Petit break dans mes travaux, analyse de fond, suite

Analyse stratégique et gestion de mon projet III.

  Comme mon billet d'hier a eu quelque succès, m'attirant même de nouveaux followers sur Twitter (bienvenue à vous), je pense qu'il est juste de développer un peu plus mon projet de bateau tanker d'eau.

En effet, cette idée m'est venue suite à ma cellule de veille technologique qui me permet d'associer différentes pièces comme dans un puzzle pour prouver que ce projet peut, dès à présent, être lancé, avec une crédibilité économique.

Je rappelle en quelques mots le principe:

Là où l'eau est un danger, inondations par exemple, le problème est de savoir où rejeter l'eau en excès. L'actualité montre que plusieurs activité sont impactées par ces perturbations climatiques. La pêche est l'une d'entre-elles. Comme de toutes manières, vu la raréfaction des bancs de poissons, de nombreux marins se trouvent dans une situation pénible (je sais, j'use d'euphémismes), pourquoi détruire des navires encore en état de marche alors que leur capacité de charge et leur tirant d'eau limité peut avoir une utilité:

Remontant les cours d'eau jusqu'au point où la salinité est nulle, ils peuvent devenir des pompes, des éponges à crues.

Revenus au port, le contenu sera transféré à des tankers trop petits pour le transport de fret mais, eux aussi, aptes à naviguer. Ces bateaux seront transformés en des usines de traitement de l'eau, comme des stations d'épuration mobiles.

Le temps de leur trajet à destination des zones déficitaires (par exemple la Californie ou le Sahel, l'Australie...), ces navires ont toute latitude pour décanter leur chargement, filtration thermique (lentilles de Fresnel, thermo syphon) ou mécanique (nanotubes cf. ISS ou bouteille filtrante #Arte/futuremag) avec différents niveaux de filtration suivant que l'on désire de l'eau pour l'irrigation ou la boisson humaine et animale.

Les résidus sont tout à la fois des limons, des métaux à l'état de particules et, certes aussi des polluants.

Les deux premiers produits cités sont immédiatement valorisables, pour l'agriculture et l'industrie. Les troisième peut être transformé, les exemples ne manquent pas, plastiques convertis en pétrole, conversion de certains polluants en éléments « neutres » par traitement « agricole » (usage des fongus).

Bref, toute la cargaison peut se trouver utile une fois arrivée au port de destination.

Une forme de méthanisation peut même servir comme carburant pour le navire, suffit de le faire passer du fuel au gaz pour sa motorisation.

Nous pouvons envisager même une étape supérieure: Faire des navires des véhicule fonctionnant à l'hydrogène carburant. En effet, l'hydrogène a des performances trois fois supérieures aux carburants « classiques ». Sur ma voiture, aux beaux jours (températures minimales nécessaires), un bocal d'électrolyse aux électrodes rapprochées me fournir du gaz carburant très économique (l'eau distilée est beaucoup, beaucoup moins chère que l'essence).

Donc, sur le navire, « dopage » du carburant méthane par ce biais (système HHO pour vos recherches de données) voire, là est une de mes lacunes, si cela existe, séparation du mix oxygène hydrogène par nanofiltre mécanique pour créer pour la filière pétrolière du gaz de type butane en mixant l'hydrogène avec de la capture de co² comme le font les ingénieurs à Stutgart.

Autre débouché, autre valorisation, autre usage utile.

Les produits et sous produits pourront être déchargés au port de destination via des conteneurs en bio composites (neutres) dont la production peut être déléguée à des pays émergents à la recherche de débouchés pour leur production de jute, lin, fibres de cactus ou des pays développés, ces fibres rustiques étant d'excellents dépolluants des sols (nitrates).

Donc, toute une industrie peut bénéficier de ce projet en mettant à une échelle de dimension suffisante des projets de laboratoires en attente de développement.

La production de carburants est aussi une solution pour certains besoins spécifiques autrement moins polluant que la fracturation si décriée.

Bref, tout le monde à y gagner dans l'affaire...

Je récapitule:

Valorisation de bateaux non rentables par reconversion, avec emplois conservés à la clé (marins, chantiers navals)

Réequilibrage des fournitures en eau des différentes zones géographiques en tension hydrique, et cela sur toute l'année, du fait des inversions des saisons suivant les hémisphères.

Disponibilité de minéraux, carburants et métaux sans créer de nouvelles mines ou forages, et cela sur une longue période de temps (valorisation, cogénération).

Mission de service public en intervenant sur zones sinistrées en pompant les excédents là où c'est nécessaire.

Les matériels existent. Les technologies aussi. Les moyens humains, n'en parlons pas.

Les financements?

Actuellement, les fortunes, les liquidités dirons nous pour faire un jeu de mots, sont dans des régions souvent frappées par les conflits météorologiques. Les directeurs de la Silicon Valley sont victimes de la sécheresse, limitant les apports en énergie (barrages au plus bas) pour refroidir leurs datas centers, si ce n'est pas, tout simplement pour irriguer les champs qui leur donne de quoi manger, l'eau à leur robinets...

