dimanche

Archimède résoudra-t-il la transition énergétique? (dérivée troisième)

Vacances intenses! La fin?...

   Nous sommes dimanche.

Demain, je reprends mon travail salarié, mes activités annexes redeviendront un loisir, un accessoire.

Mais, aussi, une priorité, un projection sur demain. Mais, le temps existe-t-il, et si oui, « qui » est-il? Je vous propose de regarder cette vidéo où E. Klein expose à la fois son point de vue mais, surtout, car il a une grande honnêteté intellectuelle, les différentes « écoles » scientifiques ou philosophiques sur le sujet.

De mon coté, je ne saurais m'engager pour une doctrine ou une autre. Mais, comme toujours, cela m'inspire... pour totalement autre chose! Je vous ai parlé de mes projets d'éoliennes flexibles. J'ai obtenu de mon entourage une certaine crédibilité qui fait que des concepts mécaniques poussés jusqu'à l'absurde séduisent au point que mes amis et connaissances sont prêts a tester toute idée, même folle, juste pour voir où est la possible erreur, pousser une dérivée à son optimum ou son point de blocage. Par exemple, j'ai poussé le délire à imaginer une éolienne d'intérieur, flexible, actionnée par un petit moteur agitateur pour que l'amplitude du fouet (le mat) entraîne l'hélice à grande vitesse en rêvant que l'énergie produite par ce système donne une éolienne plus rentable qu'une machine en extérieur, tributaire du vent, variable très aléatoire. En effet, si l'on agite le mat 24h/24, on rentabilise une machine qui, autrement fonctionnerait 30 à 40% du temps... Mais, et mes rencontres de ce matin (concentration de voitures anciennes) et les échanges que j'ai pu avoir m'ont donné une contrainte: Si le mat balance de droite à gauche, forcément, aux extrémités se posera le problème d'un quasi arrêt de l'hélice. Cela signifie un problème de « lissage » de la production d'électricité. Et là, eureka! Au lieu de créer un simple va et vient du mat, je dois « obliger » le mat à faire un 8 (ou pour les scientifiques un infini) pour que l'hélice n'ait plus de véritable temps d'arrêt! Le mat sera posé sur un pied oscillant mais la traction sera de coté, pas dans l'axe. Puisque le mat est tout à la fois flexible et guidé par son pied oscillant sur deux axes différents, nous sommes en géométrie, j'ai un axe et sa dérivée, un 8! Plus de « temps mort ». De plus, comme je l'avais dit plus haut, mais sans le justifier, le mat sera suspendu. La raison est simple. Puisque je suis à l'intérieur, je n'ai plus besoin, pour cette expérience de flux d'air. L'air présent dans la pièce sera suffisant, via les mouvements du mat dans l'espace, à générer le mouvement de l'hélice. Et renversant l'ensemble, je résous le problème de la gravité, la «tête » qui aurait pu, sous sa propre masse s'effondrer, restera dans une position optimale pour « prendre le vent ». Pour les américains qui me lisent, je fais quelque part comme avec un lasso, je le fais plus facilement tourner au niveau du sol que au-dessus de ma tête!

A suivre...

Je rappelle que, donc, je suis sur Facebook, Tweeter, G+, Viadeo, Linkedin et que mon adresse mail est jean-marc.doniat@laposte.net

A+

Holiday intense !The end? ...

   We are on Sunday. Tomorrow I take my paid work, my related activities again become a leisure accessory. But, as a priority, a projection on tomorrow. But time does exist, and if so, "who" is it? I suggest you watch this video where E. Klein exposes both his point of view, but more importantly, because it has a great intellectual honesty, different scientific or philosophical "schools" on the subject.

From my side, I can not commit myself to a doctrine or another. But, as always, it inspires me ... for something else!

