Imprimante 3D

Idées en développement, quand j'ai le temps!

Des billets de plus en plus brefs!

  Je vous le disais hier, le temps libre m'est de plus en plus compté, du fait du lancement du premier prototypage d'une de mes créations.

Alors, avant que je sois réduit à composer en langage sms (!) voici les quelques idées qui me trottent dans la tête:

Trouver le moyen d'associer le système gaz de Stuttgart avec le système HHO pour des bio gaz.

Réaliser un cadre de deux-roues motorisés en lamellé-collé, mais pas forcément en bois, par exemple en composite chanvre/résine naturelle. L'avantage est que nous pourrions trouver une solution à l'effet de plongée des fourches à l'avant, le véhicule resterait confortable et stable au freinage.

Optimiser le frein aérodynamique d'un véhicule en déplacement pour en expoiter son énergie au lieu de le détourner. Principe: Mécanique des fluides et étude du Nautile (comprenne qui voudra). Dérivé possible, éolienne de vents parasites (flux laminaire de facade ou toiture).

J'en oublie sans doute, mais je suis pressé, d'ailleurs je file à un rendez-vous...

A+


J+24 Après la reflexion, les propositions

Causes et conséquences

   Hier j'ai écrit un commentaire sur une info.

Le site Enerzine.com est visiblement très lu vu que, à la suite de cette publication, le nombre de visites sur mes blogs a littéralement explosé.

Donc, si de nouveaux lecteurs sont parvenus jusqu'ici, on peut considérer que ce sont des professionnels tentés, voire séduits par mon profil atypique et qui désirent savoir quelle est ma stratégie pour les temps à venir.

Mon compte Viadéo a été aussi bien consulté, ce qui prouve que par la publication de mon nom, via les moteurs de recherche, on peut nous trouver rapidement, donc efficacement.

Mardi, sur Arte, une thématique consacrée à la transition énergétique de qualité (on frôle le pléonasme en parlant de cette chaîne), via deux documentaires, a donné un état des lieux de la politique menée en Allemagne depuis 2011, et de ses conséquences sur le niveau européen.

En allant sur arte+7, rapidement, vous pourrez vous documenter efficacement.

Information, analyse, adaptation.

Sur un nouveau billet que j'ai commenté ce matin, j'ai lancé un concept, l'énergie verte 2.0, c'est à dire, non plus la production actuelle d'électricité via le solaire ou l'éolien telle que nous le voyons aujourd'hui, mais la gestion, valorisation, stockage etc... pour éviter non plus des accidents d'alimentation faute de production suffisante, mais par une crise de surproduction locale vs les besoins au temps T.

En effet, l'Allemagne a tellement développé son parc que par instants, sur la marché européen, une production massive est offerte, dangereuse pour les réseaux et, de plus, bradée sur le marché de l'énergie, donc ne permettant pas la rentabilité du dit parc.

Se pose donc deux problèmes:

  • Infrastructure : les réseaux sont adaptés aux sites de production géants, centrales thermiques ou nucléaires, avec une diffusion en étoile au départ de ces sites.

    Pour autant, la production « verte » est diffuse, dispersée et doit se placer dans ce réseau non conçu pour.

    Donc, difficulté pour gérer cette surproduction ponctuelle en ayant pas forcément les aiguillages de réseau pour exporter ce surplus chez les voisins. Les rares voies disponibles ont des capacités d'absorption limitées.

  • Variations permanentes de cette production:

    Tributaire de la météo, forcément fluctuante, gérer un réseau en temps réel est incroyablement compliqué. Il faut, dès à présent, concevoir, voir même installer immédiatement des « tampons structurels » aptes à contenir ces variations extrêmes pour soulager le travail épique des gestionnaires réseaux.


Mais avec quels moyens matériels?

Là, je me positionne.

