gestion

Réduction des publications

24 h n'est pas assez!

 Chers lecteurs, une fois de plus, je m'excuse de si peu publier actuellement. Mais, actuellement, la mise en production du premier prototype d'une de mes inventions me prend beaucoup de mon temps libre. Ce n'est pas une mauvaise nouvelle en soi, mais, par effet de causes à conséquences, j'ai moins de disponibilités pour vous narrer mes aventures.

Il reste que si cette procédure est une réussite, elle devrait offrir à terme la possibilité de créer un cash flow pour réaliser d'autres prototypes parmi l'ensemble de mes créations en sommeil....

Donc, "hardi petit"!

Crowdfunding ou partage de moyens et compétences J+3

Analyse stratégique de mon projet, conjointement à l'analyse d'une micro-conférence.

   Sur le site Ted.com j'ai pu voir cette vidéo: http://www.ted.com/talks/lang/fr/erik_brynjolfsson_the_key_to_growth_race_em_with_em_the_machines.html

C'est en anglais, mais sous-titré en français. Je tiens, par là même, a remercier les bénévoles qui se chargent de la traduction exemplaire de ces vidéos.

Quel rapport avec mon programme de création d'entreprise et de crowdfounding?

Tout simplement que l'intervenant, Erik Brynjolfsson, dit que la machine n'est pas un ennemi, mais reste un outil, à nous de se l'approprier, notemment par un réel travail d'équipe, ce qui sous-tend une vision complètement différente du management, de la hiérarchie.

Dans mon projet, axé principalement sur l'usage de l'imprimante 3D (I3D) pour créer rapidement, efficacement, des solutions pour le développement durable (DD), répondant à de nombreuses, innombrables demandes, personnalisables quasiment à l'infini, je rentre parfaitement dans le cadre de l'exposé que, j'espère, vous regarderez et méditerez...

Ma structure permet plusieurs choses:

La déstructuration géographique de l'entreprise.

Créer, lorsque le besoin ne se fait pas sentir, un lieu de regroupement du personnel est un gaspillage.

Le temps perdu en déplacement multiplié par le nombre de personnes impactées est dans ce cas une perte de moyens incroyables. Argent, temps, fatigue, agacement...

Un peu comme dans un rendez-vous amoureux, la rencontre entre collègues doit être la réponse à un besoin, pas une contrainte.

Deux, avec Internet, l'échange d'information, qui peut être sécurisé, est le moyen le plus rapide de communiquer dès lors que nous sommes éloignés de plus de... 30 mètres. A une distance plus courte, une forte voix ou un avion en papier avec les infos dessus pourrait battre le temps de la saisie clavier.

Donc, en tant que prestataire, je peux installer chez mon client une I3D, la faire fonctionner à distance, et lui fournir un produit définitif en un clic. Plus de logistique.

Internet en panne, un envoi de support mémoire dont le rapport taille/prix est désormais misérable, comblera le vide.

Des collaborateurs de qualité, je commence à en trouver. Différents de mes capacités propres mais avec des ambitions comparables, chacun s'agrège à l'autre par sa différence, le talent, l'angle d'étude du sujet, son vécu...

Echange de correspondances et de fichiers, coups de fils, voire, si je rebranche ma webcam, dialogue vidéo avec toute la richesse des expressions du visage et du corps sans relations hiérarchiques infantiles mais, suivant les besoins, prise de position d'animateur de l'échange lorsque le sujet l'impose.

Et, quand on le désire, contact réel en terrain neutre pour un debrief, un échange « loisirs » que sais-je?

A chaque fois, la technologie sera une aide.

Et, aussi une source d'économie, donc un gain de pouvoir d'achat...

On parle beaucoup, actualité oblige, des examens qui se préparent et, en corollaire, des jeunes en situation d'échec scolaire. On cite aussi des solutions dites de la « seconde chance ». Ce n'est, ni plus ni moins, qu'une simple reformulation des mêmes savoirs, mais qui seront, là parfaitement assimilés par le jeune.

Dans ma future équipe se trouvera certainement quelques uns de ces jeunes ou moins jeunes qui sont actuellement rejetés et qui ont au fond d'eux des capacités qu'ils ignorent certainement.

Ennui en classe ne signifie pas incapacité. Les professeurs ne peuvent pas toujours accorder l'attention au cas particulier alors qu'ils sont formatés pour le cas général.

Dans une cellule de vie telle que la micro-entreprise, cet échange peut se faire. Trouver le levier, la motivation est LA solution. Les plus grands génies étaient bien souvent des êtres à la sociabilité hors norme, mais lorsqu'ils eurent les bons éléments structurants pour agir, ils ont su, en peu de temps, développer leur activité de manière impressionnante.

Et, là, la machine sera encore un outil, pas un concurrent.

Beaucoup de décideurs qui me lisent partageront mon point de vue:

Nous ne comptons pas nos heures, la fatigue est là, mais, quand « les choses avancent », on ne ressent plus cette lassitude, c'est la période de stagnation qui nous pèse le plus.

Donc, regardez cette vidéo. Objectivement, le troll moyen n'est pas de mise, la critique doit être constructive.

Voyez le champ des possibles. Avancez. Confiants.

Bon week-end à tous, je reste en ligne... au cas où!

Le karaoké, une entreprise de pointe?

Organiser une bonne soirée karaoké c'est comme bien gérer une entreprise 2.0

  Derrière cette accroche surprenante se cache une réalité.

