pourquoi pas?

On calme les délires! Les miens...

CO² mon amour! Suite.

   Bon, j'ai fait les comptes, ça ne peut pas marcher à petite échelle. Un dopage au CO², à basse température ne pourra que donner des résultats que sur un système du genre moteur stirling et, même là, on ne peut pas parler de basse température, au mieux, d'un faible nombre de calories.

L'énergie, quel que soit les procédé mécanique, ne peut naître que d'un mouvement, aussi bien en électromagnétisme qu'en mécanique.

Pour les fusées à air, une idée m'est venue à l'esprit. Le mélange bicarbonate et vinaigre que certains utilisent pour créer la pression d'air par le dégagement de CO² pourrait être géré via un principe de sablier qui relache le bicarbonate progressivement. Ce qui induit potentiellement le besoin d'une électrovanne, ce qui nous éloigne de la simplicité du concept de base, mais si cela en tente certains...

Comme tout ce qui est science est pure logique, donc mathématique, je voulais juste vous dire que l'un des principes mathématiques que j'aime est le système hexadécimal.

Nos ancêtres avaient exploité autrefois cette base pour certains travaux et je crois que l'on devrait y songer plus souvent. Pourquoi?

Un système en base 12 est le fruit du produit du nombre 3, impair et du nombre 2, pair.

Un cercle se divise en 360° qui, lui, se divise aussi par 5.

Donc, on a une forme d'opposition entre le 3 et le 5 qui offre des jeux logiques avec une grande précision mathématique. Comme le mouvement vient du déséquilibre ou d'une différence de potentiel et que le rond, ou, par extrapolation, la roue, est le meilleur profil géométrique pour observer un mouvement, je pense qu'il peut être séduisant de rêver à tout ce qui peut être développé comme système instable avec ces nombres.

En électromagnétisme, par exemple, on peut expérimenter, en simplifiant au maximum les équations, sur des combinaisons du type 2*5 et 2*3.

Des aimants placés les uns en face des autres avec ces deux produits pourraient donner des phénomènes amusants d'instabilité, favorisant un effet domino, un mini effet chaotique à observer.

Avec les imprimantes 3D il est facile de tatonner par des modules à la fois précis et peu onéreux pour créer, pour le moins, des gadgets.

Comme dans mon travail c'est un peu intense avec les fêtes de fin d'année, je vais développer ceci en fonction du peu de temps libre qu'il me reste, paradoxalement pour me détendre!

Je rappelle que, donc, je suis sur Facebook, Tweeter, G+, Viadeo, Linkedin et que mon adresse mail est jean-marc.doniat@laposte.net

A+

CO ² my love! Suite.

  Well, I did the accounts, it can not work on a small scale. Doping CO ² at low temperature will only give results on a system type stirling engine, and even then we can not speak of low temperature, at best, a low number of calories.

Energy, whatever the mechanical process can be born as a movement, both in mechanics or electromagnetism.

For air rockets, an idea came to mind. Mixing vinegar and baking soda use to create air pressure by the release of CO ² could be managed via a principle hourglass gradually releases the bicarbonate. Which induces potentially need a solenoid, which takes us away from the simplicity of the basic concept, but if some tent ...

Like everything that is science is pure logic, so mathematical, I just wanted to tell you that one of the mathematical principles that I like is the hexadecimal system.

Our ancestors had formerly operated the basis for some work and I think we should think more often. Why?

A 12 base system is the result of multiplying the numbers 3 and 2.

A circle is divided into 360 °,so it is also divided by five.

So there is a kind of opposition between 3 and 5 that provides logical games with great mathematical precision. As the movement comes from the imbalance or a potential difference and round, or, by extrapolation, the wheel is the best geometric profile to observe a movement, I think it may be tempting to dream of all that can be developed as unstable system with these numbers.

In electromagnetism, for example, one can experiment, maximum simplifying the equations, on combinations of type 2 5 * 2 ​​and * 3.