Mes études et simulations techniques me permettent de définir un ensemble de solutions qui sauront, suivant les besoins, se placer exactement où il est utile de la faire:

Bulbe solaire:

Prévu pour être installé là où il est impossible de poser des panneaux solaires (sites protégés, zones de conflits météorologiques etc...), ce système produit de manière quasi invisible des sources d'énergie en bout de ligne, sécurisant l'infrastructure réseau, tout en ayant un excellent niveau de protection aux agressions physiques. De conception standardisée, elle offre une solution économique via sa production en quantité industrielle.

Volant d'inertie/roue à cerceau:

Ce système peu coûteux, qui peut être télécommandé à distance, offre une double possibilité, production/stockage. Valorisant des friches industrielles, ce système compact est une solution aux variations de productions d 'énergie.

De plus, il pourrait être adapté aux véhicules, limitant d'autant la masse d'accumulateurs embarqués.

Donc volume de production considérable, amortissable rapidement.

Gaz de Stuttgart:

Comme son nom l'indique, ce n'est pas une idée personnelle. Mais c'est une solution complémentaire séduisante, permettant une capture de co², ce qui est une opportunité séduisante, vous en conviendrez.

Eolienne turbine encapsulée:

En complément de mon volant d'inertie, ce profil spécifique optimisera la production éolienne pour limiter drastiquement sa variabilité météorologique, simple travail sur la mécanique des fluides.

Retour de cycles basses température Stirling et autres.

Le documentaire de seconde partie d'Arte présentait une soltution à laquelle j'avais songé. Transformer l'énergie excédentaire en chaleur, le tout dans des grands réservoirs de liquide parfaitement isolés, pour les exploiter au temps utile. Soit on en fait un réservoir pour le chauffage, soir un produit de l'énergie à la demande via les cycles cités en titre.

Comment développer ces projets divers?

J'ai accès à des imprimantes 3d tous matériaux via mon réseau de partenaires. J'ai aussi, potentiellement des compétences disponibles à la fois dans la conception C.A.O. 3D et électronique pour la réalisation de prototypes et même en petite série.

C'est ma politique de l'offre. Ne reste plus qu'à trouver la demande.

J'offre donc une solution r&d économique et dynamique.

La mise en place d'une structure peut se faire en peu de temps, une solution via le Fab Lab de Tours sera à disposition au client demandeur dans les meilleurs délais au moindre investissement, ce que j'appellerais le D.A.E., Droit A l'Erreur, laboratoire réunissant des talents variés, testant ces différentes solutions technologiques et les adaptant aux besoins, structure souple qui s'autorise les erreurs comme source d'enseignement pour les travaux efficaces et définitifs à exploiter par des séniors capables d'utiliser des outils et matériaux « classiques » en en faisant de nouveaux usages, sur une période de temps correspondant à la période de transition sur la mise sur le marché, et des jeunes à la recherche de métiers excitants et foncièrement utiles.

Cet ensemble dynamique et efficace est réalisable, je le dis en peu de temps. De mon coté, je supervise les « ateliers », définis la stratégie de production/développement/implantation en accord avec les investisseurs.

Merci de m'avoir lu. Et de me contacter.

A+

J + 17, progression inattendue du projet

Saisir les opportunités!


   Ce matin, je me rends dans une boutique pour un achat simple, une courroie pour la tondeuse.

Bon. Mais, en plus, je demande à cette échoppe s'ils n'ont pas quelques pièces pour mon projet.

Hélas, non.

Mais ils me conseillent un autre établissement plus orienté marché des professionnels et, là, je trouve tout ce qu'il me faut, à quelques minutes de chez moi, ce qui ne gache rien, vous en conviendrez!

Le personnel est compétent et sympathique. Donc, sachant que parmi les pièces dont je dois m'équiper, certaines doivent être commandées, dans les jours qui viennent, tiges, masses, roulements et fixations diverses vont me parvenir pour un assemblage soigné (vu que je n'aurai rien fabriqué moi-même, ce qui limite d'autant les risques de cataclisme!).

