paradoxe

Cop21, économie 3D, El Nino

Prenons le temps de la réflexion...

   Nous sommes en pleine #Cop21 et comme à toute période de forte communication, les avis les plus divers, parfois opposés se diffusent de manière massive voire désordonnée.

Ayant la chance de pouvoir, de par ma position professionnelle en pleine évolution, avoir un certain recul sur ces publication, je désire vous faire bénéficier de mon point de vue synthétique de la situation globale de notre société humaine au sein d'un mileu naturel perturbé.

Le débat à la #Cop21 est à comprendre tant à la fois des enjeux et des acteurs présents.

Cette conférence réunit les décideurs politiques afin de définir une stratégie, un "plan" au niveau politique.

Ce n'est pas un salon des solutions de terrain, même si certaines sont présentées en marges de l'évennement.

Donc, quelle que soient les décisions prises au plus haut niveau des états, ce ne sera qu'un maillon d'un ensemble global d'actions à tous les niveaux de nos sociétés, en allant de l'individu/consommateur/acteur jusqu'aux choix d'entreprise, associations ou tout autre groupe humain.

 

Nous savons tous que les médias publieront, suivant leur orientations, des bilans mitigés sur cette conférence, car, suivant leur (notre?) subjectivité, il y aura toujours à redire.

La faute à notre désir de voir nos élites décider ce qui est le meilleur pour nous, par délégation de pouvoir, une recherche contradictoire entre une certaine forme de recherche de l'image du père et cela en parfaite contradiction avec notre déisr de démocratie, de liberté de choix.

Le débat sur l'inflence ou non de l'homme sur le dérèglement climatique n'est plus d'actualité.

Les conséquences de ce dérèglement sont là et il faut voir comment s'en prémunir.

Le phénomène #ElNino a cette année une ampleur inhabituelle et cela ne sera pas sans conséquences pour les semaines et les mois à venir, les prémices sont déjà visibles, pluies intenses après des sécheresses record en Inde et aux Etats-Unis par ex.

Retenons que pour nos sociétés modernes et mécanisées, les besoins primordiaux sont de plus en plus l'accès à l'eau et à l'énergie de la manière la plus stable qui soit.

Des sécheresses ou des pluies diluviennes sont des dangers.

La production erratique d'énergie sollicite les réseaux de distribution de toutes tailles.

Pourtant les gisements et les stocks infinis à l'échelle humaine sont là; il suffit de les mettre en perspectives grace à l'usage de bon sens.

L'eau suit un cyle qui assure la disponibilité de gisemnts. L'eau potable en est la rsultante. L'eau de mer, 70% de la surface du globe est la mine. Le traitement est le produit fini.

Donc il s'agit de structurer le process de transformation d'un matériau de base en produit fini, adapté au mileu où l'on se trouve.

C'est pour cela que je développe deux procédés, une décantation thermique basse pression et un filière azote liquide qui est à la fois source d'énergie verte 24/24 et de production d'eau par condensation en parallele.

Pour l'énergie décarbonnée, nous le savons de longue date, l'énergie solaire est à même de fournir mille fois nos besoins.

C'est d'ailleurs ce qui me fait dire que nous ne sommes pas dans un lilieu fini, puisque nous bénéficions de cet apport extérieur.

Et l'énergie est la base de toute transformation.

Le challenge est donc dans la conversion optimale de cette source primaire, rayonnements multiples, en leviers de performances.

La production industrielle classique est une gabegie technologique.

Mais de nouveaux outils tels que la production de mode addictif les imprimantes 3D par ex. permettent la réalisation de biens au plus près du consommateur avec l'usage raisonné des matériaux et de l'énergie nécessaire.

Ce n'est que la reformulation de techniques ancestrales.

Autrefois, on construisait avec les matériax disponibles, briques d'argile, pisé etc... Il n'y avait pas de déchets.

Le BTP, avec la production dans des fours géants et énergivores de ciment, est le premier producteur de CO² dans le monde.

Mais comme les gisements de sable se raréfie, nous risquons de ne plus faire de béton dans un proche avenir...

C'est pour cela que j'ai conçu ma dévoreuse de désert.

Ce sable a envahi des surfaces inimaginables de terres cultivable à travers les siècles. Les égyptiens vivaient jadis, les illustrations de la période pharaonique en témoignent, dans un savane.

Le Sahara, en 50 ans seulement a recouvert plus que la surface de la France métropolitaine.

