Imprimante 3D

J pour deux raisons.

Chose promise, chose due!

   Voici le projet que j'aimerais développer durant mes congés cet été. Il s'agit d'un moteur, à priori simplifié comparé à un moteur thermique mais, néanmoins, disposant de plusieurs niveaux de technologie à étudier séparément, à associer ensuite.

Pour résumer, voici le concept:

Je désire conserver le vilebrequin d'un moteur classique, supprimer toute la partie haute (pistons, cylindres etc..., autant de pièces à équilibrer, forger, qui frottent, chauffent, se dilatent, qui font que le rendement ne dépasse pas finalement environ 30%.

Ce moteur pourra fonctionner de deux manières, suivant les solutions trouvées.

Un, provoquer la mise en rotation du vilebrequin par impulsion via des électroaimants.

A la mise sous tension, cet électroaimant repoussera un autre aimant sur le rotor positionné en même phase. Deux aimants positifs face à face donne une répulsion.

Sur le stator N électroaimants, sur le rotor N aimants sur N supports tous décalés sur l'axe circulaire pour créer le cycle de rotation.

La puissance de l'électroaimant donne la force de répulsion.

Le système par impulsions tel un jeu du cerceau restreint la consommation énergétique. Le reste du vilebrequin est composé de masses qui entretient le mouvement, un volant d'inertie.

E=MC² donc, pour une masse limitée, la vitesse de rotation donne la puissance.
Par exemple, Volvo, faisant tourner un bloc de 6kg à 60 000 t/mn (cf. http://www.volvocars.com/fr-ch/top/about/news-events/pages/default.aspx?itemid=163 ) arrive à développer brièvement 80ch.

J'ai étudié que la masse et l'encombrement de ce kers pouvait être reproduit avec des disques de meuleuse, produits bon marché.

Pour tout objet en mouvement, le démarrage est le plus vorace en énergie.

Donc, pour son usage ultérieur, ce volant d'inertie est prévu pour rester en rotation parmanente pour une relance rapide et économique. D'où le choix de l'entretien du mouvement par impulsions, peu gourmandes en énergie. Par exemple, sur un véhicule, dont on sait qu'en moyenne, il reste statique 90% du temps, un toit solaire peut fournir l'énergie utile à l'entretien du mouvement.

Un simple cylindre en rotation de 20 cm de long est un ensemble compact, intégrable aisément dans un deux ou quatre roues.

On peut comparer cela à un moteur thermique. Le rapport de taille entre les deux est à l'avantage de mon projet. Pour le même encombrement, on peut associer plusieurs cylindres, cumulant les puissances disponibles, exploitées suivant les besoins.

Par exemple, chaque cylindre fournit sa puissance, l'un après l'autre en situation de basse conso, en cumulé lors de besoins élevés.

Mettons que nous ayons X cylindres aussi performants que le modèle de Volvo. Nous pouvons avoir jusqu'à X fois 80 ch en même temps....

Il est certain que nous n'aurons pas cette puissance avec mon projet! Mais mettons que nous atteignons le quart, voire la moitié de cette puissance, le régime de rotation sera moindre à masse équivalente. Les contraintes sur les paliers et les roulements sera largement réduite...

Un autre système d'alimentation a été aussi envisagé. Faire du capot moteur non plus un frein aérodynamique mais une sorte de bouche qui absorbe le flux d'air du véhicule en déplacement.

Concentré, focalisé, ce flux d'air peut de la même manière pousser une roue à aube unique sur ce vilebrequin. Tel un obturateur, la roue obture jusqu'au moment de l'ouverture (aube) de la partie « éolienne » du système. Tant que nous sommes en phase « fermé » du cycle, l'air s'accumule, se densifie. La compression ainsi obtenue se libère à l'instant de la « lumière » aérodynamique.

Pour les premières expériences, j'imagine ceci:

Produire sur imprimante 3D le carter, les roues à aubes, voire l'axe de rotation sur lequel nous positionnerons les disques de meuleuse.