Certes, je n'aurai pas fait ceci durant ma période de congés, mais qu'importe, je saurai le faire en peu de temps puisque tout le process a été synthétisé à l'avance... enfin, j'espère!

Et encore merci de me suivre.

A+

J+16 Pensées.

Quand l'actualité rejoint mes principes, encore une fois!

 Ce matin, comme à l'accoutumée, je faisais ma revue de presse pour ma page FB, et je tombe sur cette brève :

http://www.gizmag.com/toyota-details-yaris-hybrid-r/28827/

toyotayarishybrid-rconcept.jpg

Quel point commun avec mes travaux? Le fait de tenter de ne pas ou moins utiliser de batteries pour la transmission électrique (ici hybride) mais de prendre, comme accumulateurs des super condensateurs. Jouer sur la décharge rapide et « tonique » de ces composants pour « injecter » de la puissance brièvement, mais néanmoins assez longtemps pour obtenir une franche accélération lorsqu'il en est le besoin, tout en ayant à la fois une recharge rapide et un gain de masse non négligeable.

Je vous disais que je travaillais aussi sur la gestion de flux d'air.

Je suis en train de convertir ce système de charge/décharge physique dans ce domaine spécifique vu qu'il m'est apparu que de réaliser un volant d'inertie avec des matériaux du domaine public pour un coût réduit (pour le prototype s'entend).

Certes, pour certaines pièces spéciales, les imprimantes 3D seront de grand secours, puisqu'elle réaliseront les éléments eux non disponibles sur le marché, et que, de plus, elles offrent la possibilité de modifications avec une grande souplesse (pas de moules, pas d'usinage...).

Donc, ce billet pour vous dire, soyez curieux, découvrez ce que le monde a à vous offrir, mais ne le prenez pas qu'au premier degré. Voyez plus loin, comme une source d'inspiration pour exploiter ces annonces dans votre propre domaine d'activité.
Bon, je retourne à ma planche à dessin.

Bonne journée.

J+9, quelques chiffres

Travail de synthèse...


   Vous qui me lisez (j'ai des indicateurs statistiques qui prouvent que même en août ce blog est consulté, ce dont je vous en remercie), vous êtes parfois à vous demander si tout ceci est bien sérieux.

Donc, voici des chiffres qui vont vous rassurer.

Un, sur mon "projet estival". Après avoir tourné le problème dans tous les sens pour définir un cahier des charges optimal pour un résultat fiable, je suis arrivé à ce budjet primaire:

Réaliser un premier prototype fonctionnel de laboratoire coûterait.... (en matériel) 50€ par module de base.

S'ajoute le matériau pour matérialiser le carter sur I3D, le temps passé dessus par les membres de l'équipe. Si c'est fait "généreusement" par le FunLab de Tours, on peut ajouter, allez, 50 €.

Comme frais de R&D, je connais peu de projets plus économiques!

Deuxième série de chiffres:

Ma voiture transformée. A ceux qui auraient loupé les épisodes précédents, j'ai une vieille Citroën Saxo (11 ans, 115 000 km) qui consommait environ 7l/100 en écoconduite, ce qui correspond aux données constructeur.

(Ce qui signifie que l'écoconduite est efficace, et que cela ne signifie pas rouler comme une tortue, mais bien utiliser les capacités d'un véhicule pour ne pas gaspiller le carburant en allant aussi vite que les autres ).

Avec les aménagements effectués, voici les chiffres de consommation validés par 5 ans de tests permanents:

Conduite sur route (pas d'autoroute ou presque). 5l/100

Conduite mixte (route + ville). 5.5 l/100

Conduite mixte + déposer ma fille au bus pas loin (donc moteur froid). 6 l/100

Dans tous les cas, je suis en dessous des conso constructeur, pour un investissement d'environ 10-15 €.

Autant dire que l'investissement a été amorti depuis longtemps.

A+

J+5 Petite théorie

Pourquoi je crois à mon moteur à impulsions?