Magnets placed facing each other with these two products could give fun instability phenomena, favoring a domino effect, a mini chaotic observed effect.

With 3D printers, it is easy to tweak modules by both accurate and inexpensive to create, at least, gadgets .

As my work is a little intense with the Xmas period, I will develop this based on the little free time I have, paradoxically, to relax !

I notice that, so I 'm on Facebook, Tweeter, G+, Viadeo, Linkedin and my email address is jean-marc.doniat@laposte.net

Have a nice day and see you soon!

Un challenge pour labos!

Je veux être un cobaye!

   Lors du dernier billet sur ce blog, j'avais évoqué le « talent » des sourciers. Aujourd'hui, je suis à la recherche... de chercheurs!

Depuis l'age de huit ans, je travaille sur certaines capacités personnelles, que des outils actuels pourraient analyser: Ce que certains appellent le don de magnétiseurs.

A force de travailler dessus, j'en suis venu à déterminer les conditions du phénomène.

Un, il s'agit d'induction.

Deux, cette induction pourrait ne pas être soumis à des limitations de distance.

Trois, les différentes phases du cerveau pourraient contrôler ces phénomènes. (Ondes alpha, béta...)

Donc, pour confirmer cela, je propose de faire office de cobaye pour des mesures objectives.

Un gaussmètre pourrait mesure le champ d'induction.

Deux, un électroencéphalogramme pourrait, en même temps, mesurer l'activité du cerveau, voire, s'il le faut, passer par un IRM.

Si nous avions la possibilité de réaliser ceci, nous pourrions avoir des données objectives, et les reproduire artificiellement.

Ainsi, nous pourrions définir un champ d'applications diverses utiles:

Transmission d'énergie à distance, électricité sans fil comme on le fait déjà à titre expérimental, avec une base valide et multi variable.

Développer des énergies renouvelables 24/24 économiques en référence à mon précédent billet.

Dans le domaine médical, trouver des appareillages faible puissance pour le diagnostic et les soins à faible effet secondaire pour le patient.

Etc...

Donc, pour plus de commodités, si nous avons à Tours et ses environs, les moyens de réunir les matériels et opérateurs compétents, je suis volontaire pour passer les tests.

Des réactions?

Je rappelle que, donc, je suis sur Facebook, Tweeter, G+, Viadeo, Linkedin et que mon adresse mail est jean-marc.doniat@laposte.net

A+

I want to be a guinea pig !

   In the last post on this blog, I mentioned the "talent" of dowsers.

Today, I 'm looking ... for researchers !

Since the age of eight, I'm working on some personal capacity as current tools could analyze : What some call the gift of hypnotists (Is that term correct?).

A force working on it, I have come to determine the conditions of the phenomenon.

One, there is induction .

Two, this induction may not be subject to distance limitations.

Three, different phases of the brain could control these phenomena. ( Waves alpha , beta ... )

So to confirm this, I propose to act as guinea pigs for objective measures.

Fist, a Gauss meter could measure the induction field .

Second, an electroencephalogram could simultaneously measure brain activity or, if necessary, through an MRI.

If we were able to achieve this, we could have objective data and reproduce artificially.

Thus, we could define a field of useful applications range Energy transmission distance, wireless electricity as is done on an experimental basis with a valid and multi variable.

Develop renewable energy 24/24 economic in reference to my previous post.

In the medical field, find low power devices for the diagnosis and care of low side effects for the patient.

Etc ...

So, for convenience , if we have at Tours and its surroundings, how to gather materials and skilled operators, I volunteered to take the tests.

Any reactions ?

I notice that, so I 'm on Facebook, Tweeter, G+, Viadeo, Linkedin and my email address is jean-marc.doniat@laposte.net

Have a nice day and see you soon!

Souciers, dowsers, futur du DD?

Petit délire du matin!

   Pendant ma toilette, détendu, je me suis mis à penser aux sourciers.

Au bout des bras, une branche souple qui, soudain, réagit à la présence d'une circulation d'eau sous le sol.

