poteaux

Xmas Gift for your brains!

Homéopathie physique.

   Si vous suivez mes rêveries scientifiques, vous savez que, limité dans mes moyens matériels, je ne puis développer de grands systèmes.

Mais, d'un autre coté, pourquoi utiliser une bombe atomique pour tuer un moustique?

L'Inde a su contourner le problème pour son développement. Par exemple, leur dernière mission spatiale, dont on a peu parlé, ce qui est idiot, est pleine de créativité en opposition aux faibles moyens matériels investis.

Alors que l'on a parlé de la mission chinoise vers la lune, utilisant des moyens classiques, on oublie que l'Inde, elle, pour un budget ridicule, va... vers Mars!

Pour accélérer son véhicule spatial, les ingénieurs indiens ont utilisé l'orbite terrestre pour en faire une catapulte « naturelle ». La dépense n'a pas été en terme de carburant, mais en temps consacré à accumuler de l'énergie cinétique.

Merveilleux.

D'où ce billet, et son titre provocateur pour montrer comment nombre de problèmes semblent pouvoir être résolus avec un peu d'intelligence et de faibles moyens matériels.

Vous le savez, je cherche toujours a satisfaire mon incurie scientifique par l'apprentissage.

Les vidéo conférences sont, pour moi de merveilleux instruments.

L'une des dernières que j'ai vue est celle-ci: Alain Connes - Géométrie non commutative

Ce que j'en ai « saisi » est que le but du jeu est de simplifier une problématique scientifique jusqu'à en obtenir, sous forme d'équation épurée le « vecteur » du problème.

Cela a déjà été fait, mais souvent sous-employé.

Je vous donne quelques exemples:

La lentille de Fresnel. En réduisant une lentille classique a un object quasiment sans épaisseur, on obtient un phénomène optique désiré sans avoir besoin d'une masse gigantesque.

Les tours de vent. En jouant là, au contraire, sur les volumes et leurs formes, on évite la consommation d'énergie pour des besoins de thermo régulation.

L'effet Coanda. En mécanique des fluides, un simple profil développe à haute vitesse un effet mécanique sans employer de machinerie complexe. Exemple: les winglets des avions.

En acoustique, les chambres passives. Un simple tube de carton amplifie le son de mon smartphone. Nos ancêtres le faisaient fort bien pour créer leurs théâtres antiques et d'autres exemples vous viendront forcément à l'esprit.

Si j'applique ce principe de simplification a ce qui nous entoure, je conçois certaines choses:

Les éoliennes géantes.

Si l'on fait le bilan global des moyens utilisés et du réel objectif recherché, on observe une absurdité.

L'objectif est d'atteindre une hauteur « critique » pour puiser dans les vents hauts, plus constants et plus réguliers, une source d'énergie « rentable ».

Observons cette aérogénératice. La pointe de la pale, a son point haut est a son optimum. Mais, du fait de son déplacement, le temps où elle est efficace est bref. Comme nous avons trois pales, nous avons sur un cycle complet trois temps « utiles » et, les reste n'est que contraintes. Masse en rotation fabuleuse, avec un support capable de résister monstrueux (paliers, pylone...)

De plus, le volume que cela représente crée des turbulences perturbantes, limitant d'autant la possibilité de créer des champs rentables.

Si l'on applique le principe de Géométrie non commutative ou d'homéopathie physique, que trouvons nous?

But à atteindre: Avoir un point haut pour être au niveau des vents efficaces. Ce point haut doit être fixe, pour être constant. Finalement sa taille importe peu. Un nanotube de carbone pourrait, à priori, suffire.

Le vent en appui sur cet objet exerce une force. La forme du dit objet sera finement étudié pour qu'il crée un vecteur. La force Coriolis est faible, mais reste le vecteur qui est à l'origine des ouragans. Si cet enroulement ne se faisait pas, toute l'énergie des échanges thermiques combiné à la masse des eaux se dissiperait au lieu de se concentrer.

Là, le profil de la pointe de l'objet sera discret. Il ne sera qu'un guide physique du mouvement demandé. Le bout du levier d'Archimède.

Imaginons que nous ayons une tour de 100 mètres (les plus grandes éoliennes atteignent 150).

Un faible mouvement à la pointe est transmis vers le sol, amplifié par la distance de la tour.

Veut-on un balancement, une rotation? Pas de problème, il suffit que notre pointe génère ce mouvement, à sa dimention infinitésimale. L'énergie « constante » est là, réduisant la contrainte de l'inertie. Si le mouvement est entretenu, nous n'avons pas de difficultés majeures sur le plan technique.

De plus, si le point originel est assez petit, ses contraintes mécaniques sont réduites d'autant (prise au vent).