I told you about my plans for flexible turbines. I got around me some credibility that makes mechanical concepts pushed to the absurd appeal to the point that my friends and acquaintances are ready to test any idea, even mad, just to see where is the possible error push a derivative at its optimum point or blocking . For example, I pushed the delusion to imagine an indoor windmill, flexible, driven by a small motor agitator for the amplitude of the whip ( matte ) drives the propeller at high speed dreaming that the energy produced this system provides a more cost-effective than machine outside wind, wind dependent variable very random. Indeed, if the mat 24h/24 stirred, it pays for a machine that would otherwise work 30 to 40 % of the time ... But, and my meetings this morning (concentration of old cars) and the discussions I have had gave me a constraint: If the balance mat from right to left, inevitably, ends the problem arises of substantially stopping the propeller. This means a problem of "smoothing" of the electricity production. And then, eureka ! Instead of creating a simple and fro in the morning, I have to "force" the mat to make a 8 (or for scientifics infinite ) so that the propeller has no more real downtime ! The mat will be placed on an oscillating foot but will pull aside, not in line. Since the mat is both flexible and guided by its oscillating on two different axes foot, we geometry, I axis and its derivative, an 8 ! No more "dead time". Moreover, as I said above, but without justifying the mat will be suspended. The reason is simple. Since I 'm inside, I have no need for this experiment airflow. The air in the room is sufficient, via movement of the mat in space, generating the movement of the propeller. And reversing the whole, I solve the problem of gravity, the "head" that could, under its own mass collapse, remain in an optimal position to "take the wind." For Americans who read me, I like somewhere with a lasso, I do turn more easily than at ground level above my head!

Stay tuned....

I notice that, so I 'm on Facebook, Tweeter, G+, Viadeo, Linkedin and my email address is jean-marc.doniat@laposte.net Have a nice day and see you soon!

Bilan du w.e.

Heureusement que j'ai la semaine pour récupérer des w.e.!

  Je n'ai pas écrit ces deux derniers jours pour plusieurs raisons. La principale étant que, les statistiques le prouvent, j'ai moins de lecteurs affamés de données à cette période, la seconde, je n'ai pas eu beaucoup de temps libre pour composer, la troisième, je me formais en différentes technologies, échangeais avec J. de Rosnay et J-M. Jancovici quelques infos et pensées, et étudiais un concept que je vais vous présenter maintenant.

Ah, de plus, c'était l'anniversaire de ma femme, donc, la fête, pour qu'elle soit réussie, nécessite une implication personnelle, donc du temps consacré à ceux que j'aime, normal, non?

  Voici ce concept, une création "pour demain". Je veux dire qu'actuellement, le "marché" n'est pas encore disposé à adopter ce projet en masse.

Associant certains de mes travaux, bio composites, mécanique des fluides, optimisations diverses, filières courtes... et quelques données statistiques, je rejoins le groupe de ceux qui imaginent un véhicule urbain et périurbain "optimal".

Sachant que, et vous le voyez TOUS les jours, que la plupart des voitures n'embarquent qu'une personne à la fois.

Que nous sommes de plus en plus nombreux sur cette terre.

Qu'il y à de plus en plus de véhicules en circulation, entre-autres du fait du développement des zones périurbaines (en français, les banlieues).

Les rues deviennent des pièges, des sources de bouchons, temps perdu à la clé.

Donc, ce qui se conçoit actuellement c'est:

Un véhicule monoplace.

Léger.

Trois roues inclinables, pour retrouver la "souplesse" d'un deux roues avec la stabilité d'un 4.

Eventuellement repliable lors du stationnement.

Si possible, avec carrosserie. Sécurité et confort.

Motorisation humaine (vélo couché), thermique (downsizing), ou électrique. Le panaché de ces systèmes est inclus dans le pack énergétique.

Comment puis-je apporter ma pierre à l'édifice?

Un, je suggère l'emploi des bio composites, le lin remplace efficacement la fibre de verre puisque production locale décarbonée au maximum.

Résistance mécanique excellente puisque à qualité égale, le lin est plus léger que la fibre de verre!

Emploi des fractales pour la conception des formes.

En effet, face aux containtes de résistance, torsion etc... la nature a développé des solutions, les nervures des feuilles en est un témoignage "visible" très compréhensible, que les maths ont su traduire en équations.

Amélioration de la performance énergétique: Mon "projet estival". En effet, "prendre" le frein aérodynamique à travers une "bouche" qui canalise ce flux, le régule et le transforme en source primaire d'énergie pour une combinaison éolienne à circuit long (turbine de Tesla) et, aussi, volant d'inertie (le "kers" de la compétition automobile) peut avoir plusieurs avantages, certains inattendus.

Un, sur le plan énergétique, optimiser le flux aérodynamique, cela "parle" à chacun d'entre-nous.

Deux, plus original. Si le soubassement du véhicule sert à l'optimisation énergétique, cela rehausse d'autant la position couchée du pilote. Il voit mieux, il est mieux vu et, pour la montée et la descente du véhicule, l'assise est plus adaptée à notre morphologie. Confort, et sécurité, deux arguments "massue".

Utilisation de nos accessoires technologiques.

JM Jancovici peut pester contre les smatphones (extrèmements polluants à produire, à recycler et à utiliser), ils peuvent remplir une mission "écologique", si, si.

