m'ont lu, suivi, malgré de longues absences dans mes publications.

Il y aura une suite, je vous en parlerai avant de conclure définitivement ce blog.

Ce n'est pas une disparition, c'est une mutation, la fin de la chenille, le papillon apparaît....

Merci!

Cop21, économie 3D, El Nino

Prenons le temps de la réflexion...

   Nous sommes en pleine #Cop21 et comme à toute période de forte communication, les avis les plus divers, parfois opposés se diffusent de manière massive voire désordonnée.

Ayant la chance de pouvoir, de par ma position professionnelle en pleine évolution, avoir un certain recul sur ces publication, je désire vous faire bénéficier de mon point de vue synthétique de la situation globale de notre société humaine au sein d'un mileu naturel perturbé.

Le débat à la #Cop21 est à comprendre tant à la fois des enjeux et des acteurs présents.

Cette conférence réunit les décideurs politiques afin de définir une stratégie, un "plan" au niveau politique.

Ce n'est pas un salon des solutions de terrain, même si certaines sont présentées en marges de l'évennement.

Donc, quelle que soient les décisions prises au plus haut niveau des états, ce ne sera qu'un maillon d'un ensemble global d'actions à tous les niveaux de nos sociétés, en allant de l'individu/consommateur/acteur jusqu'aux choix d'entreprise, associations ou tout autre groupe humain.

 

Nous savons tous que les médias publieront, suivant leur orientations, des bilans mitigés sur cette conférence, car, suivant leur (notre?) subjectivité, il y aura toujours à redire.

La faute à notre désir de voir nos élites décider ce qui est le meilleur pour nous, par délégation de pouvoir, une recherche contradictoire entre une certaine forme de recherche de l'image du père et cela en parfaite contradiction avec notre déisr de démocratie, de liberté de choix.

Le débat sur l'inflence ou non de l'homme sur le dérèglement climatique n'est plus d'actualité.

Les conséquences de ce dérèglement sont là et il faut voir comment s'en prémunir.

Le phénomène #ElNino a cette année une ampleur inhabituelle et cela ne sera pas sans conséquences pour les semaines et les mois à venir, les prémices sont déjà visibles, pluies intenses après des sécheresses record en Inde et aux Etats-Unis par ex.

Retenons que pour nos sociétés modernes et mécanisées, les besoins primordiaux sont de plus en plus l'accès à l'eau et à l'énergie de la manière la plus stable qui soit.

Des sécheresses ou des pluies diluviennes sont des dangers.

La production erratique d'énergie sollicite les réseaux de distribution de toutes tailles.

Pourtant les gisements et les stocks infinis à l'échelle humaine sont là; il suffit de les mettre en perspectives grace à l'usage de bon sens.

L'eau suit un cyle qui assure la disponibilité de gisemnts. L'eau potable en est la rsultante. L'eau de mer, 70% de la surface du globe est la mine. Le traitement est le produit fini.

Donc il s'agit de structurer le process de transformation d'un matériau de base en produit fini, adapté au mileu où l'on se trouve.

C'est pour cela que je développe deux procédés, une décantation thermique basse pression et un filière azote liquide qui est à la fois source d'énergie verte 24/24 et de production d'eau par condensation en parallele.

Pour l'énergie décarbonnée, nous le savons de longue date, l'énergie solaire est à même de fournir mille fois nos besoins.

C'est d'ailleurs ce qui me fait dire que nous ne sommes pas dans un lilieu fini, puisque nous bénéficions de cet apport extérieur.

Et l'énergie est la base de toute transformation.

Le challenge est donc dans la conversion optimale de cette source primaire, rayonnements multiples, en leviers de performances.

La production industrielle classique est une gabegie technologique.

Mais de nouveaux outils tels que la production de mode addictif les imprimantes 3D par ex. permettent la réalisation de biens au plus près du consommateur avec l'usage raisonné des matériaux et de l'énergie nécessaire.

Ce n'est que la reformulation de techniques ancestrales.

Autrefois, on construisait avec les matériax disponibles, briques d'argile, pisé etc... Il n'y avait pas de déchets.

Le BTP, avec la production dans des fours géants et énergivores de ciment, est le premier producteur de CO² dans le monde.

Mais comme les gisements de sable se raréfie, nous risquons de ne plus faire de béton dans un proche avenir...