Donc, si ce projet crée sur la base d'un pool industriel où tout le monde, je dis bien tout le monde est gagnant, est mis en route, nous créons des emplois, sauvons des vies, participons à la transition énergétique tout en limitant les tensions sociales qui nous menacent.

Et, je le rappelle, les outils sont à notre disposition, aujourd'hui même.

A suivre...

Je rappelle que, donc, je suis sur Facebook, Tweeter, G+, Viadeo, Linkedin et que mon adresse mail est jean-marc.doniat@laposte.net

A+

Strategic analysis and management of my project III .

   As my post yesterday was a success, drawing me even new followers on Twitter ( welcome to you ), I think it is fair to develop a little more my boat project tanker water .

Indeed, this idea came to me after my cell technology intelligence that allows me to combine different pieces like a puzzle to prove that this project can now be launched, with economic credibility.

I recall briefly the principle :

Where water is a danger, such as flooding, the problem is where to reject the excess water. The news shows that several activities are affected by these climatic disturbances. Fishing is one of them. As in any case, given the depletion of fish stocks, many sailors are in a difficult situation ( I know, I use euphemisms ), why destroy ships still in working condition when their capacity and pulling their limited water may prove useful :

Up rivers to the point where the salinity is zero, they can become pumps, sponges floods.

Returned to port, the contents will be transferred to tankers too small for freight but also capable to navigate. These boats will be transformed into plants water treatment, such as mobile treatment plants.

The time of their path to deficit areas (eg California or the Sahel , Australia ... ), these vessels are free to settle their loading, thermal filtration ( Fresnel lenses , thermo siphon ) or mechanical ( nanotubes cf. ISS filter or bottle # Arte / futuremag ) with different levels of filtration following the desired water for irrigation and human and animal drink.

All residues are both stringers, metals in the form of particles, certainly also the pollutants.

The first two products mentioned are immediately valuable for agriculture and industry. The third can be transformed, the examples are not lacking, converted oil plastics conversion of certain pollutants into " neutral " to " agricultural" ( use of fungi ) processing elements.

In short, all the cargo may be useful once arrived at the port of destination.

A form of biogas can even be used as fuel for the ship, just the passing of gas to fuel its engine.

We can even consider a higher stage : Making vessels vehicle running on hydrogen fuel. Indeed , the performance of a hydrogen three times the fuel "classical". On my car, on sunny days ( minimum temperature necessary ), a jar of electrolysis electrodes spaced provide me very economical fuel gas ( distiled water is much, much cheaper than gasoline).

So on the ship, "doping" fuel methane through this ( HHO system for your research data ) or, there is one of my weaknesses, if any, separation of hydrogen oxygen mix nanofilter mechanics to create for the industry oil gas butane by mixing hydrogen with the capture of co ² as do engineers in Stutgart .

Another outlet, other recovery, another useful purpose.

Products and by-products can be unloaded at the port of destination via containers bio composites ( neutral ) whose production can be delegated to emerging research opportunities for their production of jute, flax, cactus fibers or countries developed, these rustic fibers are excellent for de-polluting soil (nitrates ) .

So an entire industry can benefit from this project by a scale of sufficient size laboratory projects awaiting development .

Fuel production is also a solution for some other less polluting than fracturing so decried specific needs.

In short, everyone will win in the case ...

I recapitulate :

Valuation of unprofitable conversion boats, with jobs kept the key ( marine , shipyards ).

Rebalancing water supplies different geographical areas moisture stress, and this throughout the year, due to seasonal reversals following the hemispheres .

Availability of minerals, metals and fuels without creating new mines or wells, and this over a long period of time ( recovery, cogeneration).

Public service mission by intervening in areas affected by pumping excess where necessary.

Materials exist. The technologies also . Human, not talking .

Funding ?

Currently, fortunes, cash, « liquidities » are in areas frequently affected by weather conflicts. The directors of the Silicon Valley (Google, Apple, Twitter etc...) are victims of drought, limiting energy intake (dams to lowest) to cool their datas centers, if this is not simply to irrigate fields which gives them something to eat, the water in their taps ...

So if the project created on the basis of an industrial pool where everyone, and I mean everyone is a winner, is started, we create jobs, saving lives, participate in the transition energy while limiting social tensions that threaten us .

And, as I recall, the tools are at our disposal today.

Stay tuned....

I notice that, so I 'm on Facebook, Tweeter, G+, Viadeo, Linkedin and my email address is jean-marc.doniat@laposte.net

Have a nice day !

Performance énergétique solaire à concentration économies détournement d'idée efficacité entreprise 2.0 paradoxe travail pourquoi pas? opportunité d'investissement succès analyse études analysis

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×