En effet, pour la plupart d'entre-nous, le karaoké est presque le summum du ringard. Pourquoi?

Lorsque l'on se décide généralement à organiser une telle soirée, on sort du placard un matériel obsolète, lecteur laserdisc ou magnétoscope, au mieux, une console de jeu.

Retrouver les bons cordons, les prises multiples, raccorder tout cela à un téléviseur toujours trop petit, utiliser des micros de piètre qualité aux fils trop courts et essayer de chanter sur des morceaux trop entendus avec un choix limité.

Donc, quand on a enfin tout mis en place, ce sont toujours les mêmes qui chantent car ils sont généralement les moins mauvais, les autres restant affalés dans les sièges et canapés à se faire suer en attendant la fin de la soirée.

Echec!

Pourtant, ce samedi, j'ai participé à une fête d'anniversaire/karaoké qui fût un grand succès. Comment cela a-t-il pu être possible?

Gestion, management, commercial, ergonomie, technologie de pointe, toutes les règles de l'entreprise 2.0 ont été utilisées.

Et, surtout, correction des erreurs.

Cette fête n'était pas la première du genre, ce qui a permis de progresser, de se remettre en question pour arriver à un résultat satisfaisant.

Pour faire court, notre soirée est conçue ainsi:

Plus de matériel lourd, tout est géré depuis un ordinateur, connecté à une bonne sonorisation (micros sans fil) et à un vidéoprojecteur.

L'informatique apporte beaucoup. D'abord, j'ai fait un travail en amont (oui, je ne vous l'ai pas dit, j'étais l'animateur). Il faut savoir que sur Internet, vous allez trouver un choix inouï de titres. Soit vous notez une liste de titres via leur adresse URL et il suffit de cliquer dessus pour « ouvrir » le fichier, mais, là, il vous faut une bonne connection pour avoir des vidéos fluides, soit, et vous êtes un petit malin, vous avez capturé ces fichiers et vous les diffusez via un player en plein écran.

Revenons à notre gestion d'entreprise.

Comment sélectionner les titres?

C'est l'étude de marché.

Je connais l'auditoire car, s'agissant d'une soirée entre amis, j'ai su écouter leurs envies pour trouver les bons titres.

Sur Internet, j'ai aussi fait mon choix. Parfois, pour une même chanson, vous avez plusieurs versions. Faut trier, tester, choisir (règles de l'acheteur professionnel).

Attention, qui dit étude de marché dit « sentir » les besoins subjectifs.


Par exemple, tout le monde n'aime pas ou n'ose pas chanter. Donc, voila ce que j'ai réalisé:

Le fait de travailler avec un vidéoprojecteur dit possibilités multiples.

Un, on peut projeter sur une grande surface, donc tout le monde peut voir les paroles et participer.

(Cohésion du groupe, plus de timidité, les personnes qui chantent "moyen" se placent dans un ensemble global, qui camoufle les "aléas", plus de ridicule à craindre).

D'autre part, je projette en hauteur.

Ce souci d'ergonomie a un avantage. On peut à la fois chanter et danser.

Ainsi, lorsque le titre le permet, tout le monde s'amuse.

En fond de salle, les chanteurs, devant les danseurs, on a là une excellente ambiance.

Tout l'espace est utilisé, optimisé et cet effet de foule ajoute à l'atmosphère festive.

Sachez que pour un public adulte, je travaille sur une base de donnée d'environ 400 titres... stockés dur un disque dur externe.

Sachez aussi que régulièrement, les derniers hits sont adaptés en karaoké, ce qui offre la possibilité de faire participer les ados à l'animation, on « dé-ringardise » le concept.

Donc, ne pas se contenter de ce que l'on a, toujours suivre l'évolution du marché.

Ces soirées sont basées sur un management participatif, chacun apporte sa pierre à l'édifice.

Le repas est un buffet collectif, et le jeu est de faire soi-même son plat, de l'entrée jusqu'au dessert, boissons y compris.

Et chacun de s'appliquer pour faire du mieux possible, de varier les plaisirs d'une soirée sur l'autre pour avoir le plus de compliments sincères, celui qui apporte juste des chips est honni! Le budget est réparti sur l'ensemble des convives, les plats sont bien « travaillés » ce qui fait que l'on respecte ce qui a été fait, le goinfre, le pique-assiette est absent...

Je peux même dire que bien des participants repartent avec des idés nouvelles pour la prochaine soirée, créativité et fidélisation de la clientèle.

Je vous le dit, c'est de la gestion d'entreprise!

Pour ce qui concerne l'animation, il faut du feeling, de la souplesse.

Il faut sentir les respirations nécessaires, et avoir de quoi meubler les périodes non chantées ou dansées. Avoir dans sa besace d'autres fichiers musicaux « passe partout » pour permettre les discussions, la convivialité du repas sur le pouce certes, mais aussi occasion de dialogue, d'échanges, de retrouvailles, de périodes ou l'affectif est mis en avant.

J'ai sous le coude quelques pépites variées qui ne vont pas éteindre l'ambiance, qui permettront de relancer la fête à coup sur.

Donc, vous le voyez, on peut faire d'une soirée karaoké quelque chose qui plait à tous, au meilleur coût, qui sait se renouveler, évoluer, fidéliser, créer des demandes directes ou indirectes, high tech et pourtant profondément humaines.

A vous de jouer!