Autre avantage, en transmettant au sol tout le « travail », nous avons aussi réduit les contraintes de maintenance. En effet, imaginez les difficultés, le danger pour les techniciens pour intervenir dans les nacelles actuelles!

Donc, si l'on sait faire un pylone de grande hauteur pour supporter une grande masse en rotation, on peut faire un simple pilone plus fin et de même hauteur pour supporter un nano objet à effet démultiplicateur par la simple hauteur du dit pylone.

J'étudie aussi la mécanique des fluides, les formes pour développer d'autres effets mécaniques, transmission, compression etc... pour remplacer certaines pièces mécaniques utilisées en thermodynamique par des simples combinaisons de formes géométriques en 3D. J'ai dit 3D? En effet, les imprimantes 3D, par leur mode de fonctionnement, peuvent créer des objets en volume sans assemblage de demi coques, donc, avec moins de limitations structurelles...

Cela fera, peut-être l'objet d'un autre billet.

Joyeuse fêtes à vous tous.

Je rappelle que, donc, je suis sur Facebook, Tweeter, G+, Viadeo, Linkedin et que mon adresse mail est jean-marc.doniat@laposte.net

A+

Physical homeopathy.

   If you follow my scientific dreams, you know , in my limited material, I can not develop large systems.

But on the other hand, why use an atomic bomb to kill a mosquito?

India has a workaround for its development. For example, their latest space mission, little has been said, which is silly, is full of creativity as opposed to limited material resources invested .

While we talked about the Chinese mission to the moon, using conventional means, we forget that India with a ridiculous budget, will get... Mars !

To accelerate its spacecraft, Indian engineers have used the Earth's orbit to make a "natural" catapult. Expenditure was not in terms of fuel, but time spent accumulating kinetic energy.

Wonderful.

Hence this post, and its provocative title to show how many of the problems seem to be solved with a little intelligence and limited material resources.

You know, I always seek to satisfy my scientific negligence by learning.

Video conferences are wonderful instruments for me .

One of the latest I've seen is this : Alain Connes - Noncommutative Geometry

I have "seized" is that the goal is to simplify a scientific problem to obtain the form of the equation purified "vector" of the problem.

This has already been done, but often under- used.

I give you some examples:

The Fresnel lens. By reducing a conventional object lens has almost no thickness, a desired optical phenomenon is obtained without requiring a huge mass .

The wind towers. Playing, on the contrary, by volumes and shapes avoids energy consumption for purposes of thermoregulation.

The Coanda effect. In fluid mechanics, a simple profile develops high-speed mechanical effect without the use of complex machinery. Example: winglets on aircrafts.

Acoustic, passive rooms. A simple cardboard tube amplifies the sound of my smartphone. Our ancestors did well to create their ancient theaters and other examples will necessarily come to mind.

If I apply this principle of simplification that surrounds us, I see some things :

The giant wind turbines.

If one makes the overall balance of the means used and the actual intended purpose, there is an absurdity.

The goal is to reach a "critical" height to tap into the high, more constant and steady winds, a power source "profitable" .

Let's have a look at actuals windmills. The tip of the blade, has its highest point is at its optimum. But, because of its movement, the time it works is brief. As we have three blades, we have a full cycle three short "useful" times, and the rest is only constraints. Rotating mass fabulous, with a carrier capable of withstanding monstrous (bearings , pylon ... )

In addition, the volume that is created disruptive turbulence, thereby limiting the ability to create profitable fields.

If the principle of non-commutative geometry or physical homeopathy is applied, What do we find?

Goal : Having a high point to be at the effective winds. The highest point must be fixed, to be constant. Finally its size does not matter. A carbon nanotube could, in principle, be sufficient.

The wind bearing on this object exerts a force. The shape of said object is finely designed for it creates a vector. The Coriolis force is weak, but is the vector that is causing hurricanes. If this coil was not done, the energy of combined heat transfer to the mass of water would dissipate instead of concentrate.

Here, the profile of the tip will be unobtrusive. There will be a physical guide the requested movement. The end of the lever of Archimedes.

Imagine that we have a tower of 100 meters ( the largest wind turbines reach 150).

 A small movement is transmitted to the tip to the ground, amplified by the distance from the tower .

Do we want a swing, rotation? No problem, just as our tip generates this movement, its infinitesimal dimention. The energy "constant" is, reducing the stress of inertia. If the movement is maintained , we have no major difficulties on the technical side .

In addition, if the original point is quite small, the mechanical stresses are reduced accordingly ( windage ) .

Another advantage, passing the ground while the "work", we also reduces maintenance requirements. Indeed, imagine the hardship, danger for technicians to intervene in the current nacelles !