Les opérateurs disent qu'ils ne peuvent pas contenir ce mouvement.

On a donc, là, ce que l'on appellerait en physique un travail.

Nous sommes actuellement, à la recherche de toutes les formes possibles d'énergie verte, non?

Suivant les lieux, le vent, le soleil, le courant d'un cours d'eau sont des sources d'énergie, suivant les moyens de conversion existant.

Là, je me suis amusé à imaginer ce que l'on pourrait faire avec le principe du sourcier.

Et, aussi, à essayer de comprendre comment ça marche.

L'illustration fournie devrait nous aider.

Les mains entourent la branche.

Nous sommes constitués d'eau, il y à du fer dans les globules rouges, notres système nerveux est comme un réseau électrique.

Les mains ne forment-elles pas comme de bobines électriques?

Regardons les angles formés par les mains et la pointe de la baguette. Lorsqu'elle s'oriente vers le haut ou vers le bas, c'est signe d'une présence d'un cours d'eau (cela ne marche pas avec de l'eau sans mouvement).

Nous retrouvons le triangle d'un champ électrique, le principe des trois doigts.

La baguette agit donc comme un interrupteur qui bascule.

On peut supposer que dans l'eau en circulation, du fait de l'érosion, des particules métalliques sont en déplacement, créant un effet électromagnétique.

On a donc fermé le champ électrique.

Si on était capable de reproduire artificiellement de phénomène, que la baguette soit reliée à un principe de résistance mécanique, ressort, roue etc... nous avons là un procédé de production d'énergie simple (euphémisme) sans forage ou travaux extraordinaires!

A l'inverse du vent ou du soleil, à priori, variables, nous pourrions avoir un principe fonctionnant 24h/24, certes limité aux zones des sources, mais utile car, justement, ces sources sont souvent dans des zones où l'acheminement en électricité est difficile (montagnes).

Donc, voici le challenge:

Trouver un sourcier acceptant d'être notre cobaye.

Lui faire détecter un lieu propice.

Essayer avec nos outils modernes de trouver le champ électrique produit.

A partir des données obtenues, reproduire artificiellement ce mode de détection.

On a ainsi un levier physique à exploiter.

Coupler ce levier à une génératrice.

Mesurer sur l'année les variations éventuelles.

Trouver les constantes.

Comparer le bilan global aux processus connus (photovoltaïque, éolien) et voir ce qui est le plus rentable.

Bon, maintenant que je vous ai donné le problème, je peux me consacrer à autre chose...

Des réactions?

Je rappelle que, donc, je suis sur Facebook, Tweeter, G+, Viadeo, Linkedin et que mon adresse mail est jean-marc.doniat@laposte.net

A+

Little trip in the morning!

  During my toilet , relaxed, I started to think dowsers .

At the end of arms, a flexible leg which suddenly responds to the presence of circulating water in the soil.

Operators say they can not contain this movement.

It was therefore, here, it would be called a physical work.

We are currently looking for all possible forms of green energy, right?

Following places, the wind, the sun, the current of a stream are sources of energy, according to the existing means of conversion.

There, I had fun imagining what could be done with the principle of dowsing.

And also trying to understand how it .

The illustration provided should help.

Hands around the branch.

We are made of water, there to iron in red blood cells, ours nervous system is like a grid.

Hands they are not as electric coils?

Let the angles formed by the hands and the tip of the wand. When it is moving up or down, it is a sign of the presence of a river ( it does not work with water without movement).

We find the triangle of an electric field, the principle of three fingers.

The rod thus acts as a switch that switches .

Presumably in the circulating water, due to erosion of the metal particles are in movement, creating an electromagnetic effect .

It has closed the electric field .

If we were able to artificially reproduce the phenomenon, the wand is connected to a principle of strength, spring, wheel etc ... we have a simple method of producing energy ( I'm jocking) without drilling or extraordinary work!

