performances

J + 21 C'est la rentrée!

Jour de reprise...


 Pour beaucoup, ce lundi est le signe définitif de la fin des congés d'été. La majorité des gens sont revenus, le rythme va crescendo, avec l'espoir que l'économie va frémir, que les indicateurs vont "passer au vert".

Bon, de mon coté, vous le savez, l'été a été studieux, j'ai aujourd'hui rassemblé l'essentiel des éléments de mon projet estival.

Ces derniers jours ont été consacré à du jardinage intensif. Taille de la haie... façon Attila! Une montagne de branches témoigne de l'effort! Moins visibles, mais très sensibles, les courbatures qui vont avec!

Ce qui est bien avec les activités en extérieur, c'est que l'on peut penser à autre chose, et cet autre chose c'est.... mon projet estival!

Usages possibles, adaptation aux univers de la production d'énergie et aux déplacements "propres".

En parlant de déplacements propres, not' bonne ville de Tours a enfin son tramway! Ce w.e., les voyages étaient gratuits. Autant dire que ce fût l'attraction, dans tous les sens du terme. Rames bondées, certains faisant plusieurs fois l'aller retour!

Donc, j'attendrai que cette folie soit calmée pour en profiter.

Pour revenir à mon projet propre, je désire réaliser un prototype qui serai une sorte de gros vélo et je dirais même moins qu'un vélo. Comment cela?

Le plus clair du temps, le guidon sert peu quand on est sur route. L'inclinaison suffit à virer. Pour les manoeuvres, l'avantage de mon principe est que, compte tenu qu'un petit moteur électrique sera monté sur l'ensemble, il pourra être prévu... une marche arrière, lente.

Donc les manoeuvres seront faciles.

Un chassis qui aura les fixations de roues et un berceau pourteur suffira pour effectuer les premiers tests. Une coque aérodynamiquement étudiée sera posée dessus, à la fois pour optimiser la gestion du flux aérodynamique et de sa "valorisation" et assurer la position de conduite.

Pour le confort, selle gel voire, suspendue. Le guidon pourra aussi être suspendu vu qu'il n'assurera que le maintien du pilote.

Léger, autant que faire se peut, rigide, ce véhicule "cobaye" pourra être réalisé rapidement et économiquement. Il ne servira que poour les tests autour de la maison, jeste pour évaluer ses capacités techniques.

Donc, ccrayon, papier, dessins... vous connaissez la chanson!

A+

Merci à ceux qui m'ont suivi cet été, bienvenue aux nouveaux lecteurs, et coucou à ceux qui reviennent me lire après quelques semaines de détente.

A tous, bonne journée.

J + 17, progression inattendue du projet

Saisir les opportunités!


   Ce matin, je me rends dans une boutique pour un achat simple, une courroie pour la tondeuse.

Bon. Mais, en plus, je demande à cette échoppe s'ils n'ont pas quelques pièces pour mon projet.

Hélas, non.

Mais ils me conseillent un autre établissement plus orienté marché des professionnels et, là, je trouve tout ce qu'il me faut, à quelques minutes de chez moi, ce qui ne gache rien, vous en conviendrez!

Le personnel est compétent et sympathique. Donc, sachant que parmi les pièces dont je dois m'équiper, certaines doivent être commandées, dans les jours qui viennent, tiges, masses, roulements et fixations diverses vont me parvenir pour un assemblage soigné (vu que je n'aurai rien fabriqué moi-même, ce qui limite d'autant les risques de cataclisme!).

Certes, je n'aurai pas fait ceci durant ma période de congés, mais qu'importe, je saurai le faire en peu de temps puisque tout le process a été synthétisé à l'avance... enfin, j'espère!

Et encore merci de me suivre.

A+

J+16 Pensées.

Quand l'actualité rejoint mes principes, encore une fois!