C'est pour cela que j'ai conçu ma dévoreuse de désert.

Ce sable a envahi des surfaces inimaginables de terres cultivable à travers les siècles. Les égyptiens vivaient jadis, les illustrations de la période pharaonique en témoignent, dans un savane.

Le Sahara, en 50 ans seulement a recouvert plus que la surface de la France métropolitaine.

Valoriser le sable pour les besoins locaux et l'exportation vers les pays en besoins (reconstitution de plages et de digues par ex.) finance la lutte contre la désertification, le reverdissement de territoire "miroirs" du réchauffement climatique, la stabilisation de populations locales par la création de leviers économiques positifs.

Et cela peut se faire sans consommation de carburants fossiles.

Les matières premières au niveau miniers s'épuisent. Mais, à force de les exploiter ici et là pour nous apporter des produits finis en nos territoires ne disposant pas de ces ressources à modifié la répartition des gisements. "Rien ne se crée, rien ne se perd", nos poubelles sont les mines de demain.

Extrayons nos résidus, nous sommes sur des mines d'or virtuelles.

Synthétisons les matières transformées en nouvelles matières premières, utilisons les mode additif pour refaire de nouveaux objets pour ne pas avoir de résidus à recycler, ces process fonctionnant aisément sur des sources électriques, sans émission de CO².

Plus ou moins d'outils de coupe, efficacité du cycle industriel, production localisé, donc emplois pour tous.

La nature, rappelons le, est le labo de R&D le plus ancien, 5 milliards d'années!

Les travaux largement diffusés et pourtant pas assez lus, a démontré la puissance fabuleuse de modestes acteurs naturels.

Les bactéries, les micro-algues, certains fungus ont la capacité de produire rapidement, très rapidement, les constituants de base de nos besoins. Dépolluants de tous indésirables, hydrocarbures répandus, molécules complexes (métaux lourds...), bases alimentaires....

Ceratins même nous offrent des possibilités que l'on néglige, leur culture se fait par photosynthèse, donc émission d'oxygène, capture du CO².

Le CO², parlons-en!

Sa capture est un challenge, pas un problème.

Sa valorisation est un tremplin psychologique séduisant.

Production de graphène pour le stockage de l'énergie de manière compate et efficace, création de diamants artificiels pour des usages industriels, nanoparticules pour des constructions antisismiques....

La captation peut se faire par "simple" aspiration, sa transformation peut se faire à faible coût, son impact positif peut être rapide.

Bref, nous pouvons nettoyer les traces de deux siècles de société industrielle anarchique tout en générant une croissance économique idéalement répartie du la terre entière.

Les aléas météos peuvent être limités dans leurs impacts.

Construction:

Les yourtes, les tipis résistent mieux aux contraintes météo que nos constructions classiques, cubiques, pourquoi?

La forme circulaire est une évidence, le vent s'enrouel, contourne l'obstable, les surfaces planes sont des voiles à effets destructifs.

Lors des tempêtes aux USA, les rares constructions qui ont résisté étaient arondies.

De même, lors des incendies en Californies, les maisons rondes n'ont pas brulé, le flux laminaire a crée une "peau" protectrice.

Donc, s'inspirer modestement des héritages ancestraux, du biomimétisme est une solution qui nous pique les yeux par son évidence.

J'ai un grand espoir en l'avenir, j'ai conçu des logiques techniques pour le nourrir.

Soyons au rendez-vous de l'histoire.

Merci.

Concept global

Transition énergétique et industrielle.

  A force de collecter des informations de tous horizons et de songer à l'actualité économique dont on ne désespère pas de voir le contexte s'améliorer, je me suis dit, comment conjuguer les besoins en énergie d'une population, contribuer à la relance de l'emploi, tout en procurant l'un et l'autre au plus près des lieux de vie, tout en assurant la sécurité des lieux?...

   Pour la production d'énergie, l'électricité issue de filière 0% carbone est un objectif. Mais, pour les déplacements, le carburant liquide semble encore nécessaire pour un certain temps.

Alors, j'ai conçu un environnement productif qui allie de nombreux avantages:

En valorisant des structures industrielles (proches des villes, donc des résidents) en déclin, on peut en faire des sites de production conjointe d'électricité "verte" (éoliennes, panneaux solaires etc...) en usant des effets des bâtis (toitures pour le solaire, reliefs et angles pour l'éolien), l'intérieur servant de "cave" pour cultiver des micro algues.