Unlike wind or sun, a priori variables, we could have a working principle 24h/24 certainly restricted to areas of the sources, but useful for precisely these sources are often in areas where the routing electricity is difficult ( mountains).

So here is the challenge:

Find a dowser willing to be our guinea pig.

Him to detect a suitable place .

Try our modern tools to find the electric field.

From the data obtained artificially reproduce this detection mode.

There is thus a physical lever to operate.

Coupling the lever to a generator.

Measuring the year possible variations.

Find the constants.

Compare the overall balance to known processes (solar, wind) and see what is the most profitable.

Okay, now that I gave you the problem, I can devote myself to something else ...

Reactions ?

I notice that, so I 'm on Facebook, Tweeter, G+, Viadeo, Linkedin and my email address is jean-marc.doniat@laposte.net

Have a nice day and see you soon!

Démonstration courte mais implacable

C.Q.F.D.


   Voilà, la démonstration est faite.

Ah, zut, je n'ai pas développé.

C.Q.F.D. = Carbone en Quantité en Fonds Diffus.

En effet, toutes ces générations qui nous ont précédé ont fait un travail exemplaire. Ils ont creusé, gratté le sol et le sous-sol pour en extraire le carbone essentiel à nos besoins énergétiques.

Puis, à force de le consommer après l'avoir séparé de ce qui n'était pas utile, on en « a foutu partout »! Ce qui était autrefois réservé à certaines zones géographiques est désormais tout autour de nous. Donc, il nous faut une épuisette pour capturer le CO (on sait faire), le combiner, par exemple avec l'hydrogène (on sait faire aussi) pour avoir un gaz combustible local, plus besoin d'importer du carburant carboné.

Ceux qui trouvent cette démonstration un peu courte, je conseille la lecture de ma page FB revue de presse https://www.facebook.com/pages/Des-id%C3%A9es-pour-une-meilleure-gestion-des-technologies-vertes-actuelles/161519560570887?ref=hl

où les différentes applications directes ou indirectes de ma théorie sont souvent présentées.

C.Q.F.D.

A ceux qui pensent  « mais pourquoi les industriels du domaine ne le font pas? » Je répondrai qu'ils leur faut encore amortir leurs structures de forage/extraction/transformation actuels.

A+

Cogito ergo sum, made in USA

Shutdown... your mouth!

   Nous sommes spectateurs d'un phénomène qui provoque, au niveau des médias internationaux un grand remous, le refus par le congrès américain du budget présenté par le président, ce qui signifie coupure des financements fédéraux non stratégiques.

Comme je suis fils de journaliste et formé en économie, je vais vous donner mon point de vue, en n'oubliant pas d'en voir les aspects absurdes, ce qui ajoute toujours du sel au débat!

Comme vous tous, mon jugement sera fondé sur ce que j'aurai lu ici et là, sur les supports français et américains. Donc, forcément, des données me manqueront pour un avis purement objectif.

Premièrement qu'est ce qui s'est passé et comment cela a-t-il pu avoir lieu?

Aus USA, le congrès n'a pas la capacité d'imposer un premier ministre issu de son parti. C'est le président élu qui détermine ses ministres, la ligne politique à suivre. Donc, pas de cohabitations comme nous l'avons eu chez nous, jusqu'à la réforme du système électoral récent qui fait coïncider les élections législatives et présidentielles afin d'avoir une harmonie d'ensemble.

J'en vois qui pouffent dans le fond de la classe!

Les Etats-Unis sont structurés en état fédéral. Un peu comme un supra gouvernement européen. Donc, chaque état a une certaine autonomie. Par exemple, l'éducation est une prérogative de chaque état, donc les enfants vont toujours à l'école. Ouf!

Par contre, les impôts nationaux, les contrôles de l'état fédéral, les laboratoires publics... eux, ont du, pour beaucoup, fermer la porte, sinon, même par pure conscience professionnelle, les employés qui voudraient travailler seraient passibles d'être jugés et condamnés à de la prison... paradoxe, paradoxe d'une société qui prone le libre arbitre, la conscience professionnelle à tout va.

