ericson

J+24 Après la reflexion, les propositions

Causes et conséquences

   Hier j'ai écrit un commentaire sur une info.

Le site Enerzine.com est visiblement très lu vu que, à la suite de cette publication, le nombre de visites sur mes blogs a littéralement explosé.

Donc, si de nouveaux lecteurs sont parvenus jusqu'ici, on peut considérer que ce sont des professionnels tentés, voire séduits par mon profil atypique et qui désirent savoir quelle est ma stratégie pour les temps à venir.

Mon compte Viadéo a été aussi bien consulté, ce qui prouve que par la publication de mon nom, via les moteurs de recherche, on peut nous trouver rapidement, donc efficacement.

Mardi, sur Arte, une thématique consacrée à la transition énergétique de qualité (on frôle le pléonasme en parlant de cette chaîne), via deux documentaires, a donné un état des lieux de la politique menée en Allemagne depuis 2011, et de ses conséquences sur le niveau européen.

En allant sur arte+7, rapidement, vous pourrez vous documenter efficacement.

Information, analyse, adaptation.

Sur un nouveau billet que j'ai commenté ce matin, j'ai lancé un concept, l'énergie verte 2.0, c'est à dire, non plus la production actuelle d'électricité via le solaire ou l'éolien telle que nous le voyons aujourd'hui, mais la gestion, valorisation, stockage etc... pour éviter non plus des accidents d'alimentation faute de production suffisante, mais par une crise de surproduction locale vs les besoins au temps T.

En effet, l'Allemagne a tellement développé son parc que par instants, sur la marché européen, une production massive est offerte, dangereuse pour les réseaux et, de plus, bradée sur le marché de l'énergie, donc ne permettant pas la rentabilité du dit parc.

Se pose donc deux problèmes:

  • Infrastructure : les réseaux sont adaptés aux sites de production géants, centrales thermiques ou nucléaires, avec une diffusion en étoile au départ de ces sites.

    Pour autant, la production « verte » est diffuse, dispersée et doit se placer dans ce réseau non conçu pour.

    Donc, difficulté pour gérer cette surproduction ponctuelle en ayant pas forcément les aiguillages de réseau pour exporter ce surplus chez les voisins. Les rares voies disponibles ont des capacités d'absorption limitées.

  • Variations permanentes de cette production:

    Tributaire de la météo, forcément fluctuante, gérer un réseau en temps réel est incroyablement compliqué. Il faut, dès à présent, concevoir, voir même installer immédiatement des « tampons structurels » aptes à contenir ces variations extrêmes pour soulager le travail épique des gestionnaires réseaux.


Mais avec quels moyens matériels?

Là, je me positionne.

Mes études et simulations techniques me permettent de définir un ensemble de solutions qui sauront, suivant les besoins, se placer exactement où il est utile de la faire:

Bulbe solaire:

Prévu pour être installé là où il est impossible de poser des panneaux solaires (sites protégés, zones de conflits météorologiques etc...), ce système produit de manière quasi invisible des sources d'énergie en bout de ligne, sécurisant l'infrastructure réseau, tout en ayant un excellent niveau de protection aux agressions physiques. De conception standardisée, elle offre une solution économique via sa production en quantité industrielle.

Volant d'inertie/roue à cerceau:

Ce système peu coûteux, qui peut être télécommandé à distance, offre une double possibilité, production/stockage. Valorisant des friches industrielles, ce système compact est une solution aux variations de productions d 'énergie.

De plus, il pourrait être adapté aux véhicules, limitant d'autant la masse d'accumulateurs embarqués.

Donc volume de production considérable, amortissable rapidement.

Gaz de Stuttgart:

Comme son nom l'indique, ce n'est pas une idée personnelle. Mais c'est une solution complémentaire séduisante, permettant une capture de co², ce qui est une opportunité séduisante, vous en conviendrez.

Eolienne turbine encapsulée:

En complément de mon volant d'inertie, ce profil spécifique optimisera la production éolienne pour limiter drastiquement sa variabilité météorologique, simple travail sur la mécanique des fluides.

Retour de cycles basses température Stirling et autres.

Le documentaire de seconde partie d'Arte présentait une soltution à laquelle j'avais songé. Transformer l'énergie excédentaire en chaleur, le tout dans des grands réservoirs de liquide parfaitement isolés, pour les exploiter au temps utile. Soit on en fait un réservoir pour le chauffage, soir un produit de l'énergie à la demande via les cycles cités en titre.

Comment développer ces projets divers?

J'ai accès à des imprimantes 3d tous matériaux via mon réseau de partenaires. J'ai aussi, potentiellement des compétences disponibles à la fois dans la conception C.A.O. 3D et électronique pour la réalisation de prototypes et même en petite série.

C'est ma politique de l'offre. Ne reste plus qu'à trouver la demande.

J'offre donc une solution r&d économique et dynamique.

La mise en place d'une structure peut se faire en peu de temps, une solution via le Fab Lab de Tours sera à disposition au client demandeur dans les meilleurs délais au moindre investissement, ce que j'appellerais le D.A.E., Droit A l'Erreur, laboratoire réunissant des talents variés, testant ces différentes solutions technologiques et les adaptant aux besoins, structure souple qui s'autorise les erreurs comme source d'enseignement pour les travaux efficaces et définitifs à exploiter par des séniors capables d'utiliser des outils et matériaux « classiques » en en faisant de nouveaux usages, sur une période de temps correspondant à la période de transition sur la mise sur le marché, et des jeunes à la recherche de métiers excitants et foncièrement utiles.