Valoriser le sable pour les besoins locaux et l'exportation vers les pays en besoins (reconstitution de plages et de digues par ex.) finance la lutte contre la désertification, le reverdissement de territoire "miroirs" du réchauffement climatique, la stabilisation de populations locales par la création de leviers économiques positifs.

Et cela peut se faire sans consommation de carburants fossiles.

Les matières premières au niveau miniers s'épuisent. Mais, à force de les exploiter ici et là pour nous apporter des produits finis en nos territoires ne disposant pas de ces ressources à modifié la répartition des gisements. "Rien ne se crée, rien ne se perd", nos poubelles sont les mines de demain.

Extrayons nos résidus, nous sommes sur des mines d'or virtuelles.

Synthétisons les matières transformées en nouvelles matières premières, utilisons les mode additif pour refaire de nouveaux objets pour ne pas avoir de résidus à recycler, ces process fonctionnant aisément sur des sources électriques, sans émission de CO².

Plus ou moins d'outils de coupe, efficacité du cycle industriel, production localisé, donc emplois pour tous.

La nature, rappelons le, est le labo de R&D le plus ancien, 5 milliards d'années!

Les travaux largement diffusés et pourtant pas assez lus, a démontré la puissance fabuleuse de modestes acteurs naturels.

Les bactéries, les micro-algues, certains fungus ont la capacité de produire rapidement, très rapidement, les constituants de base de nos besoins. Dépolluants de tous indésirables, hydrocarbures répandus, molécules complexes (métaux lourds...), bases alimentaires....

Ceratins même nous offrent des possibilités que l'on néglige, leur culture se fait par photosynthèse, donc émission d'oxygène, capture du CO².

Le CO², parlons-en!

Sa capture est un challenge, pas un problème.

Sa valorisation est un tremplin psychologique séduisant.

Production de graphène pour le stockage de l'énergie de manière compate et efficace, création de diamants artificiels pour des usages industriels, nanoparticules pour des constructions antisismiques....

La captation peut se faire par "simple" aspiration, sa transformation peut se faire à faible coût, son impact positif peut être rapide.

Bref, nous pouvons nettoyer les traces de deux siècles de société industrielle anarchique tout en générant une croissance économique idéalement répartie du la terre entière.

Les aléas météos peuvent être limités dans leurs impacts.

Construction:

Les yourtes, les tipis résistent mieux aux contraintes météo que nos constructions classiques, cubiques, pourquoi?

La forme circulaire est une évidence, le vent s'enrouel, contourne l'obstable, les surfaces planes sont des voiles à effets destructifs.

Lors des tempêtes aux USA, les rares constructions qui ont résisté étaient arondies.

De même, lors des incendies en Californies, les maisons rondes n'ont pas brulé, le flux laminaire a crée une "peau" protectrice.

Donc, s'inspirer modestement des héritages ancestraux, du biomimétisme est une solution qui nous pique les yeux par son évidence.

J'ai un grand espoir en l'avenir, j'ai conçu des logiques techniques pour le nourrir.

Soyons au rendez-vous de l'histoire.

Merci.

Datas utiles, useful link

Je fais une coupure!

   Après avoir si souvent parlé de moi, il est juste que je cite certaines de mes références, des personnes qui m'inspirent, qui me font faire mes choix de carrière et autres....

Alors, pour commencer, je rends hommage à Oussama Ammar et à la structure "The Family".

Le plus rapide, le plus efficace, surtout si vous n'êtes pas sur Paris, c'est de consulter leurs vidéos via cette playslist:

https://www.youtube.com/channel/UCYxgidQYV3WPD0eeVGOgibg

Ainsi, personne ne pert de temps, ni vous, ni eux, et vous allez, si ce n'est pas déjà fait, apprendre plein de choses pertinentes pour votre carrière.

Alors, bon visionnage!

Et, si vous le désirez, vous me dites ce que vous en pensez:

jm.doniat@gmail.com

Laissez mijoter à feu doux...

La création c'est comme la cuisine!

   Hier, jour férié, pour certains!

Pendant que certains essayaient de trouver quelque chose à regarder à la télé pour meubleur leur temps libre, que d'autres essayaient vainement d'organiser un vide-grenier sous les averses, que, pour finir avec mes relations, installaient leur stand pour la Foire de Tours qui ouvre ce matin, quelques entrepreneurs se rendaient au café pour un apéro entrepreneurs.