Une entrée d'air sera produite pour raccorder un compresseur électrique que je possède. C'est un gonfleur de pneus de supermaché que l'on peut sacrifier sans regret.

Nous pourrons, à basse pression juger des résultats, mise en mouvement, vitesse atteinte, efficacité du volant d'inertie etc...

Si le travail fourni est plaisant, on peut adapter le système sur un chariot accroché à un vélo, si possible sur l'avant, tout à la fois pour l'observation et limiter les obstacles aérodynamiques.

Un lien mécanique reliera le cylindre aux roues du chariot de manière débrayable. Nous verrons si l'air transitant au sein du cylindre peut apporter quelque chose au vélo. Au pire, en embrayant, un apport ponctuel d'énergie, en cas de relance par exemple. Au mieux... les limites ne sont pas encore définies.

J'ai aussi pris en compte les surfaces des disques de meuleuse pour la gestion du flux d'air. Elles peuvent faire office de turbine de Tesla. Si le carte du cylindre est surfacé en spirale, on peut faire que l'air s'échappe de la lumière latéralement pour circuler sur la surface des disques jusqu'à un échappement final, l'air entrant faisant un parcours utile long, donc améliorant les rendements. La turbine de Tesla est utile pour des régimes élevés. Donc, la lumière donne une impulsion, les disques font l'accélération...

Vos commentaires?

A plus!

J-1 pour deux raisons.

Vivent les vacances!


   Quand on me connait, on sait que cette phrase est à prendre au second, troisième.... 36 ème degré!

Preuve par l'exemple:

Qui dit vacances dit grasse matinée. Je me suis levé à 7 heures.

Qui dit vacances dit vivre cool. A 9h25, j'ai déjeuné, rangé, fait une lessive, consulté mon ordinateur (revue de presse et de vidéos pertinentes), pris trois cafés, pris soin des animaux de compagnie (à titre d'info, un chien, deux cochons d'Inde), changé les draps du lit et étudié mes projets technologiques avec une nouvelle évolution, soit dit en passant, bref, pas franchement joué relache.

Donc, vivent les vacances!

J'avais annoncé, avec un compte à rebours, que lundi je présenterais mon projet à réaliser dans les trois semaines qui viennent.

Bon.

Mais voila-t-y pas que demain, donc, changement de planning. Rendez-vous à Orléans pour un entretien qui me tient à coeur.

Avec le temps de route (je ne prendrai pas l'autoroute, je préfère le "chemin des écoliers") et celui de la rencontre aurai-je le temps de vous narrer mes ambitions?

Votre attente fièvreuse sera-t-elle satisfaite?

Ceux qui s'ennuient et qui se disent "Peste, j'aurais tant aimé me joindre à cette aventure car je ne sais quoi faire en cette période estivale?" vont-ils en être pour leurs frais?

Que nenni.

Je vais composer le billet de demain ce jour, le mettre de coté, et le publier demain au réveil, comme promis.

En ce qui concerne l'autre actualité, l'hyperloop de E. Munsk, compte tenu du décalage horaire avec les USA, cela attendra le soir, à charge pour vous de naviguer sur Internet pour vous documenter avant de profiter de mon point de vue personnel plus tard.

En parlant d'E. Munsk, ce matin, j'ai visionné ceci:

Cela vous rappelle forcément le système Better Place qui est en grande difficultés. Changer un pack de batteries en deux fois moins de temps que l'on fait le plein d'une berline, c'est parlant....

Certes, il peut être considéré que ladite berline a, en faisant le plein, une autonomie deux fois supérieure à la voiture électrique.

Mais la Tesla a, en conduite respectueuse du code de la route, une autonomie suffisante pour "tenir" deux heures. Donc le temps entre deux pauses conseillées.

Ce qui signifie que le temps de ladite pause, vous pouvez échanger aisément vos accumulateurs et repartir tranquile.