So if we can do a tall pylon for supporting a large rotating mass, it can be a simple pestle finest and height to support a nano object multiplier effect by the simple height of said pylon .

I am also studying fluid mechanics, forms to develop other mechanical effects, transmission, compression etc. ... to replace certain mechanical parts used in thermodynamics by simple combinations of geometric shapes in 3D. I said 3D ? Indeed, 3D printers, in their mode of operation, can create objects without volume assembly half-shells, so with fewer structural limitations ...

This will perhaps be another ticket.

Happy new year to you all .

I notice that, so I 'm on Facebook, Tweeter, G+, Viadeo, Linkedin and my email address is jean-marc.doniat@laposte.net

Have a nice day and see you soon!

Mini éoliennes originales, évolution

Il fait du vent!


   J'ai eu la chance de me trouver en contact épistolaire... via des échanges de courriels (!) avec un spécialiste des éoliennes verticales.


   Bon, le problème est que son expérience dans le domaine "casse" un peu mes ambitions, me montrant que mes idées, même confirmées en laboratoire, ont peu de chances d'aboutir efficacement dans "la vraie vie", le vent étant souvent turbulent, variable, erratique etc...

   Je vais voir comment réviser mes concepts, affiner mes études et, surtout, trouver le moyen facile et économique, de réaliser des maquettes "d'extérieur" et non pas de laboratoire. Mais ce n'est pas encore un échec total, on va essayer de relever ce challenge!

Mini éoliennes originales, croquis

Un dessin vaut mieux qu'un long discours...

eolienne-poteaux001.jpg

Bref, mon éolienne de poteau évolue petit à petit...

La voici colorisée.

eolienne-poteaux002.jpg

Mini éoliennes originales, analyse.

Et si, et si...


   On vient de connaître une perturbation météorologique, je dirais, de moyenne importance. Pour autant, nombre de foyers ont été privés d'électricité, des milliers dit-on.

Et si mon éolienne de poteaux électriques ou téléphoniques avait été là?

Une alimentation, même faible, était toujours mieux que rien, non?

De plus, pour ERDF, le fait de savoir les lieux alimentés à minima, mais non totalement coupés du monde a un avantage énorme:

Les interventions sur sites, périlleux vu les conditions d'accès, seraient très très limités. Si un délai pouvait être offert aux techniciens pour trouver des conditions de circulation efficaces, ceux-ci pourraient intervenir de manière plus sure, plus économique, plus nombreuse dans un même délai qu'au pire du conflit météo.

Sachez, que dans le cadre de ce projet, j'étudie l'ensemble des paramètres de l'usage de mes appareils:

Cause de la rupture d'alimentation électrique.

Protection physique des techniciens intervenant sur place, mon éolienne ne doit pas être une source de danger.

Optimisation des performances quelque soit le temps.

Baisse des coûts de production par une industrialisation du process de construction etc, etc...

Un G.I.E. qui rassemblerait les constructeurs français d'éoliennes, EDF et ERDF serait la meilleure combinaison pour aboutir à une mise sur le marché rapide de mon concept...

Mini éoliennes originales, progression.

Suite des billets précédents


   Sans dire que le sujet crée le buzz sur Internet, force est de reconnaître que vous êtes nombreux à me suivre depuis le début de cette histoire.

Quels développements à ce jour?

A force d'analyses, je vois que ce concept a un avantage: De concevoir un nouveau type de support, sans pose de poteau nouveau, ce principe résout un certains nombre de problèmes et, même, offre des solutions locales. C'est à dire que, suivant les sites et leurs potentiels, on peut créer des éoliennes aux profils adaptés aux gisements de vents locaux. Exemple, je réside en bord de Loire à 200 km des côtes. Entre Nantes et Tours, il est aisé de comprendre que les flux ne sont absolument pas les mêmes et que, donc, il faut des profils différents.

J'ai pris et entretenu le contact avec le Fab Lab d'Orléans qui est en éclosion. Une imprimante 3D est dans les projets et cela est primordial pour le prototypage. On peut, à partir d'une forme de base (de simples bandes lisses), décliner des formes plus complexes, petits godets pour l'aide au démarrage, nervures qui seront autant d'aspérités aérodynamiques à la fois pour "casser" le bruit et capter les vents, surfaces complexes du support pour une meilleure efficacité...

A ce sujet, j'avais dernièrement vu une émission américaine, les Mythbusters. Une de leur expérimentation était celle-ci:

Si les creux d'une balle de golf favorise son déplacement, qu'en advient-il sur une voiture? Ils ont poussé le principe jusqu'à l'absurde. Avec l'aide de maquetistes du monde de l'automobile, ils recouvert une voiture d'argile et creusé des empreintes pour donner le "look" balle de golf. Vous imaginez la masse que cela faisait. Pour autant, la voiture ainsi chargée consommait moins que la version sans "camouflage", le gain aérodynamique l'emportait sur la surcharge...