Visiblement, les jours fériés ne sont pas leur "tasse de café" car nous étions très nombreux à nous réunir, échanger, refaire le monde!

J'ai eu un certain succès avec mon dernier projet, surtout quend j'ai parlé d'un C.A. potentiel à neuf chiffres....

Je laisse le sujet reposer un peu, d'où ma métaphore cullinaire en titre!

Ce matin, je me suis fait plaisir, en relevant sur un site nommé Bored Panda quelques pages de grande inspiration pour ceux qui aiment les détournements d'idées.

Vous pouvez les retrouver là:

https://www.facebook.com/pages/Des-id%C3%A9es-pour-une-meilleure-gestion-des-technologies-vertes-actuelles/161519560570887

et là:

https://www.facebook.com/pages/FactorYthon/276759825819151

Bonne lecture!

Sinon, je vais me remettre à la réalisation de notes de synthèse sur mes créations les plus séduisantes afin de pouvoir les présenter à de nouveaux décideurs.

Bonne journée!

Questionnements sur la transition énergétique...

Ca va péter!

   J'ai publié ce matin sur https://www.facebook.com/pages/FactorYthon/276759825819151 un éditorial que m'a inspiré un documentaire sur la politque de transition énergétique en Allemagne depuis 2011, sa comparaison avec la situation aux USA avec le gaz de schiste, offrant ainsi une tribune à ceux que cela peut intéresser...

Bonne lecture, bonne analyse...

Petit break dans mes travaux, analyse de fond, suite

Analyse stratégique et gestion de mon projet III.

  Comme mon billet d'hier a eu quelque succès, m'attirant même de nouveaux followers sur Twitter (bienvenue à vous), je pense qu'il est juste de développer un peu plus mon projet de bateau tanker d'eau.

En effet, cette idée m'est venue suite à ma cellule de veille technologique qui me permet d'associer différentes pièces comme dans un puzzle pour prouver que ce projet peut, dès à présent, être lancé, avec une crédibilité économique.

Je rappelle en quelques mots le principe:

Là où l'eau est un danger, inondations par exemple, le problème est de savoir où rejeter l'eau en excès. L'actualité montre que plusieurs activité sont impactées par ces perturbations climatiques. La pêche est l'une d'entre-elles. Comme de toutes manières, vu la raréfaction des bancs de poissons, de nombreux marins se trouvent dans une situation pénible (je sais, j'use d'euphémismes), pourquoi détruire des navires encore en état de marche alors que leur capacité de charge et leur tirant d'eau limité peut avoir une utilité:

Remontant les cours d'eau jusqu'au point où la salinité est nulle, ils peuvent devenir des pompes, des éponges à crues.

Revenus au port, le contenu sera transféré à des tankers trop petits pour le transport de fret mais, eux aussi, aptes à naviguer. Ces bateaux seront transformés en des usines de traitement de l'eau, comme des stations d'épuration mobiles.

Le temps de leur trajet à destination des zones déficitaires (par exemple la Californie ou le Sahel, l'Australie...), ces navires ont toute latitude pour décanter leur chargement, filtration thermique (lentilles de Fresnel, thermo syphon) ou mécanique (nanotubes cf. ISS ou bouteille filtrante #Arte/futuremag) avec différents niveaux de filtration suivant que l'on désire de l'eau pour l'irrigation ou la boisson humaine et animale.

Les résidus sont tout à la fois des limons, des métaux à l'état de particules et, certes aussi des polluants.

Les deux premiers produits cités sont immédiatement valorisables, pour l'agriculture et l'industrie. Les troisième peut être transformé, les exemples ne manquent pas, plastiques convertis en pétrole, conversion de certains polluants en éléments « neutres » par traitement « agricole » (usage des fongus).

Bref, toute la cargaison peut se trouver utile une fois arrivée au port de destination.

Une forme de méthanisation peut même servir comme carburant pour le navire, suffit de le faire passer du fuel au gaz pour sa motorisation.

Nous pouvons envisager même une étape supérieure: Faire des navires des véhicule fonctionnant à l'hydrogène carburant. En effet, l'hydrogène a des performances trois fois supérieures aux carburants « classiques ». Sur ma voiture, aux beaux jours (températures minimales nécessaires), un bocal d'électrolyse aux électrodes rapprochées me fournir du gaz carburant très économique (l'eau distilée est beaucoup, beaucoup moins chère que l'essence).

