Tours

Bientôt la fin?

  Ne vous inquiétez  pas du titre!

Une profonde transition professionnelle va peut-être faire que ce blog n'aura plus lieu d'être.

Pages consacrées à un rêve, créer ma structure officielle, constituer une équipe, des partenariats sur des concepts réfléchis depuis belle lurette, ces pages doivent se conclure un jour, et, chance, sur une réalité.

Au fil du temps, des liens solides se sont tissés avec des institutions, des personnes, une ébauche de coordination est née, BCDGK Synergies.

Maintenant, ce bébé va marcher de manière autonome.

Le nom définitif n'est pas encore choisi, mais les projets et objectifs sont là.

Ce billet est rédigé pour remercier tous ceux qui m'ont lu, suivi, malgré de longues absences dans mes publications.

Il y aura une suite, je vous en parlerai avant de conclure définitivement ce blog.

Ce n'est pas une disparition, c'est une mutation, la fin de la chenille, le papillon apparaît....

Merci!

Laissez mijoter à feu doux...

La création c'est comme la cuisine!

   Hier, jour férié, pour certains!

Pendant que certains essayaient de trouver quelque chose à regarder à la télé pour meubleur leur temps libre, que d'autres essayaient vainement d'organiser un vide-grenier sous les averses, que, pour finir avec mes relations, installaient leur stand pour la Foire de Tours qui ouvre ce matin, quelques entrepreneurs se rendaient au café pour un apéro entrepreneurs.

Visiblement, les jours fériés ne sont pas leur "tasse de café" car nous étions très nombreux à nous réunir, échanger, refaire le monde!

J'ai eu un certain succès avec mon dernier projet, surtout quend j'ai parlé d'un C.A. potentiel à neuf chiffres....

Je laisse le sujet reposer un peu, d'où ma métaphore cullinaire en titre!

Ce matin, je me suis fait plaisir, en relevant sur un site nommé Bored Panda quelques pages de grande inspiration pour ceux qui aiment les détournements d'idées.

Vous pouvez les retrouver là:

https://www.facebook.com/pages/Des-id%C3%A9es-pour-une-meilleure-gestion-des-technologies-vertes-actuelles/161519560570887

et là:

https://www.facebook.com/pages/FactorYthon/276759825819151

Bonne lecture!

Sinon, je vais me remettre à la réalisation de notes de synthèse sur mes créations les plus séduisantes afin de pouvoir les présenter à de nouveaux décideurs.

Bonne journée!

Allegreto vivace!

100% récup!

   L'hiver arrive à grands pas et la protection contre le froid est une priorité, partout.

Je viens de protéger mon bocal d'électrolyse de ma voiture avec ce qui me reste de film aluminisé doublé de mousse que j'avais utilisé, il y à des années, pour poser un parquet flottant.

Comme ce bocal est dans le capot avant de la voiture, je le protège du froid et aussi, bénéficie de l'effet miroir pour améliorer le rayonnement thermique de la batterie qui lui est voisine. Ainsi, l'eau est plus vite à la meilleure température. Résultat dans les jours à venir, je vous raconterai.

Contre semelle dans les chaussure pour couper la sensation de froid aux pieds.

Il ne me reste plus qu'à récupérer un grand carton pour y coller, là aussi, du réflecteur afin de dégivrer plus vite le pare-brise avec les premiers rayons de soleil du matin.

Ce soir, réunion au Fun Lab pour voir si les professeurs de physique seront là et sauront me renseigner sur le courant de Foucault suite à mes lectures de fin de semaine.

Hiver actif, je vous le dis!

Je rappelle que, donc, je suis sur Facebook, Tweeter, G+, Viadeo, Linkedin et que mon adresse mail est jean-marc.doniat@laposte.net

A+

100% Recycling !

   Winter is fast approaching and protection against the cold is a priority everywhere.

I have to protect my jar electrolysis in my car with what I have aluminized movie lined with foam that I used there for years to ask a floating floor .

As this jar is in the bonnet of the car, I protect from the cold and also benefits from the mirror to improve the thermal radiation of the battery which is nearby. Thus, water is faster at the best temperature . Results in the days to come, I tell you .

Against sole in the shoe to cut the sensation of cold feet .

It only remains for me to recover a large cardboard box to paste here too, the reflector to accelerate defrosting the windshield with the first rays of the morning sun.