En effet, ces algues ont besoin de CO² pour se développer, et où sont les "gisements"? En ville!

Ces algues ont de multiples usages, carburant, cosmétique et même bitumes.

On n'a donc pas besoin de terres nouvelles pour les cultiver, des silos suffisent.

Le reste de la structure apportera l'énergie nécessaire pour cet "élevage" (calories, pompes etc...), et, en s'y prenant bien, suivant les saisons, les matériels utilisés produiront plus que nécessaire, d'où C.A. par la revente de cette énergie au plus près des consommateurs, pas de pertes de transport.

Cela créera des emplois, de tous niveaux, à proximité des lieux de résidence, moins de déplacements, voire des systèmes de transports collectifs électriques proposés à tous.

Je n'en dis pas plus, je reste à la disposition d'acteurs économiques pour plus de développement, sous forme de consulting, portage salarial...

Vous savez ce qu'il vous reste à faire, y penser, me contacter, évaluer les potentiels....

A+

Hélas pour Heuliez

Est-ce trop tard?

   En suivant l'actualité, j'ai vu dernièrement que Tesla Motors avait sorti un modèle 4 roues motrices, avec donc un train avant d'environ 200 ch.

D'autre part, son patron E. Musk, avait déclaré que ses sytèmes étaient Open Source, que n'importe qui pouvait faire des Tesla d'une certaine manière.

Je me suis dit ceci:

Heuliez n'avait pas la technologie pour réaliser des v.e. avec une autonomie suffisante, et encore moins de moyens financiers pour développer une R & D efficace.

Dès lors, je songeai que de conjuguer l'avancée technologique de Tesla Motors avec la compétence d'Heuliez en tant que carrossier aurait pu être une belle idée.

Nul besoin de prendre la base du modèle S, 400 ch, trop puissant. En plus, en propulsion, cela ne concient pas à nos habitudes de conduite. 

Mais, vu que désormais il existe une possibilité d'avoir un train avant motorisé, avec une puissance suffisante, que le pack de batteries offre déjà jusqu'à 500 km en mode 400 ch, que pourrions nous attendre d'un modèle 200 ch, traction avant, avec ce même pack d'accumulateurs?

A priori encore plus d'autonomie.

Le réseau de bornes de recharges se développe de plus en plus.

Donc, si quelqu'un me lit et désire approfondir le sujet, je suis joignable aux coordonnées figurant en page d'accueil...

Je lance une perche, comme ça, tout ça, tout ça...

Bon w.e. à tous!

Et encore merci de votre fidélité, la barre des 105 000 pages vues a été dépassée cette semaine!

J'aime Facebook

FB un accélérateur de particules?

  Si certains disent dans des pubs "j'aime ma banque", je joue le même jeu avec mon titre. Second degré.

En cette période où il est de bon ton de critiquer pour se justifier, se donner une pseudo-importance, je joue le "judo mental" et je positive ce qui peut l'être.

Ce qui n'influe en rien un sens critique nécessaire pour autant. Mais en cette période, progressent les constructifs.

Donc, que justifie mon affect actuel sur Facebook?

Dans la méthodologie de la conception, croiser les opinions, les savoirs, faire du brainstorming à toute heure, en tout lieu, avec des partenaires proches ou très éloignés, Internet le permet. Donc Fb.

Cerveau activite homme

Quand vous développez de la communication avec vos "amis Fb", vos concepts passent très rapidement d'une arborescence en 2D à une pensée 3D, aux liens multiples et denses, plus proches du système physique du cerveau. Mises en perspectives, analyses croisées, réponses originales ET pertinentes, c'est une vision des choses à la fois forte et cruelle du projet de base, qui devient vivant, actif, implacable de justesse.

J'aime.

Remise en cause des savoirs, besoin immédiat d'améliorer ses compétences pour une respectabilité intellectuelle personnelle.

L'enjeu est énorme et primordial.
je recommande fortement à chacun de se tenir ce discours pour être satisfait pleinement de son propre travail, car, ainsi, les problèmatiques deviennent des challenges, les épreuves deviennent jeux, l'effort devient plaisir.

Bonne journée à tous!

I got an idea!

Nouveau bureau, nouvelle idée!

   Venant juste de réorganiser mon bureau, le rendant plus pratique, une nouvelle "invention" m'est venue à l'esprit.