Comme le patron de Tesla compte implanter des centres de recharge à des points stratégiques, no problemo pour "tailler la route". En conservant une moyenne horaire comparable à un déplacement "classique".

Autre avantage, et non des moindres, sachant que ces stations services sont autant d'ateliers de maintenance potentiels, vous faites un échange standard d'accumulateurs, donc, votre pack d'origine qui peut éventuellement, à force de cycles de charge/décharge, perdre en performances, est échangé pour un pack vérifié, état optimal....

Malin, non?

Quand je vous dis que ce type n'invente rien, mais qu'il améliore l'existant pour en faire une réalité économique...

Il me rappelle quelqu'un... S. Jobs. Ne rien inventer, optimiser.

En cela, ces deux hommes sont de grandes sources d'inspiration.

   Et à ceux qui me diront que S. Jobs a commis beaucoup d'erreurs, je dirai d'accord. Justement.

   En retenant de leurs erreurs, on peut encore mieux faire, na!

Bon dimanche et à demain!...

J-4 pour deux raisons.

Double actualité... à venir!


   Je vous avais prévenu. En été, il ne se passe pas grand-chose.

Certains à l'esprit critique disent qu'en France, tout est à l'arrêt car on ne travaille pas assez.

Mais, quand on visite les sites étrangers... ce n'est pas mieux!

Donc, c'est ainsi, les vacances, dans l'hémisphère nord, c'est signe de relache.

Sauf que, deux choses, chers lecteurs, peuvent vous séduire.

Un, Elon Musk nous prépare une annonce d'importance: L'hyperloop sera présenté le 12.

Si vous n'en n'avez pas encore eu vent, je vous laisse rechercher par vous même tout ce qui se bruisse autour du concept...

Deux, à cette même date, je me trouverai libre de toute obligation professionnelle, donc apte à me consacrer pleinement à mes créations.

Et, justement, j'ai depuis quelque temps, une envie spécifique.

Comment en parler sans trop en dire, pour attirer des compétences?

C'est de la mécanique.

Cela concerne les énergies renouvelables, les déplacements.

Il me faudra une I3D.

Je vous en dirai plus... plus tard.

Mille excuses pour l'absence!

I'm Back!


  Je profite de ma situation de santé (un bon coup de froid) pour imiter Terminator via ce titre, du fait de ma voix un peu cassée.

Bon, à lire, l'aspect humoristique est moins bon qu'à entendre, je le reconnais, mais, faites moi confiance, c'est "feutré", ça racle!

A ceux qui se demanderaient si mon absence était due à des congés, niet! Pas de vacances, des projets, des attentes, de l'impatience, du suspense!

Mes premières bagues sous I3D voyagent même, pour test aux Pays-Bas. J'attends de nouvelles productions pour d'autres cibles commerciales potentielles. Celle que j'ai posé sur ma voiture me donne toute satisfaction, j'ai même débraché le bocal à électrolyse pour avoir des données très précises.

Vous le savez, j'ai une activité salariée en attendant de "voler de mes propres ailes". Travaillant en centre-ville de Tours, l'actualité est: Comment se débrouiller pour bosser quand le Tour de France vous paralyse la ville sur tous les axes de circulation?....

Autant dire que c'est tendu dans les hautes instances. Le premier problème, qui peut avoir son importance étant, comment faire venir le personnel?

Donc, ceci expliquant cela, je suis peu présent sur ce blog! J'en profite pour remercier encore les fidèles lecteurs qui, même sans nouveau billet, viennent et reviennent régulièrement.

Demain, dimanche, je vais retourner encore présenter ma bague turbo fixe aux collectionneurs de voitures anciennes, prendre les mesures des admisssions non compatibles avec celles de mon premier objet.

En effet chaque dimanche, c'est nouveau point de rendez-vous avec, à la clé, nouveaux propriétaires, nouvelles voitures.

Je crois surtout que je vais devoir, à terme, m'acheter une I3D pour être plus réactif.

Ah, j'oubliais, le modèle pour karts de loisirs a été fourni, pour tests, en vue d'en étudier un pour la compétition dans un second temps.