Donc, sur le navire, « dopage » du carburant méthane par ce biais (système HHO pour vos recherches de données) voire, là est une de mes lacunes, si cela existe, séparation du mix oxygène hydrogène par nanofiltre mécanique pour créer pour la filière pétrolière du gaz de type butane en mixant l'hydrogène avec de la capture de co² comme le font les ingénieurs à Stutgart.

Autre débouché, autre valorisation, autre usage utile.

Les produits et sous produits pourront être déchargés au port de destination via des conteneurs en bio composites (neutres) dont la production peut être déléguée à des pays émergents à la recherche de débouchés pour leur production de jute, lin, fibres de cactus ou des pays développés, ces fibres rustiques étant d'excellents dépolluants des sols (nitrates).

Donc, toute une industrie peut bénéficier de ce projet en mettant à une échelle de dimension suffisante des projets de laboratoires en attente de développement.

La production de carburants est aussi une solution pour certains besoins spécifiques autrement moins polluant que la fracturation si décriée.

Bref, tout le monde à y gagner dans l'affaire...

Je récapitule:

Valorisation de bateaux non rentables par reconversion, avec emplois conservés à la clé (marins, chantiers navals)

Réequilibrage des fournitures en eau des différentes zones géographiques en tension hydrique, et cela sur toute l'année, du fait des inversions des saisons suivant les hémisphères.

Disponibilité de minéraux, carburants et métaux sans créer de nouvelles mines ou forages, et cela sur une longue période de temps (valorisation, cogénération).

Mission de service public en intervenant sur zones sinistrées en pompant les excédents là où c'est nécessaire.

Les matériels existent. Les technologies aussi. Les moyens humains, n'en parlons pas.

Les financements?

Actuellement, les fortunes, les liquidités dirons nous pour faire un jeu de mots, sont dans des régions souvent frappées par les conflits météorologiques. Les directeurs de la Silicon Valley sont victimes de la sécheresse, limitant les apports en énergie (barrages au plus bas) pour refroidir leurs datas centers, si ce n'est pas, tout simplement pour irriguer les champs qui leur donne de quoi manger, l'eau à leur robinets...

Donc, si ce projet crée sur la base d'un pool industriel où tout le monde, je dis bien tout le monde est gagnant, est mis en route, nous créons des emplois, sauvons des vies, participons à la transition énergétique tout en limitant les tensions sociales qui nous menacent.

Et, je le rappelle, les outils sont à notre disposition, aujourd'hui même.

A suivre...

Je rappelle que, donc, je suis sur Facebook, Tweeter, G+, Viadeo, Linkedin et que mon adresse mail est jean-marc.doniat@laposte.net

A+

Strategic analysis and management of my project III .

   As my post yesterday was a success, drawing me even new followers on Twitter ( welcome to you ), I think it is fair to develop a little more my boat project tanker water .

Indeed, this idea came to me after my cell technology intelligence that allows me to combine different pieces like a puzzle to prove that this project can now be launched, with economic credibility.

I recall briefly the principle :

Where water is a danger, such as flooding, the problem is where to reject the excess water. The news shows that several activities are affected by these climatic disturbances. Fishing is one of them. As in any case, given the depletion of fish stocks, many sailors are in a difficult situation ( I know, I use euphemisms ), why destroy ships still in working condition when their capacity and pulling their limited water may prove useful :

Up rivers to the point where the salinity is zero, they can become pumps, sponges floods.

Returned to port, the contents will be transferred to tankers too small for freight but also capable to navigate. These boats will be transformed into plants water treatment, such as mobile treatment plants.

The time of their path to deficit areas (eg California or the Sahel , Australia ... ), these vessels are free to settle their loading, thermal filtration ( Fresnel lenses , thermo siphon ) or mechanical ( nanotubes cf. ISS filter or bottle # Arte / futuremag ) with different levels of filtration following the desired water for irrigation and human and animal drink.

All residues are both stringers, metals in the form of particles, certainly also the pollutants.

The first two products mentioned are immediately valuable for agriculture and industry. The third can be transformed, the examples are not lacking, converted oil plastics conversion of certain pollutants into " neutral " to " agricultural" ( use of fungi ) processing elements.

In short, all the cargo may be useful once arrived at the port of destination.

A form of biogas can even be used as fuel for the ship, just the passing of gas to fuel its engine.

We can even consider a higher stage : Making vessels vehicle running on hydrogen fuel. Indeed , the performance of a hydrogen three times the fuel "classical". On my car, on sunny days ( minimum temperature necessary ), a jar of electrolysis electrodes spaced provide me very economical fuel gas ( distiled water is much, much cheaper than gasoline).