Tonight Fun Lab meeting to see if physics teachers will be there and will inform me about the « Courant de Foucault » after my reading weekend .

Active winter, I tell you!

I notice that, so I 'm on Facebook, Tweeter, G+, Viadeo, Linkedin and my email address is jean-marc.doniat@laposte.net

Have a nice day and see you soon!

Journal de bord...

Nos aïeules au secours des composites...

   Dans la course pour définir les matériaux de demain, les composites sont en bonne place.

La fibre de verre est has been, on ne jure que par la fibre de carbone, mais on est dans le cher, voire le prohibitif.

Certains testent (cf. ma page FB "Des idées pour une meilleure gestion des technologies vertes actuelles") les fibres naturelles telles que le chanvre pour réaliser des expériences qui semblent tenir leurs objectifs. Seules les résines posent un problème, les bio se dégradant « naturellement ».

Mais je me dis que nous pourrions aller encore plus loin:

Songeons à nos grands-mères et à leurs travaux d'aiguille. Le tricot, la dentelle etc... sont des travaux qui offrent des possibilités infinies de constructions fines ou denses, légères, complexes, aptes à répondre par les liens mécaniques qu'elles constituent, aux besoins de l'industrie.

Prise de formes variables, arrondies ou non favorisant des moulages sans plis, liens ténus telles les toiles d'araignées, inspirons nous de ces oeuvres pour concevoir les composites de demain, en usant de fibres naturelles dont la structure peut répondre à des besoins spécifiques.

Au fait, j'ai commis une lourde erreur lors de mon précédent billet:

Je ne voulais pas parler de lamellé-collé mais de contreplaqué quand je parlais de mes idées en développement au niveau des composites. Fin de l'aparté.

Donc, pendant que j'attends (fiévreusement) le lancement de mon premier prototype, je continue à explorer mes autres points de curiosité technique.

A+

Excuses +1!

Encore en retard!

  Je vous avais promis un billet pour hier soir et..; je ne l'ai pas fait. Comme on dit, des impondérables..;

Donc, ayant quelques minutes de libre ce matin, voici les dernières infos:

Si je n'ai pas pu composer un billet hier c'est qu'une ancienne invention est redevenu d'actualité. On me commande un prototype, donc, je dois ce matin contacter d'urgence les partenaires techniques pour une production dans les meilleurs délais.

Je vous en dirai plus en fonction de l'avancement, je puis juste vous dire que si le proto plait (usage, coùt...) c'est des milliers de pièces à un horizon rapide.

Pour le "projet estival, ce dimanche, j'ai eu un contact qui pourrait créer une dynamique rapide. Donc, j'ai avancé dans les caractéristiques techniques pour, un, le module de base, deux, l'extrapolation pour un véhicule deux roues a utiliser sur circuit. La "motorisation" se ferait par un ensemble à double étage avec une forme de suralimentation intégrée, le tout porté par un cadre en lamellé collé un pau à la manière de chez Morgan. Simple quoi...

Une estimation rapide, à "vue de nez" donnerait la possibilité d'un moteur qui pèserait moins de 20 kgs pour des performances attendues d'une 125 ou une 250 cc.

A suivre...

J pour deux raisons.

Chose promise, chose due!

   Voici le projet que j'aimerais développer durant mes congés cet été. Il s'agit d'un moteur, à priori simplifié comparé à un moteur thermique mais, néanmoins, disposant de plusieurs niveaux de technologie à étudier séparément, à associer ensuite.

Pour résumer, voici le concept:

Je désire conserver le vilebrequin d'un moteur classique, supprimer toute la partie haute (pistons, cylindres etc..., autant de pièces à équilibrer, forger, qui frottent, chauffent, se dilatent, qui font que le rendement ne dépasse pas finalement environ 30%.

Ce moteur pourra fonctionner de deux manières, suivant les solutions trouvées.

Un, provoquer la mise en rotation du vilebrequin par impulsion via des électroaimants.

A la mise sous tension, cet électroaimant repoussera un autre aimant sur le rotor positionné en même phase. Deux aimants positifs face à face donne une répulsion.

Sur le stator N électroaimants, sur le rotor N aimants sur N supports tous décalés sur l'axe circulaire pour créer le cycle de rotation.

