Je vais mieux (un peu)

Je reviens, progressivement.

   Comme je vous l'avais dit lors de mon dernier billet, quelques problèmes de santé (grosse, très grosse fatigue qui ont reporté leurs effets sur ma cheville), ont eu pour conséquence une réduction de mes capacités à créer, imaginer, inventer.

 Sans dire que tout est revenu comme avant, il y à du progrès. Certes, un temps plus ensoleillé, un peu plus chaud saurait accélérer ma convalescence!

J'ai pourtant accompli certaines choses. Je ne sais pas si vous connaissez le système A.V.E.C.. C'est une bague à ailettes, fixée dans le circuit d'admission d'air de tout véhicule à combustion interne qui optimise le flux laminaire, qui améliore le mélange air/carburant par ses turbulences qui optimise le brassage carburant/comburant. Sur mon véhicule, depuis quelques années, j'avais obtenu, à performances égales, une consommation d'essence inférieure aux données constructeur.

Je tente actuellement une nouvelle expérience, et, je crois, obtiens des résultats encore meilleurs. Tout simplement, j'ai renversé cette bague en plaçant les ailettes vers l'injection, créant ainsi des buses qui focalisent l'effet vortex en micro filets d'air très "vifs". D'ici quelques jours, une à deux semaines, je devrais avoir des données objectives du gain de consommation. La simple consultation de ma jauge à essence indique des rendements surprenants. Mais, vu que cette jauge est "capricieuse", elle semble être plus haute quand je roule vers l'est qu'en sens opposé (!), c'est le témoin de réserve qui sera le "juge de paix".

D'autre part, vous savez ma passion pour les imprimantes 3D. Je suis en train d'imaginer un variateur gyroscopique que seule une imprimante 3D pourrait réaliser de manière économique. Le principe est à priori, simple. Au lieu d'utiliser des solides tels que des billes pour réaliser cet effet gyroscopique, je travaille sur des fluides. Cela implique de travailler, suivant les régimes à atteindre, sur des liquides aptes à supporter certaines températures, à gérer les nombres de Reynolds, donc à étudier suivant les besoins, les viscosités utiles et, même, à se pencher sur des mélanges hétérogènes pour la masse en déplacement.

Pourquoi faire? Tout simplement, un gyroscope "complexe" tel que je le conçois, combinerait un variateur de régime, un volant d'inertie, voire une sorte de chambre d'écho, un amplificateur mécanique, sachant par avance que des effets cahotiques peuvent vite survenir, réduisant à néant toute cette belle invention.

Mais, si un jeu de prototypes peuvent être réalisés via une imprimante 3D, sans travaux d'usinage, en modifiant un paramètre ou un autre suivant les besoins par la souplesse qu'offre la C.A.O., nous pouvons envisager des développements nombreux dans le domaine de l'éolien, micro hydro-électricité, voire gestion aérodynamique sur véhicules...

Ce type de machines semble parfait pour réaliser de prototypes de laboratoire. En effet, sa capacité à réaliser des pièces translucides est géniale. On peut visualiser les contraintes intérieures de la circulation de billes ou liquides à l'intérieur de l'objet!

Bon, je ne rêve pas, je sais que le prix est au niveau des performances, hors de ma portée...

J'attends l'ouverture du Fab Lab d'Orléans avec impatience, et si une telle structure pouvait se créer sur Tours, que ne ferais-je pas?

Bon W.E., même si, heure d'été oblige, nous allons devoir nous lever un peu plus tôt dimanche!

Comme d'hab., j'attends vos commentaires, vos propositions.

flux laminaire énergie performances efficacité dessin gyroscope

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×