Cet ensemble dynamique et efficace est réalisable, je le dis en peu de temps. De mon coté, je supervise les « ateliers », définis la stratégie de production/développement/implantation en accord avec les investisseurs.

Merci de m'avoir lu. Et de me contacter.

A+

De l'énergie à revendre!

Les ENR en 3 D et en Basic

   Je reviens! Vous le savez, de nouvelles attributions professonnelles m'ont pris du temps ces dernières semaines, pour apprendre et maitriser les fonctions, mais ont eu l'avantage de me placer dans une situation de management, à même de découvrir mes capacités d'animation/gestion d'une équipe.

C'est, je crois, une réussite, et cela me donne une grande force intérieure pour progresser dans mes autres projets, ceux de mes blogs.

Progressivement, j'ai pu reprendre un peu de liberté d'esprit pour améliorer mes concepts de production d'énergies renouvelables.

Je vais donc développer ces idées nouvelles et, par la même, expliquer ce titre un peu surprenant, je le concède.

Des ENR en 3 D:

Jusqu'à présent, les solutions offertes sont souvent du 2 D. Panneaux solaires, éoliennes directement au contact du vent (les turbulences étant sources de pertes de rendements).

Comment la 3 D peut apporter un bénéfice?

J'ai la chance d'habiter en campagne, tout en étant proche de la ville.

Que pouvons-nous faire dans un jardin? Y mettre un abri. Moins de 20 m², pas de permis de construire. Dans les grandes surfaces, ces constructions sont bon marché.

Donc un abri, c'est de la 3 D. Le toit peut servir à supporter des panneaux solaires. L'intérieur peu contenir plusieurs choses.

Un, des conduites d'air. En effet, si l'on pose sur le toit des manches à air, entrée/sortie, orientables façon girouettes, le tubage intérieur saura guider le vent capturé et sa distance sera un lieu de tranquilisation des turbulences.

Suivant la hauteur, on pourra aussi se servir du volume pour stocker de l'eau. Stockage de masse pour de l'extrême micro électricité.

La cabane au fond du jardin (air connu) est posée sur le sol. Donc, potentiellement, le sous-sol pourra, si la chose est possible, servir pour de la géothermie verticale.

Pour finir, comme nous avons un volume, l'espace intérieur servira à contenir un volant d'inertie, les batteries, les condensateurs pour un concept que j'avais exposé dans mon ancien blog, la génératrice animée sur le principe du jeu du cerceau. Un système d'impulsions maintien le volant en rotation, le demarrage étant toujours la source de consommation d'énergie la plus forte. Donc, pour un investissement limité, on peut avoir un local technique 4 saisons, qui utilise toutes les sources d'ENR 24/24 7/7, dont la gestion peut être assurée par des systèmes économiques (cf Rapsberry Pi).

Cette dernière référence amenant à la fin de mon titre, la programmation en Basic.

En effet, je suis de cette génération qui a connu les premiers ordinateurs individuels, que l'on programmait soi-même.

If, then, goto, etc... ce langage simple, logique peut encore nous inspirer.

Suivant le lieu d'implantation de ce local de production d'énergie verte, nous adapaterons facilement ses caractéristiques locales aux situations particulières:

Gisements d'énergie possible (vent, orientation au soleil, ensoleillement, temps régulier ou conflictuel, potentialités géothermiques).

Besoins (habitat individuel ou collectif, voire entreprise, donc heures d'utilisation de l'énergie produite, quantités nécessaires etc...).

Donc, mon concept, dont je garde les plus importantes caractéristiques sous le coude, aura l'avantage de pouvoir s'adapter aux besoins en volume et non pas en surface, limitant l'emprise au sol et les frais.

On nous annonce une reprise économique. Il est important d'être le plus vite possible capable de développer ce type d'installation car, si reprise il y à, par la simple loi de l'offre et de la demande, nous aurons besoin de plus d'énergie et il faudra alors faire face à une augmentation des coûts. Si nous proposons un concept économiquement viable, au prix actuel, il le sera d'autant plus si l'énergie augmente. Maitriser ses coûts, ne pas en faire une variable mais une constante est important en terme de gestion. Quand un paramètre est maîtrisé, c'est une source de tranquillité d'esprit, on peut consacrer son temps et sa force à d'autres sujets, non?

J'attends vos réactions...

Si je n'écris pas tous les jours, je consulte toujours le site pour réagir au mieux à vos sollicitations.

Der de la semaine, du mois, de l'année!

Fin d'année, période des résolutions.


   J'aimerais, en 2013, pouvoir développer mes idées suivantes:
Production d'énergie par captation/concentration et utilisation de la filière thermique ou photovoltaïque.
Réalisation de nouvelles éoliennes profilées.
Combiner les performances des matériaux à mémoire de forme avec de pièces mobiles en protections des maisons des variations de l'exposition au soleil.
Améliorer l'usage de l'eau domestique (réduction des besoins d'eau chaude en hiver).
Optimiser les performances des véhicules thermiques par des profils fixes.
Travailler sur le chauffage radiant à orientation à 360°.
Et plus, si affinités comme on dit!

Et pour avoir de l'énergie, passez de bonnes fêtes!

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×