Journal de bord...

Nos aïeules au secours des composites...

   Dans la course pour définir les matériaux de demain, les composites sont en bonne place.

La fibre de verre est has been, on ne jure que par la fibre de carbone, mais on est dans le cher, voire le prohibitif.

Certains testent (cf. ma page FB "Des idées pour une meilleure gestion des technologies vertes actuelles") les fibres naturelles telles que le chanvre pour réaliser des expériences qui semblent tenir leurs objectifs. Seules les résines posent un problème, les bio se dégradant « naturellement ».

Mais je me dis que nous pourrions aller encore plus loin:

Songeons à nos grands-mères et à leurs travaux d'aiguille. Le tricot, la dentelle etc... sont des travaux qui offrent des possibilités infinies de constructions fines ou denses, légères, complexes, aptes à répondre par les liens mécaniques qu'elles constituent, aux besoins de l'industrie.

Prise de formes variables, arrondies ou non favorisant des moulages sans plis, liens ténus telles les toiles d'araignées, inspirons nous de ces oeuvres pour concevoir les composites de demain, en usant de fibres naturelles dont la structure peut répondre à des besoins spécifiques.

Au fait, j'ai commis une lourde erreur lors de mon précédent billet:

Je ne voulais pas parler de lamellé-collé mais de contreplaqué quand je parlais de mes idées en développement au niveau des composites. Fin de l'aparté.

Donc, pendant que j'attends (fiévreusement) le lancement de mon premier prototype, je continue à explorer mes autres points de curiosité technique.

A+

performances économies détournement d'idée efficacité entreprise 2.0 opportunité d'investissement succès France prototypage Tours création d'entreprise études choix Composites en fibres naturelles

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×