Le chassis composite du véhicule aura un dock pour poser l'appareil. Creux derrière pour faire amplificateur "passif". Sa position face pilote offrira (via des applis existantes ou à développer) un combiné compteur/GPS via son accéléromètre pertinent, donc pas besoin d'installer ce type d'appareil à bord du véhicule, ce qui ferait double emploi, double masse, consommation d'énergie stupide.

Pour la coque extérieure, se pose une question. Pour la partie "vitrée", quelle solution non "carbonée". Le verre est lourd est consommateur d'énergie à travers son cycle  de vie. Les acrylates sont issus de la chimie pétrolière.

Les algo carburants offrent-ils une chimie exploitable à ce niveau (toute info de votre part est la bienvenue).

Les roues.

On a vu, le poids (ou la masse) est l'ennemi. Donc, partant d'une base légère, les roues sont moins soumises à des contraintes structurelle. Plus fines et plus légères, il nous faut pourtant bien les concevoir.

Je propose des roues sans rayons (torsion) mais à aubes.Comme le carénage est fortement utilisé à la conception du véhicule, un profil qui "injecterait" de l'air sous pression provenant du déplacement dans l'air de l'objet optimiserait les rendements.

Régulation thermique de l'habitacle.

Comme nous sommes dans des volumes intérieurs réduits, le confinement doit être géré.

Un intérieur clair pour éviter des impressions de claustrophobie. De plus, vous le savez, la chaleur monte. Donc, derrière le pilote, au niveau du toit, un "échappement" de l'air intérieur dissipera de manière passive une atmosphère saturée par le CO² de notre respiration, les thermies en excès, un tissu respirant tel que l'on emploie déjà servant à la régulation hydrométrique. La coque peut avoir, en sandwich, une surface réfléchissante. Elle "conserve" les infrarouges du corps en hiver, elle "repousse" les infrarouges du soleil l'été. Moins de besoins de clim à bord. Encore du poids gagné tout en ayant un indice confort agréable.

Véhicule repliable.

J'imagine ceci: La zone réservé au pilote peut se redresser à la verticale, l'arrière, zone technique (motorisation/"réservoir"/coffre) se rapproche du train avant (deux roues) pour un ensemble stable. Hauteur max 2 mètres, pour un rangement aisé dans un garage, un cellier, sur la voie publique...

Cette donnée technique débouche sur une autre info. Une fois "déployé" le véhicule aura une longueur totale d'environ 2,40 m, une largeur entre 0,6 et 0,7 m pour une hauteur de 1,5 m.

D'après mes calculs que le manque de temps ne me permet pas de développer aujourd'hui, une puissance "utile" de 1 ch peut suffire.

Comparé aux véhicules électriques du marché "usant" entre 19 et 85 kw... avec la masse de batteries nécessaires, "yapafoto".

Bon, je dois partir au travail, je vous souhaite bonne analyse (commentaires bienvenus) et une bonne journée.

A+

Je rappelle que je suis aussi sur FB et Tweeter (en 8 jours, le nombre de followers "monte bien", merci)

J-1 pour deux raisons.

Vivent les vacances!


   Quand on me connait, on sait que cette phrase est à prendre au second, troisième.... 36 ème degré!

Preuve par l'exemple:

Qui dit vacances dit grasse matinée. Je me suis levé à 7 heures.

Qui dit vacances dit vivre cool. A 9h25, j'ai déjeuné, rangé, fait une lessive, consulté mon ordinateur (revue de presse et de vidéos pertinentes), pris trois cafés, pris soin des animaux de compagnie (à titre d'info, un chien, deux cochons d'Inde), changé les draps du lit et étudié mes projets technologiques avec une nouvelle évolution, soit dit en passant, bref, pas franchement joué relache.

Donc, vivent les vacances!

J'avais annoncé, avec un compte à rebours, que lundi je présenterais mon projet à réaliser dans les trois semaines qui viennent.

Bon.

Mais voila-t-y pas que demain, donc, changement de planning. Rendez-vous à Orléans pour un entretien qui me tient à coeur.

Avec le temps de route (je ne prendrai pas l'autoroute, je préfère le "chemin des écoliers") et celui de la rencontre aurai-je le temps de vous narrer mes ambitions?

Votre attente fièvreuse sera-t-elle satisfaite?

Ceux qui s'ennuient et qui se disent "Peste, j'aurais tant aimé me joindre à cette aventure car je ne sais quoi faire en cette période estivale?" vont-ils en être pour leurs frais?