   Dernièrement, sur un forum scientifique, en puisant quelques informations, j'eus l'occasion d'être "taclé" par un modérateur qui a parlé de manière... non modérée!

Sur le coup, une certaine colère m'a pris. Puis, après coup, j'ai compris que mon cheminement de pensée n'avait pas été assez justifiée, que l'histoire saurait présenter mon projet de façon plus crédible.

D'où ce billet.

Deux hommes forts différents se sont opposés. Edison et Tesla. La raison?

L'un défendant le courant continu, l'autre l'alternatif.

Aujourd'hui, les deux ont raison. On emploie l'une ou l'autre des possibilités en fonction des besoins.

Pour le moteur, c'est la même chose.

Un moteur à courant continu fait d'excellentes génératrices, à condition d'une alimentation en "travail" de même nature.

Donc, une hydroliène dans le flux d'un courant marin, stable, sera plus efficace qu'une éolienne (ou aérogénératrice) dans un flux irrégulier ou turbulant.

Mon moteur à impulsions s'inspire de ce genre d'analyses.

D'aucuns disent que, comparé à un moteur thermique, les rendements sont optimaux. Certes. 88% au lien de 30%, il n'y a pas photo.

Mais, pour moi, 88%, c'est peu. Avec le courant de Foucault, nous avons une déperdition thermique qui ne se justifie pas.

Mon moteur est un peu comme un nettoyeur à haute pression. Combinaison de la pression de l'eau au robinet avec une pompe séquencielle, gain de performances.

Pour creuser le sol, vous pour frotter avec un balai. Ou piocher. Quand je jardine, je pioche d'abord, puis je lisse au balai.

Mon moteur fera pareil.

Accélération, pioche, vitesse stabilisée, balai.

Cette métaphore est-elle "parlante"?

Bonne journée.

Je retourne au jardin.

j+3 de mon projet estival

Pas de jours sans progrès!

  Vous le savez, ma manière de développer mes projets est très particulière. Doté d'un certain esprit analytique, je conceptualise, organise, structure les tenants et aboutissants avant de me lancer dans une quelconque réalisation.

Ainsi, les difficultés apparaissent vite, dans ma tête, et je le résous par une quête de données ici et là, avant de me trouver sur une voie sans issue à la réalisation de l'objet.

De plus, cela me donne l'occasion de "voir" les débouchés, les usages commerciaux pour une viabilité économique de mes créations. En effet, je ne puis parler véritablement d'inventions, les détournements d'usages de certaines choses font que mes projets sont un assemblage de choses existantes plutôt que la génération spontanée de nouvelles technologies.

Mon projet estival, a eu, hier, sa confirmation technique. En effet, un électroaimant peut servir non pas pour attirer mais pour repousser.

Qu'est ce que cela change?

Utilisons une métaphore:

Comment éteindre une bougie?

Chacun sait qu'il faut souffler sur la flamme, en serrant les lèvres et en créant une forme d'impact. Si on souffle en continu, si on ouvre grand la bouche, si on aspire, on fera un grand effort pour rien, la bougie restera allumée.

Pour mon concept, pareil.

Une impulsion répulsive, un impact, sera pour la même énergie utilisée, plus efficace qu'un flux d'énergie continu (bouche ouverte), qu'un jeu d'attraction (aspiration).

On peut se représenter le même phénomène vie le jeu de bille où la pichenette à la puissance dosée sera la manière de jouer la plue opérationnelle pour gagner.

Autre avantage du principe:

Le fait de travailler sur des champs magnétiques offre une possibilité d'agir sans pièces mécaniques, pas de mouvements comme avec des tiges, bielles, pistons etc... Simplicité, efficacité, compacité,fiabilité.

Pourquoi plusieurs couples électroaimants/aimants?

Revenons au moteur thermique. Un monocylindre et un multicylindre ont des caractères différents. Leur couple, leur régime de fonctionnement et tout ce qui en découle, consommation, rendements, usages, tout les différencient.

Pour mon projet, idem.