 Ce matin, comme à l'accoutumée, je faisais ma revue de presse pour ma page FB, et je tombe sur cette brève :

http://www.gizmag.com/toyota-details-yaris-hybrid-r/28827/

toyotayarishybrid-rconcept.jpg

Quel point commun avec mes travaux? Le fait de tenter de ne pas ou moins utiliser de batteries pour la transmission électrique (ici hybride) mais de prendre, comme accumulateurs des super condensateurs. Jouer sur la décharge rapide et « tonique » de ces composants pour « injecter » de la puissance brièvement, mais néanmoins assez longtemps pour obtenir une franche accélération lorsqu'il en est le besoin, tout en ayant à la fois une recharge rapide et un gain de masse non négligeable.

Je vous disais que je travaillais aussi sur la gestion de flux d'air.

Je suis en train de convertir ce système de charge/décharge physique dans ce domaine spécifique vu qu'il m'est apparu que de réaliser un volant d'inertie avec des matériaux du domaine public pour un coût réduit (pour le prototype s'entend).

Certes, pour certaines pièces spéciales, les imprimantes 3D seront de grand secours, puisqu'elle réaliseront les éléments eux non disponibles sur le marché, et que, de plus, elles offrent la possibilité de modifications avec une grande souplesse (pas de moules, pas d'usinage...).

Donc, ce billet pour vous dire, soyez curieux, découvrez ce que le monde a à vous offrir, mais ne le prenez pas qu'au premier degré. Voyez plus loin, comme une source d'inspiration pour exploiter ces annonces dans votre propre domaine d'activité.
Bon, je retourne à ma planche à dessin.

Bonne journée.

J+9, quelques chiffres

Travail de synthèse...


   Vous qui me lisez (j'ai des indicateurs statistiques qui prouvent que même en août ce blog est consulté, ce dont je vous en remercie), vous êtes parfois à vous demander si tout ceci est bien sérieux.

Donc, voici des chiffres qui vont vous rassurer.

Un, sur mon "projet estival". Après avoir tourné le problème dans tous les sens pour définir un cahier des charges optimal pour un résultat fiable, je suis arrivé à ce budjet primaire:

Réaliser un premier prototype fonctionnel de laboratoire coûterait.... (en matériel) 50€ par module de base.

S'ajoute le matériau pour matérialiser le carter sur I3D, le temps passé dessus par les membres de l'équipe. Si c'est fait "généreusement" par le FunLab de Tours, on peut ajouter, allez, 50 €.

Comme frais de R&D, je connais peu de projets plus économiques!

Deuxième série de chiffres:

Ma voiture transformée. A ceux qui auraient loupé les épisodes précédents, j'ai une vieille Citroën Saxo (11 ans, 115 000 km) qui consommait environ 7l/100 en écoconduite, ce qui correspond aux données constructeur.

(Ce qui signifie que l'écoconduite est efficace, et que cela ne signifie pas rouler comme une tortue, mais bien utiliser les capacités d'un véhicule pour ne pas gaspiller le carburant en allant aussi vite que les autres ).

Avec les aménagements effectués, voici les chiffres de consommation validés par 5 ans de tests permanents:

Conduite sur route (pas d'autoroute ou presque). 5l/100

Conduite mixte (route + ville). 5.5 l/100

Conduite mixte + déposer ma fille au bus pas loin (donc moteur froid). 6 l/100

Dans tous les cas, je suis en dessous des conso constructeur, pour un investissement d'environ 10-15 €.

Autant dire que l'investissement a été amorti depuis longtemps.

A+

J+5 Petite théorie

Pourquoi je crois à mon moteur à impulsions?


   Dernièrement, sur un forum scientifique, en puisant quelques informations, j'eus l'occasion d'être "taclé" par un modérateur qui a parlé de manière... non modérée!

Sur le coup, une certaine colère m'a pris. Puis, après coup, j'ai compris que mon cheminement de pensée n'avait pas été assez justifiée, que l'histoire saurait présenter mon projet de façon plus crédible.