So on the ship, "doping" fuel methane through this ( HHO system for your research data ) or, there is one of my weaknesses, if any, separation of hydrogen oxygen mix nanofilter mechanics to create for the industry oil gas butane by mixing hydrogen with the capture of co ² as do engineers in Stutgart .

Another outlet, other recovery, another useful purpose.

Products and by-products can be unloaded at the port of destination via containers bio composites ( neutral ) whose production can be delegated to emerging research opportunities for their production of jute, flax, cactus fibers or countries developed, these rustic fibers are excellent for de-polluting soil (nitrates ) .

So an entire industry can benefit from this project by a scale of sufficient size laboratory projects awaiting development .

Fuel production is also a solution for some other less polluting than fracturing so decried specific needs.

In short, everyone will win in the case ...

I recapitulate :

Valuation of unprofitable conversion boats, with jobs kept the key ( marine , shipyards ).

Rebalancing water supplies different geographical areas moisture stress, and this throughout the year, due to seasonal reversals following the hemispheres .

Availability of minerals, metals and fuels without creating new mines or wells, and this over a long period of time ( recovery, cogeneration).

Public service mission by intervening in areas affected by pumping excess where necessary.

Materials exist. The technologies also . Human, not talking .

Funding ?

Currently, fortunes, cash, « liquidities » are in areas frequently affected by weather conflicts. The directors of the Silicon Valley (Google, Apple, Twitter etc...) are victims of drought, limiting energy intake (dams to lowest) to cool their datas centers, if this is not simply to irrigate fields which gives them something to eat, the water in their taps ...

So if the project created on the basis of an industrial pool where everyone, and I mean everyone is a winner, is started, we create jobs, saving lives, participate in the transition energy while limiting social tensions that threaten us .

And, as I recall, the tools are at our disposal today.

Stay tuned....

I notice that, so I 'm on Facebook, Tweeter, G+, Viadeo, Linkedin and my email address is jean-marc.doniat@laposte.net

Have a nice day !

Archimède résoudra-t-il la transition énergétique? (j'insiste!)

Le printemps arrive, si, si!

fonds-plaquette2.jpg

   Cette semaine se termine, je fais un petit bilan. Je sais qu'il ne faut pas dire petit, c'est un terme négatif, mais force est de constater que je n'ai pas eu une grande actualité au niveau de mes travaux personnels, mon activité salariée m'a pris beaucoup de mes disponibilités.

Pour autant, je fus actif.

En attendant la mise en place de la commission technique qui définira le cahier des charges du projet retenu par ma société, j'ai déjà étudié quelques solutions qui feront de ce projet une réussite.

D'autre part, je consacre beaucoup de mes pensées à mon système de production d'électricité verte 24h/24.

Même si sur un plan de pure loi physique, mon concept ne doit pas être réalisable, je pense qu'une exploration approfondie doit se faire pour juger de ses limitations. Un droit à l'erreur que je m'accorde.

Quelques difficultés de base ont été étudiées, et je crois avoir trouvé des solutions simples mais efficaces. Je devais obliger mon appareil à réaliser des rotations sur un axe alors que le système de traction choisi ne devait créer qu'un balancement. Quelques minutes de reflexion m'ont permis de trouver une solution « passive », sans ajout d'énergie en plus qui réduirait les rendements attendus.

Cette semaine, je n'ai pas pu me rendre à mon fablab pour raconter l'évolution de mes travaux, donc, par le biais d'échanges fructueux, résoudre les quelques difficultés majeures qui sont:

Trouver un lieu compatible avec l'expérience.

Réunir une équipe de talents divers pour compléter mes limites de compétences.

Estimer avec précision les besoins matériels de mon protocole.

Détails d'importance...

Et, pour finir, trouver le budget qui financera cette aventure!

Sinon, entre deux averses hivernales, j'ai un peu changé ma bague en plastique qui me fait économiser de l'essence, je vous dirai dans quelques jours si cela a eu une influence sur mes consommations, sachant qu'en terme de performances, ma voiture n'a rien perdu de sa vivacité.

Je vous souhaite une excellente fin de semaine, et vous remercie de votre fidélité.

A suivre...

Je rappelle que, donc, je suis sur Facebook, Tweeter, G+, Viadeo, Linkedin et que mon adresse mail est jean-marc.doniat@laposte.net

A+

Spring is coming, yes, yes!