Je me souviens que certains constructeurs automobiles, de grosses berlines, ont de plus en plus des moteurs de 4, 6, 8, 10, 12 cylindres dont, à certaines situations données (vitesse constante et faible), une partie est "débrayée" par une coupure d'alimentation en carburant.

Pour mon concept, x couples sont là en fonction des besoins. La masse en rotation, un volant d'inertie, "lisse" le travail fourni. En fonction des besoins, sur ces x couples dont on peut aussi gérer l'intensité (double variable), tout ou partie sera employée.

Le double avantage est, d'une part, et c'est le plus évident, une optimisation de la consommation d'énergie avec une "caractérisation" du fonctionnent (voulons nous un "monocylindre" ou un "multicylindre" dans la fourniture du "travail"?), mais, aussi, un gage de fiabilité. En effet, si un couple devait tomber en panne, la cartographie électronique adaptative tient en compte l'absence d'une ou plusieurs des pièces pour gérer les pièces encore disponibles.

Quels usages?

Pour rentabiliser économiquement un objet, il soit pouvoir s'adapter à des marchés vastes et, si possible, multiples.
Ce type de moteur, adaptatif est donc adapté à de nombreux débouchés.

De plus, les électroaimants fonctionnent avec des condensateurs, qui stockent plus d'énergie que les accumulateurs classiques, dont gain de masse embarquée.

Pour un véhicule, moteur compact, petit "réservoir", adaptativité du fonctionnement aux besoins, moins de cuivre et de connections puisque le rotor n'est pas équipé de bobinage.

Pour une éolienne, gestion du vent facilitée. Pour une soufflerie amérioration du fonctionnement et ainsi de suite.

Si l'on revient au sujet des éoliennes, ce type de moteur, de par sa tructure, peut devenir un élienne compacte, non dangereuse pour les animaux.

En effet, si la masse gyroscopique est constituée de disques accouplés, nous nous trouvons face à une turbine de Tesla, pour les forts vents. Le tout positionné sur un axe unique sur lequel on peut placer d'autres pales à la géométrie différente sur un palier débrayable (principe de la roue libre de vélo) pour avoir des rendements améliorés suivant la météo.

Voila l'analyse un peu "poussée" de mon projet.

Donc, entreprises, investisseurs, vous avez les structures intellectuelles de mon concept. A vous de réagir. 

j+2 de mon projet estival

Vacances studieuses...

   Après avoir lu par le menu le dossier sur l'Hyperloop de Tesla (59 pages en anglais), défini un courrier de commentaires, j'ai repris mon projet personnel.

Une question technique se posait, le forum de Futurascience m'a donné la réponse, positive, donc je peux m'avancer.

Le principe est, de prime abord, simple:

Un moteur thermique, avec toutes ses pièces en mouvement, ses frottements, a un rendement médiocre.

Un moteur électrique, plein de cuivre, en alimentation életrique continue, crée un effet Joule (chauffe), gènant.

Si on remplace sur le moteur thermique la partie haute par un couple électroaimant/aimant en répulsion, on peut imaginer un vilbrequin qui tournerait par implulsions, donc sans effet Joule.

En s'inspirant du kers ou volant d'inertie, x couples séparés par des masses pour, à la fois, limiter un "parasitage magnétique" entre deux couples et augmenter le potentiel effet gyroscopique, on peut imaginer un moteur à la fois simple, économique, compact.

Le but du "jeu" n'est pas de créer un moteur particulièrement puissant ou économique. Simplement de "voir" si ça marche en le créant avec les moyens du bord, activité de loisirs estival, curiosité...

Maintenant, yapuka!

J'ai dans mes relations, des imprimantes 3D. Ces machine peuvent être à la conception/réalisation des supports, axes, carters de cet appareil.

reste à savoir si leurs propiétaires sont en congés ou non.

J'ai mis des messages sur les différents sites sociaux et pages web du Fun Lab de Tours.

Wait and see...