Que nenni.

Je vais composer le billet de demain ce jour, le mettre de coté, et le publier demain au réveil, comme promis.

En ce qui concerne l'autre actualité, l'hyperloop de E. Munsk, compte tenu du décalage horaire avec les USA, cela attendra le soir, à charge pour vous de naviguer sur Internet pour vous documenter avant de profiter de mon point de vue personnel plus tard.

En parlant d'E. Munsk, ce matin, j'ai visionné ceci:

Cela vous rappelle forcément le système Better Place qui est en grande difficultés. Changer un pack de batteries en deux fois moins de temps que l'on fait le plein d'une berline, c'est parlant....

Certes, il peut être considéré que ladite berline a, en faisant le plein, une autonomie deux fois supérieure à la voiture électrique.

Mais la Tesla a, en conduite respectueuse du code de la route, une autonomie suffisante pour "tenir" deux heures. Donc le temps entre deux pauses conseillées.

Ce qui signifie que le temps de ladite pause, vous pouvez échanger aisément vos accumulateurs et repartir tranquile.

Comme le patron de Tesla compte implanter des centres de recharge à des points stratégiques, no problemo pour "tailler la route". En conservant une moyenne horaire comparable à un déplacement "classique".

Autre avantage, et non des moindres, sachant que ces stations services sont autant d'ateliers de maintenance potentiels, vous faites un échange standard d'accumulateurs, donc, votre pack d'origine qui peut éventuellement, à force de cycles de charge/décharge, perdre en performances, est échangé pour un pack vérifié, état optimal....

Malin, non?

Quand je vous dis que ce type n'invente rien, mais qu'il améliore l'existant pour en faire une réalité économique...

Il me rappelle quelqu'un... S. Jobs. Ne rien inventer, optimiser.

En cela, ces deux hommes sont de grandes sources d'inspiration.

   Et à ceux qui me diront que S. Jobs a commis beaucoup d'erreurs, je dirai d'accord. Justement.

   En retenant de leurs erreurs, on peut encore mieux faire, na!

Bon dimanche et à demain!...

Test proto

Quoi de neuf sous le soleil, la pluie?


   Hier, entre deux pluies, test sur route et autoroute de la voiture équipée du proto.  Aucun problème, bien au contraire. Mon petit 1.1l devient une voiture agréable sur voies rapides.
Par contre, il semblerait, qu'à moins de modifier la cartographie, nous n'ayons pas grand-chose à attendre de plus au niveau conso, un 5,5l aux 100 semble une barre limite. On partait, quand même de 7l/100!

bague-vortexi3d2013-2.jpg

Une Bugatti limitée à 50 km/h

Nouveau compteur de vitesse


  Le week-end, c'est la période de diffusion des magazines automobiles à la télévision. Je les regardes toujours, en direct ou en replay, car il y à toujours quelque chose à retenir, même dans les domaines les plus futiles.

Revient souvent le débat sur les limitations de vitesse, les radars etc...

Parlons un peu d'ergonomie, de pédagogie. Les tachymètres automobiles et moto sont de plus en plus digitaux. Ce sont donc des écrans vidéos, capables de tout représenter. Cette souplesse appelle à une réflexion. Pour beaucoup, les compteurs de vitesse doivent conserver une présentation "classique" à aiguilles, plus flatteuse. Mais, pour une voiture puissante, très puissante, lorsque le compteur va bien au-dela des limitations, vous avez un écrasement des données qui rend la lecture quasi impossible pour les plus basses vitesses. Comment distinguer aisément sur un compteur qui va jusqu'à 250, 300, voire 400 km/h, une différence entre 30 & 50 km/h, entre 50 & 70, entre 70 & 90?

Sachant que les voitures qui sortent de nos usines sont de plus en plus connectées, donc avec un GPS, je suggère ceci:

Le compteur de vitesse affiche sur environ 300°, la partie basse servant généralement aux données du type kilométrage partiel ou total.

Démarrage du véhicule, "full datas". Dans le cas (ultime actuellement) de la Bugatti, un joli compteur qui "monte" jusqu'à 400 km/h.

Premiers tours de roues. Le GPS identifie la situation géographique du véhicule, ville, campagne, aire d'autoroute etc...

Le compteur s'adapte visuellement à la zone déterminée. Par exemple, en ville 50 km/h maximum.

Cala signifie qu'à la vitesse de 45 km/h, le compteur est quasiment "au taquet". La lisibilité est optimale, non?

