scaphandre

Gravité vs flotabilité IV

Idée folle du week end, la suite, du retour, et fin!


   Euréka!

Pour certains, cela signifierait une découverte. Pour moi, c'est un autre soulagement. J'ai trouvé l'origine de mon erreur et pourquoi mon idée est impossible. Donc, actuellement, je n'ai pas de solutions pour contrebalancer la flottabilité d'un objet à sa masse.

Le principe que je croyais juste ne peut fonctionner par la simple, si simple loi des vases communicants.

Je vais pouvoir chercher ailleurs une technologie nouvelle!

Gravité vs flotabilité III

Idée folle du week end, la suite, du retour!


   Je vous l'ai dit, quand j'ai une idée en tête, faut que je la pousse dans ses derniers retranchements pour avoir la certitude qu'il n'y à pas d'erreurs.

Donc, je me suis acheté des balles super rebondissantes pour tester leurs capacités physiques.

Elles flottent certes, mais, comme un iceberg. Cela signifie que les 2/3 sont dans l'eau lorsque une balle de ping-pong est majoritairement hors de l'eau. Donc, la difficulté sera de les faire sortir hors de l'eau pour les faire dévaler le "manège" que je désire réaliser.

Bon, sinon, j'ai une solution de secours. Il se commercialise des malettes de jeux, façon moulages de platre ou de bougies mais orientées, "faites vos propres balles super rebondissantes".

Si on peut, comme ils l'annoncent, faire deux demi balles que l'on associe ensuite, on peut imaginer mouler des demi-sphères avec un vide au milieu. Ainsi, cette bulle d'air réduit la masse, donne plus de flottabilité. Le but du jeu, si j'ose dire, étant de trouver le "bon rapport".

Sinon, je me pose une question, forcément stupide. On connait la loi de Newton. On sait calculer la vitesse d'une chute, suivant la hauteur de "départ". Mais, comment calcule-t-on la vitesse de remontée d'un objet flottant dans un récipient d'eau?

Vous avez la réponse? Merci d'avance!

Gravité vs flotabilité II

Idée folle du week end, la suite!


  Deux jours de plus... et j'avance! Sans rire, ce challenge m'a bien "travaillé".

Le potentiel qu'offrait ce principe de balles flottantes pour s'opposer à la graviatation universelle me "titillait" trop pour que je n'insiste pas.

Beaucoup se disaient que les aimants pouvaient être une solution pour des mouvements perpétuels. Mais, vous le savez sans doute, chaque aimant a, non pas un coté obscur de la force, mais un coté positif et un autre négatif, créant des "zones de turbulences", des "arrondis magnétiques", bref, il y à toujours un moment où "ça bloque".

Avec l'eau, finalement, moins de perturbations.

La grosse difficulté est, dans le cas qui nous concerne, de faire rentrer la balle après son parcours, dans l'eau pour qu'elle puisse remonter à la surface sans fuite du dit liquide.

Et, là, j'ai songé aux prémices de la plongée sous-marine.

Dans ces premiers temps, les plongeurs se réfugiaient dans une cloche d'air. Bon, la réserve d'air pur s'épuisait vite, se remplissant de Co².

Mais, par chance, nos balles ne respirent pas:

 Donc, imaginons que les balles ont descendu leur "manège". Un tube les récupère à pleine vitesse. Ce tube pénètre dans le réservoir d'eau. A l'intérieur, une cloche d'air dans laquelle débouche ce tube.

Le tube ne se remplit pas d'eau. Chance. La balle peut déboucher sans être freinée. bondir, atterir dans l'eau. Avec un peu de chance, elle passera du volume d'air à l'autre coté de la cloche, et remonter à la surface.

Si ce n'est pas le cas, d'autres balles suivront et finiront, par un phénomène de cumul, à pousser les premières balle à l'extérieur de la cloche, le cycle s'entretenant...

C'est le principe de base? Reste, et ce ne sera pas facile, à trouver le type de balle qui convient, mesurer les forces en présence pour paramétrer le volume d'eau, les profils du capot, la hauteur et angle de chute, la taille de la cloche etc...

Et, surtout, de se demander si cela vaut le coup d'être fait! A quoi cele pourrait bien servir...

J'ai bien une idée, mais...

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×