Quand je vous disais: "Pas de vacances, des projets, des attentes, de l'impatience, du suspense!"

A+!

Lire la suite

Bienvenue et welcom

Titre bizarre pour raison logique

   Dimanche, je vous racontais mon expérimentation de la bague que je vais rebatiser turbo fixe, à noter désormais, sur une kitcar néerlandaise.

Comme j'ai eu lundi pas mal de visites et un grand nombre de pages vue à travers le prisme (jeu de mot "collant" à l'actualité) de mon compteur statistique, je me suis dit que si les gens de chez Burton me lisaient, il fallait que je sois un minimum courtois. Donc:

Geachte leden van de samenleving Burton, als je me leest, welkom en dank u voor uw aanwezigheid hier.

Comme il s'agit d'une traduction automatique, je ne sais pas si la phrase est correcte...

Mais, qui ne tente pas...

Comme il a été confirmé que sur les moteurs de 2cv ma pièce apporte un gain de performances, si jamais, parmis vous, chers lecteurs, il y à un résident du sud de la France, pouvez-vous parler de moi au club Méhari qui fait de superbes nouvelles voitures (club/entreprise que je vois régulièrement sur M6 via Turbo). Merci. En effet, je crains fort de ne pas pouvoir me déplacer cet été, activité sur place oblige.

Pendant que je conçois et développe mes projets, vous le savez si vous me suivez depuis longtemps, j'ai une activité salariée pour "faire bouillir la marmite".

Prochainement le Tour de France va passer dans la bonne ville de Tours, impactant la logistique locale. Le vendredi, itinéraire dans le centre-ville, une sorte de Z qui veut dire... zéro déplacements!

Ce ne sera qu'une gène passagère, dans une fourchette de 10h/14-15h max.

Mais on doit s'organiser, et, là, on perçoit les capacités analytiques des acteurs:

Eux: Comment travailler à ces heures là?

Moi: Comment, déjà, arriver sur le lieu de travail?

J'ai eu le planning des "festivités" et ai, malgré mon rhume carabiné qui réduit mes capacités cognitives, déterminé un plan de marche en deux coups de cuiller à pôt. Cet après-midi, réunion des cadres, exposé, des solutions, j'espère que cela ne durera pas trop longtemps, j'ai une sainte horreur des réunions à rallonge!

Bref, tout va bien, comme on dit, pour sourire, Il n'y à pas de problèmes il y à des solutions. Quand il n'y à pas de solution... c'est qu'il n'y à pas de problème!

A+

Premiers tests de la bague "Fun Lab"

Un beau dimanche, à tous points de vue!


   Le beau temps est de retour, et la santé "qui va bien" avec. Hier, un coup de froid "carabiné" m'avait couché. Nez qui coule, les grandes eaux de Versailles!

Mais, ce matin, tout va bien mieux. J'en ai profité pour me rendre à la réunion dominicale des collectionneurs de voitures anciennes de la région. Ce dimanche, c'etait à Saint Avertin, au château de Cangé. Un assortiment de voitures de toutes origines était, comme d'habitude, présenté.

Me trouvant pour la première fois avec à la main ma nouvelle bague vortex sortie des I3D du Fun Lab, je cherchai des cobayes pour tester l'objet, sachant que plus la voiture est "rustique", mieux c'est.

Malheureusement, souvent, nous étions face à des voitures sportives avec soit peu d'espace disponible, soir des durites avec des dimensions inadaptées, soit pas de filtre à air pour interfacer la pièce.

Mais, à coeur vaillant rien d'impossible! J'ai trouvé une voiture qui convenait. Je vous la présente:

1199042727-burton-side.jpg

Cette voiture, comme son nom ne l'indique pas (Burton) est néerlandaise http://www.burtoncar.com/

Comme son origine ne l'indique pas non plus, la base mécanique est... la 2cv!