On peut voir aussi, de par les blocages provoqués que la présence de la fonction publique d'état (fédéral) est plus importante que l'on croit.

Ceux qui disent que la mainmise de l'état chez nous est beaucoup plus lourde que chez eux ont la démonstration du contraire.

Maintenant, analysons (brièvement) le « comment cela est arrivé »?

D'après certains médias US, cela a beaucoup discuté in et out de la salle des débats. De longues heures de négociations, souvent autour d'un verre. D'après le Huffigton Post, des vapeurs d'alcool planaient dans ces lieux...

Quand on sait que les groupes humains sont composés de:

Leaders, forts en rhétorique, qui imposent leur autorité et, donc, leur point de vue.

Malléables, influençables, en fonction de leurs ambitions politiques.

Opportunistes, cyniques, calculant leurs coups deux ou trois fois en avance pour une stratégie à moyen-long terme et pas forcément dans les rangs des élus...

Je passe, faute d'adjectifs, sur les nuances intermédiaires.

Donc, le but du jeu était de déterminer une majorité de votants pour ou contre dans le but de gagner.

Gagner quoi?

Là est la question.

En immobilisant le secteur public, par exemple la recherche, on favorise les labos privés. En effet, beaucoup de travaux, pour être validés doivent avoir un suivi constant. Fermeture des labos, tout est à refaire. Voir les rapports déjà présentés sur des sites tels que Wired, treehugger et autres...

Les « privés », eux, continuent à agir, prennent une considérable avance, ne perdent pas des fortunes en annulation du « déjà fait et à refaire ».

Une étude sur trois à cinq ans, en fin d'activité, coupée de moyens, vous imaginez le retard que cela signifie.

Conséquence macro économique: Baisse du dollar. Cela favorise les entreprises exportatrices US car, à court terme, moins chères.

A court terme car, les matières premières importées vont voir leurs cours augmenter pour compenser la perte due à la baisse de la monnaie d'échange.

Le stock sera écoulé, « on verra bien après ».

Car, il faut savoir que la reprise économique américaine, même faible, était plus forte que dans les pays émergents ou en Europe, ce qui valorisait le dollar.

Les entreprises US, donc, se trouvaient « pénalisées » par une réévaluation de la monnaie.

Certes, l'actualité tend à nous montrer que l'activité US peut réduire la relance américaine, mais c'est reculer pour mieux sauter, on ne fait que tendre le ressort, dès que tout ceci sera calmé, le retard, au niveau des entreprises privées, sera vite rattrapé. La nature a horreur du vide.

On a donc l'école des cyniques aux manettes.

Eux, on ne les voit pas, mais ils agissent.

Quel bénéfice pouvons-nous en tirer?

Ceux qui peuvent avoir du cash vont mobiliser leur trésor de guerre pour acheter à bon compte les victimes colatérales de cet épisode politique, labos dépendants des fonds d'état fédéral étranglés par la coupure des crédits.

Ceux qui sont dans la r&d vont pouvoir proposer leurs innovations sur les places laissées vides par une concurrence issue du public.

Au niveau politique, l'un dans l'autre, quelque soit le résultat final, vaille que vaille, tout reprendra comme avant, donc pas de soucis de ce coté là, cet épiphénomène n'aura servi qu'à vendre de la presse à bon compte.

Donc, en conclusion, par l'absurde, les plus dynamiques d'entre nous ont tout à gagner dans l'affaire, il suffit d'anticiper la relance qui aura lieu grosso modo dans six mois et de manière plus forte que si rien n'avait eu lieu, pour empocher la mise.

Cogito ergo sum, ipso facto, C.Q.F.D.

Bon « week end » et à plus!

Cogito ergo sum

Comment se forgent mes idées?


   Vous le savez, je tiens sur FB une page revue de presse où je sélectionne de manière totalement subjective les articles qui me plaisent le plus.