D'où ce billet.

Deux hommes forts différents se sont opposés. Edison et Tesla. La raison?

L'un défendant le courant continu, l'autre l'alternatif.

Aujourd'hui, les deux ont raison. On emploie l'une ou l'autre des possibilités en fonction des besoins.

Pour le moteur, c'est la même chose.

Un moteur à courant continu fait d'excellentes génératrices, à condition d'une alimentation en "travail" de même nature.

Donc, une hydroliène dans le flux d'un courant marin, stable, sera plus efficace qu'une éolienne (ou aérogénératrice) dans un flux irrégulier ou turbulant.

Mon moteur à impulsions s'inspire de ce genre d'analyses.

D'aucuns disent que, comparé à un moteur thermique, les rendements sont optimaux. Certes. 88% au lien de 30%, il n'y a pas photo.

Mais, pour moi, 88%, c'est peu. Avec le courant de Foucault, nous avons une déperdition thermique qui ne se justifie pas.

Mon moteur est un peu comme un nettoyeur à haute pression. Combinaison de la pression de l'eau au robinet avec une pompe séquencielle, gain de performances.

Pour creuser le sol, vous pour frotter avec un balai. Ou piocher. Quand je jardine, je pioche d'abord, puis je lisse au balai.

Mon moteur fera pareil.

Accélération, pioche, vitesse stabilisée, balai.

Cette métaphore est-elle "parlante"?

Bonne journée.

Je retourne au jardin.

j+2 de mon projet estival

Vacances studieuses...

   Après avoir lu par le menu le dossier sur l'Hyperloop de Tesla (59 pages en anglais), défini un courrier de commentaires, j'ai repris mon projet personnel.

Une question technique se posait, le forum de Futurascience m'a donné la réponse, positive, donc je peux m'avancer.

Le principe est, de prime abord, simple:

Un moteur thermique, avec toutes ses pièces en mouvement, ses frottements, a un rendement médiocre.

Un moteur électrique, plein de cuivre, en alimentation életrique continue, crée un effet Joule (chauffe), gènant.

Si on remplace sur le moteur thermique la partie haute par un couple électroaimant/aimant en répulsion, on peut imaginer un vilbrequin qui tournerait par implulsions, donc sans effet Joule.

En s'inspirant du kers ou volant d'inertie, x couples séparés par des masses pour, à la fois, limiter un "parasitage magnétique" entre deux couples et augmenter le potentiel effet gyroscopique, on peut imaginer un moteur à la fois simple, économique, compact.

Le but du "jeu" n'est pas de créer un moteur particulièrement puissant ou économique. Simplement de "voir" si ça marche en le créant avec les moyens du bord, activité de loisirs estival, curiosité...

Maintenant, yapuka!

J'ai dans mes relations, des imprimantes 3D. Ces machine peuvent être à la conception/réalisation des supports, axes, carters de cet appareil.

reste à savoir si leurs propiétaires sont en congés ou non.

J'ai mis des messages sur les différents sites sociaux et pages web du Fun Lab de Tours.

Wait and see...

Message for Teslamotors

Message à Teslamotors au sujet du projet Hyperloop.

Mesdames, Messieurs,

Je viens de lire le dossier PDF que vous avez fourni à tous ceux que le sujet pouvait séduire.

Ceratines questions se sont posées tant au niveau technique que sur sa viabilité économique.

Comme je suis foncièrement optimiste, plutôt que de poser ces questions, voire de critiquer et vu que ce projet est open source, je vous propose à travers ce courrier, mes propositions constructives:

Premier sujet, la technologie de tubes à basse pression.

Dans le mix de technologies à appliquer à votre projet, vous parliez de Concorde, table de jeu à coussin d'air etc...

Je rajouterai une technologie ancestrale, éprouvée, efficace: Le téléphérique.