La puissance de l'électroaimant donne la force de répulsion.

Le système par impulsions tel un jeu du cerceau restreint la consommation énergétique. Le reste du vilebrequin est composé de masses qui entretient le mouvement, un volant d'inertie.

E=MC² donc, pour une masse limitée, la vitesse de rotation donne la puissance.
Par exemple, Volvo, faisant tourner un bloc de 6kg à 60 000 t/mn (cf. http://www.volvocars.com/fr-ch/top/about/news-events/pages/default.aspx?itemid=163 ) arrive à développer brièvement 80ch.

J'ai étudié que la masse et l'encombrement de ce kers pouvait être reproduit avec des disques de meuleuse, produits bon marché.

Pour tout objet en mouvement, le démarrage est le plus vorace en énergie.

Donc, pour son usage ultérieur, ce volant d'inertie est prévu pour rester en rotation parmanente pour une relance rapide et économique. D'où le choix de l'entretien du mouvement par impulsions, peu gourmandes en énergie. Par exemple, sur un véhicule, dont on sait qu'en moyenne, il reste statique 90% du temps, un toit solaire peut fournir l'énergie utile à l'entretien du mouvement.

Un simple cylindre en rotation de 20 cm de long est un ensemble compact, intégrable aisément dans un deux ou quatre roues.

On peut comparer cela à un moteur thermique. Le rapport de taille entre les deux est à l'avantage de mon projet. Pour le même encombrement, on peut associer plusieurs cylindres, cumulant les puissances disponibles, exploitées suivant les besoins.

Par exemple, chaque cylindre fournit sa puissance, l'un après l'autre en situation de basse conso, en cumulé lors de besoins élevés.

Mettons que nous ayons X cylindres aussi performants que le modèle de Volvo. Nous pouvons avoir jusqu'à X fois 80 ch en même temps....

Il est certain que nous n'aurons pas cette puissance avec mon projet! Mais mettons que nous atteignons le quart, voire la moitié de cette puissance, le régime de rotation sera moindre à masse équivalente. Les contraintes sur les paliers et les roulements sera largement réduite...

Un autre système d'alimentation a été aussi envisagé. Faire du capot moteur non plus un frein aérodynamique mais une sorte de bouche qui absorbe le flux d'air du véhicule en déplacement.

Concentré, focalisé, ce flux d'air peut de la même manière pousser une roue à aube unique sur ce vilebrequin. Tel un obturateur, la roue obture jusqu'au moment de l'ouverture (aube) de la partie « éolienne » du système. Tant que nous sommes en phase « fermé » du cycle, l'air s'accumule, se densifie. La compression ainsi obtenue se libère à l'instant de la « lumière » aérodynamique.

Pour les premières expériences, j'imagine ceci:

Produire sur imprimante 3D le carter, les roues à aubes, voire l'axe de rotation sur lequel nous positionnerons les disques de meuleuse.

Une entrée d'air sera produite pour raccorder un compresseur électrique que je possède. C'est un gonfleur de pneus de supermaché que l'on peut sacrifier sans regret.

Nous pourrons, à basse pression juger des résultats, mise en mouvement, vitesse atteinte, efficacité du volant d'inertie etc...

Si le travail fourni est plaisant, on peut adapter le système sur un chariot accroché à un vélo, si possible sur l'avant, tout à la fois pour l'observation et limiter les obstacles aérodynamiques.

Un lien mécanique reliera le cylindre aux roues du chariot de manière débrayable. Nous verrons si l'air transitant au sein du cylindre peut apporter quelque chose au vélo. Au pire, en embrayant, un apport ponctuel d'énergie, en cas de relance par exemple. Au mieux... les limites ne sont pas encore définies.

J'ai aussi pris en compte les surfaces des disques de meuleuse pour la gestion du flux d'air. Elles peuvent faire office de turbine de Tesla. Si le carte du cylindre est surfacé en spirale, on peut faire que l'air s'échappe de la lumière latéralement pour circuler sur la surface des disques jusqu'à un échappement final, l'air entrant faisant un parcours utile long, donc améliorant les rendements. La turbine de Tesla est utile pour des régimes élevés. Donc, la lumière donne une impulsion, les disques font l'accélération...

Vos commentaires?

A plus!

Crowdfunding ou partage de moyens et compétences, encore...