Lorsque la vitesse limite est dépassée, changement de couleur du fond d'écran, pour alerter le conducteur. On évitera le rouge, excitant, qui pousserait aus excès. Le bas du compteur afficherait la vitesse réelle, sachant que l'aiguille, elle, serait "à fond".

Avantages:

Pour le conducteur habitué au parcours, simple rappel à l'ordre, la routine pousse parfois à des débordements inconscients.

Pour celui qui n'est pas "du coin", qui cherche un peu sa route, cette précieuse indication l'intègre mieux dans la circulation locale. Nombre de visiteurs se font "piéger" en sortie de bretelle de voies rapides, là, "on sait"! J'en parle encore plus volontiers que je réside dans la ville qui détient le radar qui "flashe" le plus en France. Et il n'est pas certain que ce sont les "locaux" les plus verbalisés...

Comme je ne peux pas tout créer, inventer, mettre sur le marché avec mes moyens actuels, je lance cette idée, libre de droits, à toute société qui réalise ces appareils pour en faire le meilleur usage...

A+

Crowdfunding ou partage de moyens et compétences J+10

Debout les braves!


  Bon, il fait mauvais. Doux mais humide.

Que faire? Certes, le barbecue, mieux vaut oublier, d'ailleurs, paraît-il, c'est pas bon pour la santé.

Ce jour, à Savonnières, réunion de voitures anciennes près du camping. Sous la flotte, cela risque d'être moins plaisant. Mais, comme mes premières bagues à ailettes vont sortir des I3D dans les jours voire sous les heures qui viennent, et que certains collectionneurs sont tentés par celles-ci, il faudrait bien que je m'y rende, rien que pour en causer. De plus, le modèle pour karts est aussi dans les tuyaux...

Avec la rencontre du Fun Lab de Tours, de certains entrepreneurs, les projets deviennent de plus en plus concrets. Faut dire que chacun ne désire qu'une chose, c'est que les affaires reprennent, sachant que la période des congés approchent, "ça met un peu la pression"!

Donc, avec l'avantage d'une structure légère, réactive tant au niveau humain que matériel, je crois que les semaines qui viennent seront "toniques".

A+

P.S. Au fait, avez-vous tenté de comprendre l'énigme de la veille? Réponse dans les jours prochains....

L'établissement est ouvert le dimanche!

Nouveau compte rond!

   Il yà quelques minutes à peine, voici ce que j'ai capturé:

stat-12052013-17-24.jpg

200 pages vues de plus que la dernière fois, merci à tous!

Vous le savez, j'espère bientôt avoir une imprimante 3D. J'ai donc songé à ce que je pourrais en faire. Et, par la même, répondre à la demande de certains de mes contacts.

Comme cet après-midi, il y avait F1, j'ai songé au kers, un volant d'inertie, un "plus" d'énergie à la relance. Soit sous forme de batteries qui alimentées par le freinage donnent, via un moteur électrique, 6,67 secondes de "boost" en plus des capacités du moteur thermique, soit sous forme de volant d'inertie qui "balance" la puissance via une transmission/embrayage spécifique.

Mais, pour "monsieur tout le monde" comment profiter d'une telle chose?

Eh bien, pour un ami livreur à vélo, je lui ai concocté une petit système qui pourrait être réalisé grace à cette imprimante 3D. Elle servirait à concevoir le carter contenant le volant d'inertie lui-même conçu... là, mystère! Sachez que le volant coûterait, attention, c'est de la production à l'unité, donc rare, donc... 8€!

Pour les liaisons mécaniques, récupération de l'énergie au ralentissement et relance, l'imprimante 3D servirait encore. Engrenages spéciaux, clavettes, bascules diverses, tout peut être fait sur la "bête"!

Les dessins et calculs avancent...

Pourrait-on imaginer ce système sur d'autres véhicules? Tiens, je n'y avais pas songé! (hypocrite va!)

Vélos couchés au redémarrage structurellement difficile, voitures sans permis anémiques, remorques, éoliennes à relancer ou bien dont il faut "lisser" la production, allez savoir...

N'oubliez pas la zone de commentaires et l'adresse mail en cas d'intérêt...

jean-marc.doniat@laposte.net

A+

Merci de votre fidèlité

Juste un petit mot de politesse


  Il est 17 h ce dimanche et je voulais juste dire merci à ceux qui sont venus sur mon blog ce dimanche. En effet, sans vous, nul besoin d'alimenter ces pages de billets divers. 

Donc, encore merci à vous tous.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×