Mais d'autres, qui n'ont pas eu les faveurs de mon tri auront pourtant impressionné mon imaginaire, parfois plus au niveau des commentaires échangés sur le sujet abordé que sur la thématique elle-même.

Ce qui fait que je peux surprendre certains de mes lecteurs.

En effet, je suis tout à fait capable de vous pondre une création immédiatement réalisable ou bien me projeter sur dix ans à venir.

Pour être crédible, je me dois d'étudier tous les niveaux technologiques, me former dans des domaines aussi variés que les bio composites ou la mécanique des fluides voire les règles les plus élémentaires de gestion, car un projet ne vaut que par sa pertinence économique.

Hier, avec un ami FB qui travaille au CEA, nous parlions de choses et d'autres, le point de départ étant une opération locale en lien avec la transition énergétique.

Très vite, du fait de ma formation de base, orienté économie, j'ai songé que réduire notre production de co² via l'emploi des énergies vertes était, si si, une vision court termiste.

Nous avons besoin de dépolluer l'atmosphère et les terrains (y compris liquides) de nos erreurs des décennies passés. Avantage? Nous avons rejeté tellement de polluants qui peuvent être valorisés pour de nouveaux usages que leur exploitation offre des emplois locaux, des gisements miniers incroyables puisqu'il s'agit de puiser sur place des « briques » de matériaux déjà extraits, juste à faire un tri avant leur recombinaison.

Après les mines à ciel ouvert, les mines à l'air ambiant.

Imaginons des turbines, des aspirateurs géants qui, tout à la fois seraient des sources d'énergie verte, éolien, et des filtres chimiques... Vous devinez mon intention?

Je pousse un peu plus loin ma pensée.

Quelle infrastructure industrielle en fin de cycle pourrait satisfaire nos besoins en genie civil en en faisant un nouvel usage au moindre coût? Juste en changeant leur utilisation? D'une utilisation polluante, en faire un usage totalement inverse?

Les vieilles centrales électriques. En effet, ces cheminées si familières ont un profil aérodynamique d'un gigantisme tel que leur fabrication a été incroyablement chère.

cheminee.jpg

Au lien de les démolir, réutilisons les. Intégrées depuis tant d'années dans le paysage, elles seront mieux acceptées par la population que de construire d'autres unités. De plus, leur emploi offre des emplois à la population locale. Donc, ces cheminées, de par leur forme peuvent devenir des éoliennes géantes dont la partie mécanique, interne à ces profils, seront des ajouts invisibles. L'économie de BTP occasionné par leur réemploi libère un pouvoir d'investissement pour ajouter une fonction captation de co², mais aussi de particules chimiques en suspension dans l'air.

Après capture, tri et revente. Les éléments polluants, actuellement non rentables si l'on cherche à les prélever seuls, deviennent économiquement viables si on les intégre dans un process industriel plus vaste. Faire d'une pierre deux coups, cette expression vous parle?

Pour le milieu liquide, prenons le cas des stations d'épuration. Jour après jour, on apprend que l'on y retrouve des molécules de médicaments, traces de stupéfiants, métaux lourds etc...

Là aussi, valorisation sur base d'infrastructures existantes.

On songe à faire des microcentrales au fil de l'eau. Tel un chercheur d'or, tamisage du limon, extraction des éléments polluants à recycler.

Autrefois, le limon servait aux agriculteurs, maintenant, on capte les particules pour les accumuler, les trier, tel un énorme entrepot... et, là aussi, les composés à forte valeur (or par exemple) financent les « briques » utiles mais à faible valeur, c'est ce que j'appelle, l'optimum de l'économie circulaire:

On produit une énergie verte locale, on capte la pollution du milieu ambiant via le « travail » fourni, et on fait le tri sélectif qui réduira d'autant nos importations minières, d'où amélioration de notre balance commerciale. C.Q.F.D.