(Special message for nord east americans)

fonds-plaquette2.jpg

This picture means that I have, and you know it perfectly, plenty of ideas to make them reals...

This week ends, I make a small footprint. I know he should not say little, it is a negative term, but it is clear that I have not had much news at my personal work, my job took me a lot of my availability.

However, I was active.

Pending the establishment of the Technical Committee will define the specifications of the project chosen by my company, I've studied some solutions that will make this project a success.

On the other hand, I spend a lot of my thoughts in my system 24h/24 green electricity production.

Although a map of pure physical law, my concept should not be feasible, I think that a thorough exploration should be to assess its limitations. A right to make mistakes that I give myself.

Some basic difficulties have been studied, and I think I found simple but effective solutions. I had to get my prototype to perform rotations about an axis while the traction system chosen was to create a swing. A few minutes of reflection helped me to find a "passive" solution without adding more energy reducing expected returns.

This week I could not get to my fablab to tell the evolution of my work, therefore, through fruitful discussions, solve some major problems which are:

Find a suitable place with experience.

Assemble a team of diverse talents to complete my personal limitations.

Accurately estimate the material needs of my protocol.

Details matter ...

And finally, finding the budget to finance this adventure!

Otherwise, between two winter rain, I just changed my plastic ring that makes me save gas, I'll tell you in a few days if it has had an influence on my consumption, knowing that in terms of performance, my car has lost nothing of its freshness.

I wish you a great weekend, and thank you for your loyalty.

Stay tuned....

I notice that, so I 'm on Facebook, Tweeter, G+, Viadeo, Linkedin and my email address is jean-marc.doniat@laposte.net

Have a nice day and see you soon!

Archimède résoudra-t-il la transition énergétique? (dérivée troisième)

Vacances intenses! La fin?...

   Nous sommes dimanche.

Demain, je reprends mon travail salarié, mes activités annexes redeviendront un loisir, un accessoire.

Mais, aussi, une priorité, un projection sur demain. Mais, le temps existe-t-il, et si oui, « qui » est-il? Je vous propose de regarder cette vidéo où E. Klein expose à la fois son point de vue mais, surtout, car il a une grande honnêteté intellectuelle, les différentes « écoles » scientifiques ou philosophiques sur le sujet.

De mon coté, je ne saurais m'engager pour une doctrine ou une autre. Mais, comme toujours, cela m'inspire... pour totalement autre chose! Je vous ai parlé de mes projets d'éoliennes flexibles. J'ai obtenu de mon entourage une certaine crédibilité qui fait que des concepts mécaniques poussés jusqu'à l'absurde séduisent au point que mes amis et connaissances sont prêts a tester toute idée, même folle, juste pour voir où est la possible erreur, pousser une dérivée à son optimum ou son point de blocage. Par exemple, j'ai poussé le délire à imaginer une éolienne d'intérieur, flexible, actionnée par un petit moteur agitateur pour que l'amplitude du fouet (le mat) entraîne l'hélice à grande vitesse en rêvant que l'énergie produite par ce système donne une éolienne plus rentable qu'une machine en extérieur, tributaire du vent, variable très aléatoire. En effet, si l'on agite le mat 24h/24, on rentabilise une machine qui, autrement fonctionnerait 30 à 40% du temps... Mais, et mes rencontres de ce matin (concentration de voitures anciennes) et les échanges que j'ai pu avoir m'ont donné une contrainte: Si le mat balance de droite à gauche, forcément, aux extrémités se posera le problème d'un quasi arrêt de l'hélice. Cela signifie un problème de « lissage » de la production d'électricité. Et là, eureka! Au lieu de créer un simple va et vient du mat, je dois « obliger » le mat à faire un 8 (ou pour les scientifiques un infini) pour que l'hélice n'ait plus de véritable temps d'arrêt! Le mat sera posé sur un pied oscillant mais la traction sera de coté, pas dans l'axe. Puisque le mat est tout à la fois flexible et guidé par son pied oscillant sur deux axes différents, nous sommes en géométrie, j'ai un axe et sa dérivée, un 8! Plus de « temps mort ». De plus, comme je l'avais dit plus haut, mais sans le justifier, le mat sera suspendu. La raison est simple. Puisque je suis à l'intérieur, je n'ai plus besoin, pour cette expérience de flux d'air. L'air présent dans la pièce sera suffisant, via les mouvements du mat dans l'espace, à générer le mouvement de l'hélice. Et renversant l'ensemble, je résous le problème de la gravité, la «tête » qui aurait pu, sous sa propre masse s'effondrer, restera dans une position optimale pour « prendre le vent ». Pour les américains qui me lisent, je fais quelque part comme avec un lasso, je le fais plus facilement tourner au niveau du sol que au-dessus de ma tête!