Petit coup de mou...

  Je me suis tu pendant quelques jours pour plusieurs raisons.

Un, je voulais tester les visites de mon site en dehors de tout apport personnel. J'ai pu juger que le nombre de visites se réduisait beaucoup, sans tomber à zéro pour autant. Et que le nombre de pages vues par visiteurs restait important.

Deux, je ne pouvais pas parler de mon actualité, beaucoup de choses en développement, mais peu d'abouties, donc, finalement, en terme de crédibilité, pas grand-chose à dire.

Trois, avec ce temps dont la décence m'interdit d'apporter un qualificatif quelconque au risque de devenir grossier, la pugnacité est un peu éteinte, chez moi comme chez beaucoup d'autres personnes de mon entourage. Donc, ipso facto, l'ours retourne dans sa caverne, do not disturb!

Mais la vie est un cycle et les choses vont et viennent...

Mon premier prototype de bague venturi pour ma voiture est sorti de mon I3D, enfin, de celle d'un ami qui m'a beaucoup, beaucoup aidé!

Je viens juste de la poser, avec tous les ajustements nécessaires, donc, à l'heure où je vous écris, il m'est impossible de vous donner des données objectives sur les performance de l'objet.

Pour autant, je puis dire, que ma voiture cobaye roule bien. Pas de phénomène de rejet. Je diaris même que, comme ça, au jugé, à vue de nez, que cette pièce offrirait, en montant dans les régimes, un léger gain de performances. Mais ce n'est pas une dizaine de kilomètres parcourus qui donneront un réel retour sur expérience.

Le Fun Lab de Tours se développe bien. La diversité des profils des membres qui le composent ouvre des possibilités séduisantes. Et la somme des motivations cumulées me séduit beaucoup. Les ambitions de chacun sont différentes, ce qui est à gérer, mais qui n'est pas un obstacle.

Je dirais que la diversité de ses membres tant au niveau des ages, des expériences, des réseaux, des compétences fait que nous sommes face à un adolescent surdoué, sa seule limite étant qu'il n'a pas encore conscience de ses talents. Voyant les besoins en compétences dans les entreprises que je visite chaque jour, nous sommes aptes, sans le savoir, à être demandé comme consultant, apporteur de solutions rapides et effectives.

Donc, c'est sur cette note positive que je vais vous laisser, mes travaux d'expertise doivent reprendre, malgré les aléas de la météo...

A+

Une Bugatti limitée à 50 km/h +1

Retour sur une publication


   Hier j'avais publié un billet au titre un peu surréaliste, cherchant à me rendre visible sur Internet. Quelques médias avaient reçu un message annonçant ma parution, via leur pages FB.

Ne restait plus qu'à suivre l'évolution des choses.

Justement quelles retombées?

Nombre de visites pour un site tel que le mien (extrèmement spécialisé), un peu supérieur à la moyenne mais, surtout, et c'était ce que je cherchais, un grand nombre de pages vues par visiteur.

Par contre, aucune réaction directe. Laissons le temps faire son travail, peut-être qu'il faut que ce volume de données lues soient "digérées" pour obtenir quelques contacts.

Ou bien, finalement, personne parmi les lecteurs d'hier n'a trouvé de quoi réellement le séduire, ou, encore, appaté par ce billet incongru dans sa rédaction, le lectorat attend encore plus de choses pour se dévoiler...

Comme je suis hyperactif et créatif, chers lecteurs, soyez sans crainte, l'actualité future sera riche!

Les premiers protos devraient très prochainement sortir et la conceptualisation de projets ambitieux est en bonne voie.

Donc, pour ce matin, je me limiterai à ce billet nous dirons laconique, mais l'inactivité n'est pas mon quotidien, donc, work in progress!

Pour ceux qui me suivent également sur mes pages FB, vous pourrez voir que j'ai comme envie de "profiter" d'un été où les jeunes entrepreneurs pourront peu se libérer de leur activité faute de structure suffisante pour s'absenter, pour créer un "campus d'entrepreneurs" chez moi, lieu de rencontres informelles ou plus, si affinités.

A quelques minutes de la ville mais avec le bénéfice de la campagne (moins chaud, plus aéré, plus bucolique), ce lieu pourrait redonner des forces à tout à chacun sans grands frais de transport!

A+

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×