Spécial 1er Avril, quoique...

En ce jour béni pour les esprits décalés, je publie ce billet en exposant une idée loufoque à première vue...

   Que donnerait l'exposition d'un panneau solaire photovoltaïque à une lumière... saccadée?

Je développe. Le cinéma « mécanique » fonctionne par le passage d'images fixes successives dont le passage de l'une à l'autre se fait par le biais d'un obturateur. Pourtant, la fluidité de l'ensemble obtenu donne cette sensation « magique » de mouvement fluide.

Donc, sachant que les cellules semblent avoir un « temps » durant lequel les photons sont absorbés, les autres étants « perdus », si on expose ces modules à une lumière solaire gérée par un obturateur (le rythme étant a déterminer), ne peut-on pas optimiser l'efficacité des ces cellules? Voire, recréer artificiellement un courant alternatif sans onduleurs?

Pendant le temps d'obturation, un jeu de prismes orienterait les photons non « utiles » vers d'autres cellules, une même source de lumière pour plus de cellules?

On revient ainsi à mon projet de panneaux solaires en 3D... Mais avec une gestion particulière, un système à « impulsions »...

Bon premier Avril...

Performance énergétique énergie humour efficacité photovoltaïque

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×