Donc, si les pales et profils d'une éolienne sont conçus avec ces particularités, nous économisons sur la masse et gagnons sur l'aérodynamisme.

Bonne journée.

Mini éoliennes originales, encore.

Suite des billets précédents


   Chers lecteurs(trices), bonjour.

Vous avez été nombreux à me suivre ces derniers jours sur mon blog pour suivre l'évolution du projet de petites éoliennes de poteaux.

N'oubliez pas que doniattab est un second blog et qu'en suivant le lien « ancien blog » vous pouvez trouver des archives d'autres projets, source de commentaires voire, de collaborations futures, qui sait?

Que s'est-il passé depuis hier?

Eh bien, j'ai conçu un carénage deux pièces pour améliorer/protéger les parties mobiles. En effet, une éolienne verticale est omnidirectionnelle. Pour autant, la partie face au vent est, pour moitié, en opposition mouvement/flux. Les pales qui « reviennent sur leur pas » sont face au vent, d'où déperdition. Donc, un carénage « cache » cette partie de l'éolienne et fait aussi, de ce fait, office de girouette. Un second profil, lui, fait office « d'obturateur ». Lorsque une éolienne est réalisée, elle a un optimum de rendement. A de très grandes vitesses, elle peut rompre. Cet obturateur réduit ces risques.

Je répond d'avance à ceux qui songeraient à « valoriser » le déplacement d'air des véhicules circulant à proximité de ces éoliennes. Un, ces flux sont très variables, donc, ingérables. Deux, le flux d'air se dissipe très vite en s'éloignant de quelques centimètres, donc, il y à peu à attendre de ce principe, plus d'ennuis que de progrès. Hélas.

Par contre, une éolienne, en hauteur, capte plus de vent, un flux plus régulier. Donc, conservons cette optique.

Je me pose une question: Combien de poteaux, de lampadaires existe-t-il sur le territoire national?

Si chaque éolienne pouvait produire ne serait-ce que 2 Kw, combien de MW cela ferait-il? Irait-on jusqu'à des TW?

Une guirlande géante de ces machines aurait-elle une utilité?

Déjà, le premier interet serait la production industrielle, une grande série, source d'amortissement facilité.

Sinon, est-il possible qu'en cas de conflit météorologique, unr rupture de ligne à un endroit X, le reste des éoliennes restant reliées jusqu'au point de consommation, puisse assurer un minimum d'alimentation de ces sites, en attendant la reparation du réseau primaire? Une sorte de groupe électrogène de secours.

Voici quelques idées jetées en vrac à votre analyse. A vous de débattre des pour ou contre arguments.

Bonne journée à tous.

Mini éoliennes originales, la suite.

Suite du billet précédent


   Vous avez été nombreux à répondre à mon invitation de visiter mon blog et je vous en remercie.

Je suppose que nombre d'entre-vous ont été déçus du peu d'informations fournies. Donc, pour ceux qui reviendront ici voir si il y à du nouveau, je vais essayer d'en dire sans trop en dévoiler non plus, je rappelle, ce concept, j'aimerais bien le commercialiser.

Comme je l'ai dit hier, ce type d'appareil est un kit qui se pose sur un poteau. Deux demi-coques pour l'arrimage. Le poteaux étant évasés, le maintien en place est aisé. de plus, aucun démontage des cables en place est nécessaire. D'où rapidité de l'installation.

En plus, la génératrice est positionnée de coté, son axe ne sera pas le support, donc moins de forces exercées sur l'axe.

Le manchon est étudié pour que l'air soit guidé de manière optimale, sanss pertubations aérodynamiques internes. Et même, tel un laminoir, il sera la source d'une concentration du flux d'air, source de performances accrues.

Vous voulez en savoir plus? En bas de page, une zone à commentaires vous attend....

Mini éoliennes originales

Nouveauté dans le domaine des éoliennes


 Je viens de finaliser un nouveau concept. Je me suis aperçu qu'une partie du coût des éolienne était le mât. Pour autant, des supports de fixation étaient nombreux. Alors pourquoi en rajouter?

Donc mon concept est de poser des éoliennes sur les poteaux déjà présents. Ces éoliennes (verticales à haut rendement) ont, de plus, la caractéristique d'être en kit de telle manière à se poser comme un manchon sur tout poteau. Pour les professionnels du domaine, je suis prêt à développer le sujet contre accord de partenariat, ne demandant aucune somme au départ, juste des royalties sur le C.A. à venir, donc avec une prise de risque extrèmement réduite.

Tentés? Laissez-moi un commentaire.

Bon week-end à tous!

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×