En Allemagne, un vieux téléphérique fonctionne ainsi:

Situé près d'un cours d'eau de montagne, la cabine en haut se leste jusqu'à ce que son poids soit à peine supérieur à celui de la cabine du bas, les deux étant reliées via un cable. La différence de poids fait descendre la cabine du haut, par gravité, en entraînant la cabine du bas par leur lien mécanique. Donc, aucun apport d'énergie nécessaire. Arrivé en bas, on vide le réservoir d'eau et on recommence le cycle.

Adaptation de ce principe à l'hyperloop:

Lorsqu'une voiture arrive en gare, son ralentissement peut se faire par frein aérodynamique, créant une compression d'air, cette énergie peut servir à propulser la navette en sens inverse au départ. Equilibre énergétique.

Au milieu du trajet. Les véhicules qui se croiseront seront au même niveau de vitesse à peu de choses près. Des clapets entre les deux tubes feront source de compensation. Le premier véhicule, même en tube de basse pression, crée par son passage un phénomène de décompression derrière lui, le phénomène d'aspiration bien connu. Si un tube est entre la voie montant et la voie descendante, ce phénomène d'aspiration peut être apporté au véhicule en sens inverse, lui réduisant d'autant sa consommation d'énergie. Il suffit de synchroniser les flux de véhicules dans les deux sens pour optimiser ce process.

Second sujet:

Utilisation de panneaux solaires pour l'apport en énergie nécessaire.

J'ai imaginé un concept de panneaux solaires en 3D original, que je cherche à développer et votre projet pourrait être le premier bénéficiaire de cette invention.

Je l'ai appelé bulbe solaire. Sur mes blogs dont voici les liens, vous avez un petit aperçu:

http://inventions-pour-demain-plus-vert-et-moins-cher.e-monsite.com/pages/travaux-personnels/bulbe-solaire.html

Le but: Créer une cage à particules tapissée de cellules photovoltaïques, un piège à photons, alimenté en lumière à son sommet par un puits de lumière. Avantages:

Le puits de lumière fait office de passive tracking.

Le fait d'enfouir les cellules dans le sol lisse les rendements par une gestion de variations de températures.

L'emprise au sol est limitée au diamètre du puits de lumière (60 cm env.)

Tout ce qui entre dans la cage à particules est consommé, plus d'effet miroir.

Le matériel est très peu sensible aux agressions physiques (grêle, vent etc...) car presque pas exposé.

Plus besoin d'avoir les panneaux exposé au sud, le sommet du puits de lumière fait fonction.

Une production en série réduit les coûts, la distance de votre projet est à la hauteur de cette dimension industrielle, les débouchés potentiels étant bien au-dela du concept Hyperloop, votre division solaire pourrait bénéficier de cette découverte.

L'idée a été déposée au bureau des brevets français (INPI), l'antériorité reconnue nous protège.

Il peut ainsi être envisagé par ces deux idées déjà citées que, un, nous réduisons par le premier système les besoins en énergie, deux, que les bulbes solaires sauraient produire un excédent d'électricité à redistribuer sur le marché local. Rentabilité améliorée.

Troisième sujet:

Transport de fret.

Combien de véhicules polluants transportent du matériel sur l'axe SF LA?

Comme je pense que, et vous l'avez évoqué, il y aura des heures de transport de passagers plus intenses que d'autres, les heures « creuses » pourraient être consacrées au transport de fret. Des navettes, plus économiques car non pressurisées, sauraient combler cette baisse d'activité en rentabilisant l'infrastructure. Voire, toujours en reprenant le concept du téléphérique, contrebalancer la masse d'une navette passager par une navette fret de même masse.

Quatrième sujet, optimisation de la motorisation.

J'étudie actuellement un projet de moteur électrique optimal.