Le tableau périodique des éléments, également appelé table de Mendeleïev nous donne toutes les caractéristiques physiques et chimiques de ces « briques » pour les capturer, force centrifuge, capacités électriques etc... Donc, yapuka!

A+

Un peu de détente en cette fin de semaine.

Honni geek soit qui mal y pense!

   Je viens de voir un documentaire autrefois diffusé sur Arte concernant les geeks, les nerds et autres surdoués, associaux divers z'et numériques.

Comme j'ai envie de partager ce bijou incongru, le voici:

  Il faut savoir que je suis la génération intermédiaire entre les soixante-huitards et les geeks. Pas baba cool, assez techno, plus Dune et Asimov que le Seigneur des anneaux si vous percevez la nuance.

Donc, ce doc me fait sourire car je vois que ces personnes sont décrites, à la fin du doc, comme une communauté qui, après avoir été raillée, puis intégrée, se méfie des faux geeks au point de sembler se refermer sur eux-même, comble du paradoxe.

Je me sens plus ouvert, différent du fait de mes savoirs multiples et ma capacité à intégrer ceux-ci à la résolution de nombreux sujets divers, mais, pour autant, intégré dans la vie sociale, le fameux IRL In Real Life.

Donc, ce bref billet est là pour que vous, chers lecteurs vous puissiez vous détendre.

Et, pour rappeler que je reste disponible à des investisseurs, entrepreneurs etc... tentés par mes idées et concepts, pour tout travail collaboratif... Voire, si mes sujets ne vous séduisent pas directement, de me solliciter pour résoudre vos problèmes avec mon optique personnelle, mon benchmark.

A+

Principe d'Archiméde, dérivée première.

Je vous fais un cadeau!

   Vous le savez, j'imagine beaucoup de choses. Le premier prototype d'une de mes inventions doit poindre son nez en octobre. Mais, c'est plus fort que moi, je ne peux pas m'empêcher de « voir » de nouvelles choses, Parfois tellement loin de mon secteur d'activité que je ne puis trouver de solutions pour le mettre en application.

   Vous savez « mon » principe d'Archimède: Tout individu plongé délicieusement dans un bain reposant se trouve en situation idéale pour créer.

Ce matin, bain, paf! Idée. Que je vous donne. Na!

  Principe: Un bateau a besoin, pour partir à basse vitesse, d'un maximum de portance pour flotter, manoeuvrer. Mais à une certaine vitesse, compte tenu de la viscosité de l'eau, ce fluide devient un frein.

On a donc développé les hydrofoils, fines surfaces en contact avec l'eau. Pour obtenir cet effet, il faut que le navire prenne de la vitesse, le bateau s'élève, moins de surface en contact accélération améliorée etc...

Mais qui dit élévation dit pertes aérodynamiques, déséquilibre.

Un tout-terrain est moins aérodynamique qu'un coupé sport. Car plus haut.

Moins stable puisque son centre de gravité est plus loin du sol.

Donc, voici mon idée.

   Concevons un squelette-coque pour le navire. Sa structure globale contribue à sa rigidité. Dans les parties basses, réalisons ces foils.

Recouvrons ce squelette d'un film souple et résistant. D'un autre coté, faisons une contre-coque étanche. Un compresseur avec électrovanne est raccordé à cette coque « ballon ».

Etape 1. Au port. On met le compresseur en position souffler. Coque lisse, portance.

Etape 2. Au loin. Le navire a pris de la vitesse. En fonction de celle-ci en associant commande des gaz avec le compresseur, on aspire l'air de la coque-ballon. Le film se contracte autour des foils qui deviennent « apparents ». Le bateau ne pose plus que sur une surface limitée, sans élévation particulière du navire, gain aérodynamique, meilleure stabilité.

Voilà. Comme je ne crois pas avoir à travailler dans le nautisme à court, moyen terme, je donne l'idée à qui la veut.

Moi, je n'ai plus cette idée en tête, je peux me consacrer à autre chose, tout le monde y gagne.

A+