Donc petit moteur (dans les 600cc), ce qui limite le fun à la conduite, alors que la ligne de l'objet encourage à rouler au moindre rayon de soleil.

Donc, le propriétaire, tenté par l'occasion de gagner un peu de pèche, accepte volontiers l'implantation de la bague. On monte tous les deux à bord et roulez jeunesse!

Dès les premiers tours de roue, le conducteur juge, surpris, du gain. On insiste, route, virages, côtes. Entière satisfaction, à un tel point que j'entends une phrase très mélodieuse: "Puis-je garder la bague pour en parler à l'usine"?

Eh oui, il ne la veut pas seulement pour lui-même, mais, directement, sensibiliser le fabricant!

Si toute la filière des producteurs de 2cv et dérivées pouvait être tenté (par exemple ceux qui refont les Méharis), quel marché!

Ensuite, cela s'est su et les volontaires ont été plus nombreux, entre-autres ceux qui ont des voitures plus gourmandes, dont les DS. Mais, là, il faut revoir la taille et le profil de l'objet. Rien d'mpossible, avantage de l'I3D.

Je savais que moins la voiture a d'électronique, plus ma bague se greffe facilement.

Donc, le choix de viser d'entrée le marché du véhicule ancien semblait pertinent.

Les heures et jours qui viennent seront à suivre de près.

En tout cas, les dimanches à venir seront très intenses!

A suivre!

Test proto

Quoi de neuf sous le soleil, la pluie?


   Hier, entre deux pluies, test sur route et autoroute de la voiture équipée du proto.  Aucun problème, bien au contraire. Mon petit 1.1l devient une voiture agréable sur voies rapides.
Par contre, il semblerait, qu'à moins de modifier la cartographie, nous n'ayons pas grand-chose à attendre de plus au niveau conso, un 5,5l aux 100 semble une barre limite. On partait, quand même de 7l/100!

bague-vortexi3d2013-2.jpg

Crowdfunding ou partage de moyens et compétences encore et encore, ce n'est que le début...

Développement du projet A.V.E.C.


   Petit rappel des faits: En 2006, je découvre qu'il serait possible, par une simple pièce en ailettes, d'améliorer le flux d'air à l'amission d'un moteur thermique. Buvant une cannette de soda (il faisait beau et chaud ce jour là), je me décide à la découper, la former et à la poser sur ma voiture.

Résultat, ma voiture à plus de couple, j'en profite pour faire de l'écoconduite avec et je descends la consommation de carburant de ce premier véhicule, une Peugeot 106 kid.

Plus tard, on m'offre une Citroën Saxo 1.1 l. Je teste sa consommation, 7l/100. Je la modifie avec une première bague, 6l/100. Au prix de la cannette, zéro, c'est du recyclage, j'en pose une seconde. La première après le filtre à air, la seconde avent. Résultat, 5.5 l/100.

Aujourd'hui, je peux disposer, merci le Fun Lab de Tours, d'une I3D. Je puis donc réaliser une pièce plus "technique", au dessin plus abouti.

Bilan primaire, des performances encore meilleures. Je viens de commencer les tests de consommation, à suivre. Autre vérification, la résistance thermique, le plastique emùployé ne souffre pas.

Autres retombées. Je parle de mon dernier prototype autour de moi et les personnes qui trouvaient ma bague en métal recyclé regardent ce nouvel objet avec plus d'attention. Pourquoi? Parce que, premièrement, la pièce, nouvelle génération est plus sofistiquée, deuxièmement, parce que produite par une machine, elle fait moins bricolée, plus sérieuse.

Dois-je la commercialiser?

Je me pose la question pour les semaines à venir, compte tenu des consommations que je vais atteindre et des contraintes de la constitution d'une société autour de ce projet. Prix final de vente, homologation, possibilité de pose sur parc de véhicules sur le marché potentiel etc...

La chose que je me dis aussi, car il faut savoir se projeter, ce profil peut-il servir ailleurs? Sachez que quelques voies sont possibles, je vous tiendrai au courant.

A+