Au lieu de développer un champ électrique continu, d'où déperdition d'énergie par le courant de Foucault, je cherche à reproduire le cycle du moteur thermique en ne conservant que le vilebrequin, toute la partie haute, pistons, cylindres, soupapes... étant remplacé par des impulsions électriques du type électroaimants, qui, agissant de manière répulsive, mettent en rotaion ce vilebrequin, à la fois axe de rotaion et volant d'inertie. Mettons quatre ou huit électroaimants en fonctionnement pour les phases d' accélération, un nombre moindre pour entretenir la rotation à vitesse stabilisée, un peu comme, sur certaine voitures thermiques, des cylindres débrayables.

Votre projet me plait beaucoup car il me rappelle l'aérotrain de Bertin des années 60 qui n'a su trouver son développement, faute de la technologie actuelle pour répondre aux problèmes de l'époque (bruit, consommation etc...)

Je suis issu d'une formation en économie qui me donne un certain pragmatisme. La science est une passion complémentaire. Je saisis parfaitement la manière d'agir de Teslamotor et je partage votre manière de développer les marchés sur lesquels vous vous positionnez.

Si mon commentaire attire votre attention, je suis à votre disposition pour tout entretien ultérieur.

Etant en France, à une heure de train de Paris, et, ce qui est pratique, en vacances, je puis par exemple, si vous avez au siège de Tesla en France, la possibilité de visioconférence, me rendre sur place, échanger nos points de vue, je pratique assez bien l'anglais pour dialoguer.

Par contre, ce texte étant un peu long, j'en fais une traduction automatique pour sa diffusion, avec tous les défauts que cela peut entraîner, ce dont je m'excuse.

Veuillez agréer, Mesdames, messieurs, mes meilleurs sentiments.

Jean-Marc Doniat

http://doniattab.e-monsite.com/blog/

https://www.facebook.com/pages/Des-id%C3%A9es-pour-une-meilleure-gestion-des-technologies-vertes-actuelles/161519560570887

http://inventions-pour-demain-plus-vert-et-moins-cher.e-monsite.com/

Message for Teslamotors about Hyperloop project.

Ladies and Gentlemen,

I just read the PDF file you provided to those that the subject could seduce.

Ceratines questions arose as to the technical level of its economic viability.

As I am an optimist, rather than asking these questions, or to criticize and since the project is open source, I suggest you through this letter, my constructive suggestions:

First subject, technology tubes at low pressure.

In the mix of technologies to apply to your project, you were talking about Concorde, game table air cushion etc. ...

I'll add an ancestral effective technology proven: The cable car.

In Germany, an old cable works:

Located near a mountain stream, the cabin top weighed down until its weight is only slightly higher than the lower cabin, the two are connected via a cable. The weight difference lowers the cab top by gravity, causing the lower cabin by the mechanical link. So no energy input. At the bottom, the water tank is empty and the cycle is repeated.

Adaptation of this principle to the Hyperloop:

When a car arrives at the station, the slowdown can be aerodynamic brake, creating an air compression, this energy can be used to propel the shuttle in reverse out. Energy balance.

In the middle of the journey. Vehicles which will intersect at the same level of speed pretty much. Valves between the two tubes will source compensation. The first vehicle, even tube low pressure created by passing a phenomenon decompression behind the suction well-known phenomenon. If a tube is between the amount and the downlink channel, the suction phenomenon may be made to the vehicle in reverse, reducing him all his energy. Simply synchronize the flow of vehicles in both directions to optimize this process.

Second topic:

Using solar panels for energy input required.

I imagined a concept of solar panels in the original 3D, I seek to develop and your project could be the first beneficiary of this invention.

I called solar bulb. On my blogs here are the links, you have a small overview:

The goal: to create a cage particles lined photovoltaic cells trap photons, powered light at the top by a skylight. Advantages:

The skylight acts as passive tracking.

Burying the cells in the smooth floor yields by managing temperature variations.

The footprint is limited to the diameter of the well (60 cm approx.)

Everything that enters the cage particle is consumed, more mirror.