En regardant la vidéo d'Arte consacrée au sable, j'ai noté quelques informations utiles et cela m'a donné quelque idée...

Le sable du désert est impropre à la construction. Trop rond, il ne permet pas une solidification efficace du béton, obligeant à se tourner vers le sable de mer, qui devient de plus en plus rare, cher, objet de trafics...

Il y à quelques années, un artiste, avec une simple lentille de Fresnel, a « sculpté » le sable en le fondant. Il a fait du verre avec les moyens du bord, une méthode « jugaad », pourrait-on dire, pour utiliser les jargons à la mode.

Comme, à l'inverse des plages, le désert s'étend (ref. Futuremeg de cette semaine), on se trouve à un carrefour d'oportunités:

Lutter contre la désertification en exploitant ce sable envahissant.

Trouver un gisement de minerai pour les usages industriels à faible coût.

Comment?

On sait faire du solaire à concentration, des tours solaires.

Utilisons cette infrastructure comme suit:

Une tour solaire servira de fonderie au sable « inutile », en le fondant légèrement, nous obtiendrons une modification de la forme des grains vitrifiés.

De plus, comme, pour des raisons optiques, nous devons focaliser la concentration du soleil sur un point haut, le sable acheminé au creuset au sommet de la tour sera à même d'être jeté après chauffe d'une certaine hauteur, brisant la cristalisation récente, assurant par son bris des grains bien irréguliers, avec des arêtes, propres à un usage technique. Les volumes de sables que nos sociétés réclament garantissent une rentabilité immédiate d'un tel outil.

Le gisement monstrueux que représente les déserts qui doivent être contraints assurent une fourniture de matière première pour une très longue période.

Pas de carburant nécessaire, le soleil suffira.

C.Q.F.D.

Bonne semaine!

New office , new idea !

I've just finished to reorganized and swept my office, and this effort stimulate my brain...

Watching the video on the franco-german channel Arte devoted to the sand, I noticed some useful information and it gave me some idea ...

The desert sand is unsuitable for construction. Too round, it does not allow effective solidification of concrete, causing it to turn to the sea sand, which is becoming increasingly scarce, expensive, trafficked ...

There a few years, an artist with a simple Fresnel lens, a " carved " into the sand flux. He made the glass with a shoestring, a method " Jugaad ", one might say, to use the fashionable jargon .

As, unlike the beaches, the desert stretches (ref. Futuremeg this week ), it is a crossroads of oportunities:

Fight against desertification in exploiting this invading sand.

Find an ore for industrial use at low cost.

How ?

We know how to do concentrated solar, solar towers .

Use this infrastructure as follows:

A solar tower used foundry sand "useless", basing slightly, we get a change in the form of vitrified grains.

Moreover, as, for optical reasons, we need to focus the concentration of the sun on a high point, sent to the crucible on top of the sand tower will be able to be discarded after heating to a certain height, breaking the crystallization recent failure by ensuring well irregular grains with sharp edges, suitable for technical use. Volumes of sand that our societies are demanding an immediate guarantee of such a tool profitability.

The monstrous deposit that represents the deserts should be forced ensure raw material supply for a very long time.

No fuel required , the sun will suffice.

Think about it!...

Good week !

Une folle idée... qui peut marcher! Suite.

Pour une bonne mayo....

   Le site facebook.com/pages/FactorYthon est né.

J'espère bien né! Ce site est concordant avec mes projets, puisque je montrerai que, ne pouvant tout faire, je dis haut et fort mes limites de capacités dans le développement de mes projets, les partenariats dont j'ai besoin, et que, à titre de métaphore, mon exemple n'est sans doute pas unique.

Factotytcone

Donc, en créant cette page, que je vous incite à "liker", à rejoindre, tous ceux qui, comme moi, ont des besoins, formation, financement, appuis logistiques etc... que siais-je peuvent trouver un carrefour des compétences, un lieu d'échanges.

J'ai publié un éditorial où je montre ce que je sais faire dans mes activités de loisirs pour mieux comprendre ce que je puis faire sur un plan productif, sur une activité d'entreprise:

Analyser le besoin,

trouver des solutions, simples, originales parfois,

les partager avec d'autres pour le bénéfice global de tous les acteurs.

Animer le débat aussi, mais de manière constructive!

A+

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×