A suivre...

Je rappelle que, donc, je suis sur Facebook, Tweeter, G+, Viadeo, Linkedin et que mon adresse mail est jean-marc.doniat@laposte.net

A+

Holiday intense !The end? ...

   We are on Sunday. Tomorrow I take my paid work, my related activities again become a leisure accessory. But, as a priority, a projection on tomorrow. But time does exist, and if so, "who" is it? I suggest you watch this video where E. Klein exposes both his point of view, but more importantly, because it has a great intellectual honesty, different scientific or philosophical "schools" on the subject.

From my side, I can not commit myself to a doctrine or another. But, as always, it inspires me ... for something else!

I told you about my plans for flexible turbines. I got around me some credibility that makes mechanical concepts pushed to the absurd appeal to the point that my friends and acquaintances are ready to test any idea, even mad, just to see where is the possible error push a derivative at its optimum point or blocking . For example, I pushed the delusion to imagine an indoor windmill, flexible, driven by a small motor agitator for the amplitude of the whip ( matte ) drives the propeller at high speed dreaming that the energy produced this system provides a more cost-effective than machine outside wind, wind dependent variable very random. Indeed, if the mat 24h/24 stirred, it pays for a machine that would otherwise work 30 to 40 % of the time ... But, and my meetings this morning (concentration of old cars) and the discussions I have had gave me a constraint: If the balance mat from right to left, inevitably, ends the problem arises of substantially stopping the propeller. This means a problem of "smoothing" of the electricity production. And then, eureka ! Instead of creating a simple and fro in the morning, I have to "force" the mat to make a 8 (or for scientifics infinite ) so that the propeller has no more real downtime ! The mat will be placed on an oscillating foot but will pull aside, not in line. Since the mat is both flexible and guided by its oscillating on two different axes foot, we geometry, I axis and its derivative, an 8 ! No more "dead time". Moreover, as I said above, but without justifying the mat will be suspended. The reason is simple. Since I 'm inside, I have no need for this experiment airflow. The air in the room is sufficient, via movement of the mat in space, generating the movement of the propeller. And reversing the whole, I solve the problem of gravity, the "head" that could, under its own mass collapse, remain in an optimal position to "take the wind." For Americans who read me, I like somewhere with a lasso, I do turn more easily than at ground level above my head!

Stay tuned....

I notice that, so I 'm on Facebook, Tweeter, G+, Viadeo, Linkedin and my email address is jean-marc.doniat@laposte.net Have a nice day and see you soon!

Archimède résoudra-t-il la transition énergétique?

Archimède et la transition énergétique

   Dans le prolongement de mes billets précédents, et à force de regarder des conférences mathématiques et physiques, j'en arrive à des questionnements logiques que seuls des mathématiciens de qualité, voire des physiciens amateurs de puzzles pourraient trouver « amusants» à résoudre.

Pour autant, l'avancée dans les nano technologies fait que la question peut se poser sans que cela reste forcément du domaine de la recherche fondamentale.

Voici la question:

Imaginons un homme seul dont le métier est de secouer les oliviers. Il sait parfaitement donner les mouvements pour que, à force d'osciller, l'arbre ait ses fruits qui chutent, la force étant à un certain point suffisante pour tout ébranler.

Mettons cet homme au pied d'une tige longue, longue en nano tube, bien arrimée au sol, créant un point d'appui fiable.

Sa main est assez grande pour saisir cette tige, mettons du diamètre d'un javelot.

Il se met, gentiment, à exercer son travail, il secoue la tige.

Progressivement, par un phénomène de resonance, la tige oscille.

Nous sommes en pleine projection mentale, donc nous n'avons pas, actuellement à nous soucier de données crédibles, la tige fait 1000 mètres de long, donc, ici, de haut.

Au bout de 5 minutes, compte tenu de la force moyenne d'un bras humain, quelle sera l'amplitude de la pointe de la tige, quelle sera la vitesse atteinte par cette pointe dans son déplacement?

Et, de là, quelle énergie pourrait être potentiellement produite par une petite hélice placée à cette pointe de la tige?