The material is very sensitive to physical attacks (hail, wind etc ...) because almost no exposure.

Need to have the panels facing south, the top of the skylight acts.

Mass production reduces costs, distance from your project is up to the industrial scale, the market potential is well beyond the concept Hyperloop, your solar division could benefit from this discovery.

The idea has been filed in the office of the French Patent Office (INPI), the recognized prior protects us.

It can thus be considered by these two ideas already mentioned, one, we reduce the first system power requirements, two, that the solar bulbs not produce excess electricity to redistribute the local market. Improved profitability.

Third topic:

Freight.

How polluting vehicles transporting equipment on SF LA axis?

As I think, and you mentioned there will be hours of passenger more intense than other times "peak" could be dedicated to freight. Shuttles, more economical because unpressurized, not fill this downturn by capitalizing on infrastructure. Nay, still using the concept of the cable, the mass balance of a passenger bus by a freight shuttle of the same mass.

Fourth subject, optimization engine.

I am currently studying a draft optimal electric motor.

Instead of developing a DC electric field, where energy loss by eddy current, I try to reproduce the cycle of the engine by keeping the crankshaft, the whole upper part, pistons, cylinders, valves .. . being replaced by electrical pulses of electromagnets type, which, acting in a repulsive rotaion bring into the crankshaft, both axis of rotaion and a flywheel. Put four or eight electromagnets for operation phases of acceleration, fewer to maintain constant speed rotation, much like on some thermal cars, detachable cylinder.

I really like your project because it reminds me of the Skytrain Bertin 60s that has found its development, lack of current technology to meet the challenges of the time (noise, consumption etc ...)

I come from a background in economics gives me a certain pragmatism. Science is a complementary passion. I take perfectly how to act Teslamotor and I share your way of developing the markets in which you move.

If my comment to draw your attention, I am at your disposal for any further maintenance.

As in France, an hour by train from Paris, and what is practical, on vacation, I can, for example, if you have the Tesla headquarters in France, the possibility of videoconferencing heading out, exchange points of view, I practice English well enough to talk.

By cons, this text is a little long, I make an automatic translation to its release, with all the faults that may result, for which I apologize.

Sincerely, ladies and gentlemen, my best regards.

http://doniattab.e-monsite.com/blog/

https://www.facebook.com/pages/Des-id%C3%A9es-pour-une-meilleure-gestion-des-technologies-vertes-actuelles/161519560570887

http://inventions-pour-demain-plus-vert-et-moins-cher.e-monsite.com/

J pour deux raisons.

Chose promise, chose due!

   Voici le projet que j'aimerais développer durant mes congés cet été. Il s'agit d'un moteur, à priori simplifié comparé à un moteur thermique mais, néanmoins, disposant de plusieurs niveaux de technologie à étudier séparément, à associer ensuite.

Pour résumer, voici le concept:

Je désire conserver le vilebrequin d'un moteur classique, supprimer toute la partie haute (pistons, cylindres etc..., autant de pièces à équilibrer, forger, qui frottent, chauffent, se dilatent, qui font que le rendement ne dépasse pas finalement environ 30%.

Ce moteur pourra fonctionner de deux manières, suivant les solutions trouvées.

Un, provoquer la mise en rotation du vilebrequin par impulsion via des électroaimants.

A la mise sous tension, cet électroaimant repoussera un autre aimant sur le rotor positionné en même phase. Deux aimants positifs face à face donne une répulsion.

Sur le stator N électroaimants, sur le rotor N aimants sur N supports tous décalés sur l'axe circulaire pour créer le cycle de rotation.

La puissance de l'électroaimant donne la force de répulsion.

Le système par impulsions tel un jeu du cerceau restreint la consommation énergétique. Le reste du vilebrequin est composé de masses qui entretient le mouvement, un volant d'inertie.