Nous sommes dans la loi des grands nombres, dans des valeurs exponentielles du fait de la longueur de la tige mais je me pose la question absurde qui est celle-ci?

Dans ce cas de figure, est-ce qu'un homme pourrait par cet effet de levier, créer assez de lumière pour alimenter sa maison, son quartier, une ville ou plus encore?

Pour des contraintes de resistance, la tige serait forcément constitué du matériau le plus solide, en carbone pur combiné comme on la fait actuellement... en laboratoire!

Comme je suis un Candide des sciences, j'ignore un certain nombre de choses:

Le matériau choisi peut-il résister structurellement à une telle dimension?

Ou bien, s'effondrerait-il sur lui-même?

Ce qui modifie de facto un paramètre, la taille maximale possible d'une tige pour l'expérimentation en situation « réelle » sachant qu'à la base, elle doit être préhensiles.

Deuxièmement, quelle sera, dans un même temps sa flexibilité?

Parfaitement rigide, nous n'aurions aucun déplacement à la point de l'objet, rien d'exploitable.

A l'inverse, trop flexible, la pointe, par la courbure de la tige, toucherait le sol, interdisant tout autant l'expérience, et, par là même, son exploitation.

Donc, correction possible, pour que l'expérience soit possible, sachant les capacités mécaniques du matériau et son diamètre déterminé au sol, imposé par le fait qu'un être humain puisse le saisir d'une main, quelle serait la longueur optimale de cette tige pour entrer en adéquation entre le principe de la tige secouée et son déplacement « utile » à la pointe?

Cette expérience sera, faite par un jour de temps calme, sans vent turbulent et sans risque orageux, pour que notre cobaye ne soit point connecté à un immense paratonnerre!

Est-ce que ce problème peut séduire quelque mathématicien ou physicien?

Je rappelle que, donc, je suis sur Facebook, Tweeter, G+, Viadeo, Linkedin et que mon adresse mail est jean-marc.doniat@laposte.net

A+

Archimedes and the energy transition

   In continuation of my previous posts, and strength to look mathematics and physics lectures, I come to the logical questions that only quality mathematicians or physicists puzzle fans might find "fun "

 to resolve.

However, the progress in nano technologies that the question may arise without necessarily remains in the field of basic research.

Here is the question:

Imagine one man whose job is to shake the trees. He knows to give the movements that force to oscillate , the tree has fruit that fall, the force being sufficient to a certain spot to shake everything.

Let this man at the foot of a long rod, long in nano tube, properly secured to the ground, creating a reliable fulcrum.

His hand is big enough to take this rod, let the diameter of a javelin.

He began, gently, to perform his work, he shakes his rod.

Gradually, by a phenomenon of resonance, the rod oscillates.

We are in the mental projection, so we do not have currently to worry about credible data, the rod is 1000 meters long, so here high.

After 5 minutes, considering the average strength of a human arm, what is the amplitude of the tip of the rod, what is the speed reached by this point in its movement ?

And from there, which power could potentially be produced by a small propeller placed at the tip of the rod ?

We are in the law of large numbers in exponential values ​​due to the length of the rod but I wonder absurd question is this?

In this case, is it a man could by this leverage, create enough light to power his home, neighborhood, city or even more ?

Resistance to stresses, the rod would necessarily be made ​​of the strongest material, combined with pure carbon as is currently able to be made in ... laboratory !

As I am a science Candide, I did not know a number of things :

The selected material can he resist such a structurally dimension?

Or, it would collapse on itself ?

Which modifies de facto one parameter, the maximum possible size of a rod for experimentation in a situation "real" knowing that the base must be prehensile.

Second, what will be, at the same time its flexibility ?

Perfectly rigid, we would have no movement in the point of the object, nothing usable.

Conversely, too flexible, the tip, because the curvature of the rod, touch the ground, so no operation aviable.

So correction possible for the experience to be possible, knowing the mechanical capacity of the material and determined ground diameter, imposed by the fact that a human being can grasp with one hand, what is the optimum length of this rod to enter the matching principle and its displacement rod shaken "useful" to the tip ?

This experience will be made ​​by a calm day without wind and without turbulent thunderstorm, so that our guinea pig is point connected to a huge lightning !

Is this problem can seduce any mathematician or physicist ?

I notice that, so I 'm on Facebook, Tweeter, G+, Viadeo, Linkedin and my email address is jean-marc.doniat@laposte.net

Have a nice day and see you soon!

Lire la suite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×