E=MC² donc, pour une masse limitée, la vitesse de rotation donne la puissance.
Par exemple, Volvo, faisant tourner un bloc de 6kg à 60 000 t/mn (cf. http://www.volvocars.com/fr-ch/top/about/news-events/pages/default.aspx?itemid=163 ) arrive à développer brièvement 80ch.

J'ai étudié que la masse et l'encombrement de ce kers pouvait être reproduit avec des disques de meuleuse, produits bon marché.

Pour tout objet en mouvement, le démarrage est le plus vorace en énergie.

Donc, pour son usage ultérieur, ce volant d'inertie est prévu pour rester en rotation parmanente pour une relance rapide et économique. D'où le choix de l'entretien du mouvement par impulsions, peu gourmandes en énergie. Par exemple, sur un véhicule, dont on sait qu'en moyenne, il reste statique 90% du temps, un toit solaire peut fournir l'énergie utile à l'entretien du mouvement.

Un simple cylindre en rotation de 20 cm de long est un ensemble compact, intégrable aisément dans un deux ou quatre roues.

On peut comparer cela à un moteur thermique. Le rapport de taille entre les deux est à l'avantage de mon projet. Pour le même encombrement, on peut associer plusieurs cylindres, cumulant les puissances disponibles, exploitées suivant les besoins.

Par exemple, chaque cylindre fournit sa puissance, l'un après l'autre en situation de basse conso, en cumulé lors de besoins élevés.

Mettons que nous ayons X cylindres aussi performants que le modèle de Volvo. Nous pouvons avoir jusqu'à X fois 80 ch en même temps....

Il est certain que nous n'aurons pas cette puissance avec mon projet! Mais mettons que nous atteignons le quart, voire la moitié de cette puissance, le régime de rotation sera moindre à masse équivalente. Les contraintes sur les paliers et les roulements sera largement réduite...

Un autre système d'alimentation a été aussi envisagé. Faire du capot moteur non plus un frein aérodynamique mais une sorte de bouche qui absorbe le flux d'air du véhicule en déplacement.

Concentré, focalisé, ce flux d'air peut de la même manière pousser une roue à aube unique sur ce vilebrequin. Tel un obturateur, la roue obture jusqu'au moment de l'ouverture (aube) de la partie « éolienne » du système. Tant que nous sommes en phase « fermé » du cycle, l'air s'accumule, se densifie. La compression ainsi obtenue se libère à l'instant de la « lumière » aérodynamique.

Pour les premières expériences, j'imagine ceci:

Produire sur imprimante 3D le carter, les roues à aubes, voire l'axe de rotation sur lequel nous positionnerons les disques de meuleuse.

Une entrée d'air sera produite pour raccorder un compresseur électrique que je possède. C'est un gonfleur de pneus de supermaché que l'on peut sacrifier sans regret.

Nous pourrons, à basse pression juger des résultats, mise en mouvement, vitesse atteinte, efficacité du volant d'inertie etc...

Si le travail fourni est plaisant, on peut adapter le système sur un chariot accroché à un vélo, si possible sur l'avant, tout à la fois pour l'observation et limiter les obstacles aérodynamiques.

Un lien mécanique reliera le cylindre aux roues du chariot de manière débrayable. Nous verrons si l'air transitant au sein du cylindre peut apporter quelque chose au vélo. Au pire, en embrayant, un apport ponctuel d'énergie, en cas de relance par exemple. Au mieux... les limites ne sont pas encore définies.

J'ai aussi pris en compte les surfaces des disques de meuleuse pour la gestion du flux d'air. Elles peuvent faire office de turbine de Tesla. Si le carte du cylindre est surfacé en spirale, on peut faire que l'air s'échappe de la lumière latéralement pour circuler sur la surface des disques jusqu'à un échappement final, l'air entrant faisant un parcours utile long, donc améliorant les rendements. La turbine de Tesla est utile pour des régimes élevés. Donc, la lumière donne une impulsion, les disques font l'accélération...

Vos commentaires?

A plus!